France : Deux lycéens placés en garde à vue pour « apologie de crime contre l'humanité » suite à une quenelle !


On croit rêver ! L'absurdité d'un tel évènement n'a d'égal que la connerie chronique d'un gouvernement qui a su se hisser sans le moindre complexe au sommet de la débilité extrême ! faute de vouloir se pencher sur les problèmes qui préoccupent réellement le peuple (chômage, pauvreté, crise, etc.), ces incapables notoires n'ont visiblement rien d'autre à faire que traumatiser des gamins de 17 ans pour une bête « quenelle ».
 
Dans la même veine, mardi matin, l'une des boutiques parisiennes de l'enseigne Diesel, avenue de l'Opéra (Ier), a dû subitement fermer ses portes après de multiples menaces de mort. En cause : la posture « étrange » d'un de ses mannequins en vitrine. D'après des photos diffusées sur les réseaux sociaux, le modèle féminin reproduit une « quenelle » (il est donc conseillé d'utiliser des mannequins sans bras, c'est moins risqué).
 
Ne riez pas, c'est inquiétant. Si cela continue, on mettra en prison tous ceux ayant assisté à un spectacle de Dieudonné, ainsi que ceux ayant fait une quenelle (ou un bras d'honneur, ca y ressemble après tout...), et tant qu'on y est, pourquoi pas interdire la vente d'ananas et rétablir la peine de mort et pendre haut et court tous ces vilains « antisémites » qui dérangent ? Le veilleur
 
Deux lycéens ont été brièvement placés en garde à vue lundi soir pour la photographie d'une « quenelle » à l'intérieur de leur établissement scolaire, a-t-on appris mardi de source judiciaire confirmant une information de France Culture.
 
L'un des deux lycéens, qui font l'objet d'une plainte pour apologie de crime contre l'humanité déposée par un enseignant, s'est fait photographier par son camarade alors qu'il réalisait ce geste de ralliement à Dieudonné souvent perçu comme antisémite. En outre, le lycéen posait devant un ananas, référence à la chanson « Shoah nanas » chantée par Dieudonné, parodie polémique du titre de « Chaud cacao » d'Annie Cordy.
 
Les faits se sont déroulés début décembre au lycée Rosa-Parks de Montgeron (Essonne). La photo a ensuite fait l'objet d'un montage où n'apparaît pas le visage du lycéen, selon la source judiciaire. Elle aurait ensuite été échangée entre élèves via des messages téléphoniques. L'enquête de police n'a pas encore pu établir si celle-ci a été diffusée via les réseaux sociaux.
 
Avertie par un autre élève, une enseignante s'estimant visée par le photo-montage a alerté le proviseur avant de porter plainte et une enquête a été ouverte par le parquet d'Evry. Lundi soir, les deux lycéens ont été brièvement auditionnés sous le régime de la garde à vue par des policiers du commissariat de Montgeron avant d'être remis en liberté.
 
Si la qualification retenue pour la garde à vue reprenait celle de la plainte de l'enseignante, à savoir apologie de crime contre l'humanité, elle ne présage en rien de la nature des futures poursuites à l'encontre de ces jeunes, a précisé le parquet d'Evry.
 
« Je l'ai fait, c'était juste pour m'amuser et je ne voulais pas le faire contre qui que ce soit, en fait. On m'a dit que j'avais fait un geste antisémite mais moi c'était pas pour ça que je voulais le faire. On voulait le faire contre la société en fait »
, a déclaré l'un des deux lycéens incriminés, interrogé sur France Culture. Les deux élèves doivent passer en conseil de discipline, jeudi.


Vidéos :



Commentaires 2

avatar de Magn3tik
  • Par Magn3tik 0 0
  • Tu vas voler en taule avec ton blog et moi parce que je commente ! Ca devient grave de grave !!!

avatar de Le-veilleur
  • Le-veilleur a répondu (Admin) 0 0
  • Non, je n'ai rien dit ou fait d'antisémite... AU fait, on a encore le droit de manger des quenelles ?

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Dérives policières »