France : alerte, 544 communes touchées par une pollution de l'eau du robinet au perchlorate


Sur recommandation de l'agence régionale de santé (ARS), les préfectures du Nord et du Pas-de-Calais devraient prendre rapidement un arrêté de restriction de la consommation dans 544 communes. En cause : la présence dans l'eau du robinet d'ions perchlorates. Les femmes enceintes et les nourrissons de moins de six mois doivent s'abstenir de consommer l'eau.
 
Les ions perchlorates sont en effet des toxiques. Il s'agit de perturbateurs endocriniens qui touchent en premier lieu la thyroïde. Selon le ministère de la Santé, il est recommandé de ne pas boire d'eau si la teneur en ions perchlorates est supérieure à 15 microgrammes par litre.
 
Perchlorates : qu'est-ce ?
 
Les sels de perchlorate, souligne l'Agence régionale de santé,

« sont utilisés dans de nombreuses applications industrielles pyrotechniques ; ils peuvent se retrouver dans l'environnement à la suite de rejets industriels. Ils sont par conséquent susceptibles d'être présents dans des zones où ce type d'activité (industrielle ou historique en lien avec la Première Guerre mondiale) a été exercé ».
On l'utilisait dans les mines comme explosif pour faire sauter les galeries (on en trouve dans le bassin minier) et aussi pour fabriquer des munitions.
 
Certains pointent du doigt le passé de la région pour expliquer la présence de perchlorate dans l'eau : les combats de la Première Guerre mondiale, et

« les nombreuses munitions tirées, en particulier sur la ligne de front qui se trouvait à la limite entre la plaine de Flandres et le plateau d'Artois ».
On utilise encore les sels de perchlorate comme supercarburant pour les moteurs de fusées. Certains ont aussi avancé sa présence dans certains engrais.
 
Quel impact pour la santé ?
 
L'ARS se veut prudente :

« Les perchlorates ne sont classés cancérogènes ou mutagènes par aucun organisme international... Ils ne s'accumulent pas dans l'organisme humain et leurs effets sont réversibles. »
Malgré tout, elle précise que :

« les perchlorates interfèrent avec le processus d'incorporation de l'iode par la thyroïde ; ils pourraient donc induire une diminution dans la synthèse des hormones thyroïdiennes »
(à divers degrés, elles régulent le métabolisme des protéines, des lipides et des glucides). D'où la mise en garde de certaines populations fragiles : les nourrissons - compte tenu « de l'immaturité de leur thyroïde » - et les femmes enceintes.
 
Qui ne peut pas boire l'eau ?
 
Deux catégories de personnes sont directement concernées : les nourrissons et les femmes enceintes.
 
Il convient au-delà de 4 µg/l (voir la carte) de « ne pas préparer de biberons pour les nourrissons de moins de six mois ». Autres personnes très concernées : les femmes enceintes ou allaitant, qui ne doivent « pas consommer d'eau du robinet », quand il y a plus de 15 µg de perchlorate dans l'eau.
 
Voici la liste des communes concernées par la restriction de consommation :
 
 • Liste des communes du Nord - Pas-de-Calais concernées par la restriction de consommation d'eau à cause d'une teneur en perchlorates supérieure à 15 µg/L (lien).
 
 • Liste des communes du Nord - Pas-de-Calais concernées par la restriction de consommation d'eau à cause d'une teneur en perchlorates supérieure à 4 µg/L (lien).


Vidéos :



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Faits divers Environnement »