France : Des personnalités impliquées dans un vaste trafic de permis de conduire


Des permis de conduire achetés 2 000 à 8 000 €, grâce à la complicité d’un gérant d’auto-école proche du show-biz et d’agents de la préfecture de Nanterre : c’est la vaste arnaque qui vient d’être démantelée dans les Hauts-de-Seine.

Et parmi les quelque 300 clients de cette juteuse affaire figurent plusieurs footballeurs : Samir Nasri, qui évolue avec Manchester City, Jérémy Ménez, ancien du PSG aujourd’hui au Milan AC, et Layvin Kurzawa, actuel défenseur du PSG. Le chroniqueur de Canal + Ali Baddou, fait aussi partie des candidats au permis sans (re)passer par la case examen. Car le précieux sésame était délivré aussi bien à des personnes ne l’ayant jamais décroché qu’à des conducteurs ayant perdu leurs douze points.

Trois agents de la préfecture de Nanterre et le gérant d’une auto-école de Neuilly-sur-Seine, Patrick Antonelli, par ailleurs mari de la chanteuse Amel Bent, viennent de passer 48 heures en garde à vue pour leur implication dans ce réseau. Il semble que le patron de l’école de conduite ait servi de rabatteur, tandis que les agents assuraient la fourniture du document, réalisé au sein même de la préfecture.

Une source à l’AFP citée sur france tv infos indique que

Le gérant des auto-écoles s’était entendu avec des fonctionnaires de la préfecture. Beaucoup de personnes ont de l’argent pour payer, mais pas toujours le temps de passer le permis.

Un contrôle interne met l’arnaque au jour

Le trafic aurait duré un an et demi, de l’automne 2013 au printemps 2015. L’arnaque a été découverte à la préfecture, lors d’un contrôle interne. C’est alors le préfet des Hauts-de-Seine qui a signalé les faits, en mai de l’année dernière, au parquet de Nanterre. Sa démarche a déclenché l’ouverture de l’enquête, menée depuis des mois par le Service de police judiciaire des Hauts-de-Seine et le Groupe d’intervention régional (GIR).

L’arnaque porterait sur plus d’un million d’euros. Outre les rétributions en espèces, les suspects auraient aussi profité de cadeaux. Tous les quatre ont été présentés vendredi dernier à un juge d’instruction dans le cadre d’une information judiciaire, notamment pour corruption, et obtention indue de documents administratifs.

Par Valérie Mahaut - Suite sur Le parisien

Le mari d’Amel Bent au cœur du système

Patrick Antonelli, l’homme clé du système de fraude aux permis de conduire, est aussi l’époux de la chanteuse Amel Bent.

A ce titre, il est présenté dans les magazines people comme un « homme d’affaires » établi à Neuilly (Hauts-de-Seine). Certes, il faisait des affaires. Un business qu’il gérait depuis son auto-école de l’avenue du Roule, entre le quartier des Sablons à Neuilly et la porte Maillot, et qui lui a rapporté des centaines de milliers d’euros.

Voulait-il épater sa douce, la chanteuse révélée par l’émission « Nouvelle Star » il y a plus de dix ans, en s’alignant sur son niveau de vie ? En tout cas, c’est l’argent facile qui a motivé cet homme de 39 ans qui a déjà eu quelques soucis avec la justice. Notamment pour fraude fiscale. Son avocat évoque une condamnation à une peine d’amende prononcée à l’issue d’une procédure de plaider-coupable.

Les ennuis sont plus graves aujourd’hui et éclaboussent Amel Bent, qu’il a épousée voici un an. Les investigations ne révèlent aucunement l’implication de la chanteuse, très affectée par les soupçons portés sur son mari, selon plusieurs proches du dossier. Les enquêteurs sont remontés à l’auto-école du Roule, que Patrick Antonelli gérait depuis cinq ans, en épluchant les dossiers trafiqués des permis attribués, dont certains ont été détruits.

Le parisien nous informe qu’à l’heure actuelle, Patrick Antonelli dort en prison. Soupçonné d’être le pivot du trafic de permis de conduire démantelé à la préfecture des Hauts-de-Seine, il a été placé en détention provisoire dans la nuit de vendredi à samedi. Employée de la préfecture, sa principale complice présumée a également été écrouée.



Commentaires 1

avatar de PH7
  • Par PH7 0 0
  • Encore du retard sur l'info ! Ce n'est pas la première fois que cette préfecture est épinglé pour traffic de faux permis de conduires. Il y a eu plusieurs autres épisodes dont un entre 1983 et 1990 (je n'ai plus la date exacte mais on en avait parlé aux infos).
    D'autres préfectures sont aussi connues pour être sources de traffics de documents officiels. Que veux-tu, ces pauvres fonctionnaires avec leurs salaires de misère font ce qu'ils peuvent pour mettre du champagne sur le caviar ! Et dis toi bien que les choses ne vont pas aller en s'améliorant, et je soupçonne que ce contrôle interne ne soit en fait que la résultante d'un règlement de compte entre trafiquants et/ou un moyen de masquer un autre traffic en focalisant l'attention sur cette affaire.

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Juridique »