France : Des milliers de militaires attendent toujours d'être payés


Plus d'un an et demi après l'installation du logiciel Louvois, les erreurs de paiement des soldes des militaires sont toujours aussi nombreuses. Des milliers de soldats continuent à en pâtir.
 
Le 29 octobre dernier, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian annonçait « la régularisation de toutes les soldes avant Noël ». Et pour ce faire, il mettait en place un dispositif exceptionnel d'avances de 30 Millions d'euros ! Noël 2012 est passé. Pâques 2013 est passée. Mais les dysfonctionnements de Louvois, le système informatique de paie des militaires, demeurent.

« Le plan d'urgence mis en place par le ministère de la Défense n'était qu'un palliatif. Ses ressources financières se tarissent et le calculateur ne fonctionne toujours pas. Fin avril, 7000 militaires étaient encore touchés par des défauts de soldes »
, affirme Nicolas Bara, le président de l'association Militaires et Citoyens. Ce dernier estime avoir fait preuve jusque-là de bonne volonté.
 
« On a longtemps été dans le dialogue avec le ministère. Avec le changement de gouvernement, on a laissé du temps à Jean-Yves Le Drian. Mais les problèmes n'ont que trop duré. Quand un bug est réglé, un autre apparaît aussitôt. Aujourd'hui on en a ras-le-bol ».
« Un emplâtre sur une jambe de bois »
 
Angélique Legarrec, à la pointe de la contestation des femmes de militaires au printemps 2012, est sur la même longueur d'ondes. Désormais membre du Comité d'utilisateurs du logiciel Louvois, elle déclare :
 
« Les différentes mesures prises par le ministère en octobre dernier sont un emplâtre sur une jambe de bois. Aujourd'hui, il y a encore des milliers de militaires qui ne perçoivent qu'une partie de leur solde, voire rien du tout. Pour les militaires du rang ou les sous-officiers qui n'ont pas des soldes mirobolantes, ça crée tout de suite de grosses difficultés. Certains ont été expulsés de leur logement en location, d'autres ne pouvaient plus remplir le frigo. On ne voit pas le bout du tunnel ». 
Jusque-là plutôt épargnés par rapport à leurs collègues de l'armée de Terre, les marins connaissent à leur tour les « joies » du logiciel Louvois.
 
« Le mois dernier le nombre de marins touchés était supérieur à celui des soldats de l'armée de Terre », assure Nicolas Bara.
Casus belli
 
Mais dix-huit mois après l'installation du logiciel Louvois, le mal dépasse ces « simples » erreurs de paiement des soldes.
 
« Les bugs à répétition de Louvois pèsent sur le moral des militaires. Certains ne veulent plus prolonger leur engagement au sein de l'armée »
, confie le président de l'association Militaires et Citoyens. Angélique Legarrec confirme :
 
« Il y a une réelle défiance par rapport au logiciel, à la hiérarchie militaire et au ministère. La récente sortie du nouveau Livre blanc n'a fait que rajouter de l'huile sur le feu ».
Dernier événement en date qui prouve l'exaspération des soldats : la communication - un peu trop insistante au goût de Nicolas Bara - sur les 106 Millions d'euros de trop-perçu.
 
« C'est très mal vécu par les militaires. En plus, on a appris l'existence de cette somme par voie de presse. Cela montre que le comité d'utilisateurs n'est qu'un leurre de concertation. C'est un casus belli. Désormais, on n'exclut aucune forme d'action ! »



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Economie »