Etrange découverte en Méditerranée : Des ONG participent-elles à un vaste trafic d'êtres humains ?


Le phénomène d'immigration en Europe est un sujet très délicat à ne pas aborder avec légèreté, et séparer le bon grain de l'ivraie dans le flot d'informations continu n'est pas chose aisée si l'on ne dispose pas de moyens d'investigation sérieux.

Cette lacune profite aux différents prétendants aux trône qui n'ont aucune gêne à brandir haut et fort des chiffres, ainsi que le moindre fait divers dans l'espoir de voir leur côte populaire augmenter. Mais au delà de ces récupérations honteuses et condamnables, se pourrait-il que ce tragique et continuel exode massif soit le fruit d'un désir de certains groupes ou think tanks à qui profiterait cet import-export de vies humaines ?

C'est ce que semble révéler l'article qui suit provenant du site des brindherbes (que je salue au passage), et qui n'affirme rien, mais soulève des questions sur un curieux manège auquel se livrent certaines ONG en Méditerranée. Pas besoin d'en ajouter plus au vu de l'excellent préambule que nous confie Galadriel.

Une fois encore, la question à se poser est « à qui et en quoi cela profite-t-il ? »

Le Veilleur

Des choses étranges se passent en Méditerranée

En préambule, je vous précise que j’ai trouvé très peu d’informations sur le GEFIRA (Global Analysis from the european perspective) fondation néerlandaise en relation avec le plus connu Leap Europe2020. J’ignore donc son orientation. Cependant, cette information reprise telle quelle par le site Zero Hedge m’a parue très intéressante à connaître.

Je suis toujours sur la réserve lorsqu’il s’agit du problème délicat des migrants particulièrement en ce moment où il est difficile de faire un tri objectif entre faits et fantasmes. Ici, il s’agit de l’observation de mouvements étranges entre les côtes Africaines et l’Italie.

L’interprétation qui en est faite est de la responsabilité des auteurs, mais il est certain que cela ouvre des perspectives sur des actions qui sortent manifestement et logiquement du cadre du pur humanisme : En effet, pourquoi encourager une immigration manifestement organisée, non éligible, donc clandestine ? Existerait-il un trafic « à une échelle industrielle » selon cet article ?

Qui y a-t-il derrière ces ONG ? Quelles sont les motivations réelles et à qui profite cette histoire ? Il y a-t-il une intention politique de déstabilisation sociale ou économique de l’Europe ?

Les auteurs de l’article ne s’avancent pas à donner de réponse certaine. Ils observent et posent ces questions troublantes. Peut-être tout cela est-il innocent. Mais maintenant, nous le savons, le sigle ONG peut masquer des pions d’une la stratégie géo-politique souterraine. Il y a de quoi effectivement s’interroger.

Dans toute l’Europe rien n’est clair, rien n’est net dans le traitement du problème des immigrés et ce, depuis le début de l’afflux brutal de 2015. Au lieu de mettre carrément la question sur la table, et d’en débattre honnêtement avec les premiers concernés c’est à dire nous, l’on a l’impression que les politiques nous baladent pour l’instrumentaliser à leur profit au gré du contexte. Manipulation, irresponsabilité, manque total de vision. Nous sommes bien au 21ème siècle…

En ce qui me concerne, vous l’aurez compris, je ne suis pas contre le principe d’accueil. Par contre, pas n’importe comment, pas pour les parquer comme des bêtes, pas sans explication et débat dans la population, et pas plus que nous pouvons raisonnablement en accueillir. Une immigration responsable et solidaire en quelque sorte. C’est ce que les pouvoirs successifs n’ont pas su faire, leur solution a été les ghettos banlieusards dont on voit maintenant les conséquences. Au vu de ce brillant résultat, je conçois sans jugement qu’une partie de la population s’inquiète d’un problème que l’actualité rend aigu.

(N’oublions jamais que les migrants sont des personnes, des êtres humains et non des pions sans chair, sans âme, sans affect. Émigrer, se couper de ses racines est une souffrance même lorsqu’on le fait dans les meilleures conditions, et ma remarque n’est pas une formule : J’ai rencontré en France pas mal de gens qui avaient du mal à s’adapter à un simple changement de région…)

Les ONG introduisent clandestinement des immigrants en Europe à l’échelle industrielle

Depuis deux mois, à l’aide de marinetraffic.com, nous surveillons les mouvements de navires appartenant à quelques ONG et, à partir des données de data.unhcr.org. Nous avons suivi les arrivées quotidiennes d’immigrants africains en Italie. Il s’est avéré que nous avons été témoins d’une grande escroquerie et d’une opération illégale de trafic humain.

Les ONG, les passeurs, la mafia de mèche avec l’Union européenne ont expédié des milliers d’illégaux en Europe sous prétexte de sauver des gens, aidés par la garde côtière italienne qui a coordonné leurs activités.

Les trafiquants d’êtres humains entrent en contact avec la garde côtière italienne à l’avance pour recevoir leur soutien et ramasser leur cargaison douteuse. Les navires des ONG sont dirigés vers la « zone de sauvetage », même si ceux qui doivent être secourus sont toujours en Libye. Les 15 navires que nous avons observés appartiennent à ou sont loués par des ONG ont régulièrement été vus quittant leurs ports italiens, cap au sud, s’arrêter sur le point d’atteindre la côte libyenne, ramasser leur cargaison humaine, et de refaire le voyage de 260 miles vers l’Italie, bien que le port de Zarzis en Tunisie soit seulement à 60 miles du spot de secours.

Les organisations en question sont : MOAS, Jugend Rettet, Stichting Bootvluchting, Médecins Sans Frontières, Save the Children, Proactiva Open Arms, Sea-Watch.org, Sea-Eye and Life Boat

L’intention réelle des personnes derrière les ONG n’est pas claire. Leur motif peut être l’argent, nous ne serions pas surpris si cela puisse être ainsi. Ils peuvent aussi être politiquement motivés; Les activités de l’organisation basée à Malte, MOAS, par la traite des personnes vers l’Italie est la meilleure garantie que les migrants ne se présenteront pas sur la rive maltaise.

Le MOAS est géré par un officier de marine maltais bien connu à Malte pour ses mauvais traitements infligés aux réfugiés. Il est également possible que ces organisations soient gérées par des « bienveillants » naïfs qui ne comprennent pas que, offrant leurs services, ils agissent comme un aimant pour les gens d’Afrique et, par conséquent, ils causeront sans doute plus de morts, sans parler du fait que leurs actions déstabilisent l’Europe.

Quelles sont les intentions de ces organisations ? Leurs actions sont criminelles car la plupart de ces migrants ne sont pas éligibles à l’asile et finiront dans les rues de Rome ou de Paris et saperont la stabilité de l’Europe en suscitant des tensions sociales à motivation raciste.

Bruxelles a créé une législation particulière pour protéger les trafiquants de personnes des poursuites. Dans une section consacrée à une résolution de l’UE intitulée « Search and Rescue », le texte stipule que

les capitaines de navires privés et les organisations non gouvernementales qui participent aux opérations de sauvetage en Méditerranée ne devraient pas encourir de sanctions pour cette assistance

Au cours des deux mois de notre observation, nous avons suivi au moins 39 000 Africains * illégalement introduits en contrebande en Italie, ce qui a été fait avec le plein consentement des autorités italiennes et européennes.

Les navires utilisés en permanence par les ONG au large de la côte libyenne

  • Le Phoenix est l'un des deux navires MOAS. Le navire est régulièrement repéré dans les eaux territoriales de la Libye. Il est enregistré au Belize, en Amérique du Sud. Cependant, le navire est détenu et exploité par les Maltais pour amener les immigrants Italia. Site Web
  • Le Topaz Responder, un navire d'intervention d'urgence qui mesure 51 mètres, qui accueille deux canots de sauvetage rapides. Le navire est géré en association avec MSF. Ceci est l'un des trois ferries qui peuvent transporter des centaines de personnes d'un seul coup. Le navire est immatriculé aux îles Marshall. Site Web
  • Luventa est enregistré sous le drapeau des Pays-Bas et détenu par l'ONG allemande Jugend Rettet.
  • Le Golfo Azzurro est utilisé par le néerlandais « Boat Refugee Foundation ». Golfo Azzurro opère sous le pavillon du Panama. La Fondation affrète le navire pour un prix symbolique. Site Web
  • Dignity 1 est enregistré sous le pavillon du Panama. Nous croyons que le navire appartient à Médecins Sans Frontières.
  • Le Bourbon Argos est un navire de Médecins Sans Frontières. Il est l'un des trois navires utilisés pour transporter les gens de navires plus petits vers l'Italie. Le navire est actuellement immatriculé sous le pavillon du Luxembourg. Site Web
  • Le Aquarius est l'un des nombreux navires gérés par Médecins Sans Frontières. Il est enregistré sous le pavillon de Gibraltar. Site Web
  • Le navire Vos Hestia search and rescue, affrété par l'organisme de bienfaisance Save the Children, comme la plupart des navires d'ONG , est sous la supervision du site Web de la Garde côtière italienne Save the Children.
  • Proactiva Open Arms exploite l'Astral. Nous avons repéré l'Astral à plusieurs reprises dans les eaux territoriales libyennes. Le navire a disparu sur une base régulière à partir des sites de suivi AIS. Site Web
  • Le MS Sea-Watch I est possédée par une organisation basée à Berlin. Il travaille en étroite collaboration avec Watch The Med, un réseau transnational de personnes qui luttent contre le régime européen des frontières, et exigent un passage libre et sûr en Europe. Site Web
  • Le MS Sea-Watch II appartient à une organisation basée à Berlin. Il travaille en étroite collaboration avec Watch The Med un réseau transnational de personnes qui luttent contre le régime européen des frontières, et ils exigent un passage libre et sûr en Europe. Site Web
  • Le Audur est enregistré sous le drapeau des Pays-Bas. Nous ne savons pas à qui appartient ce navire.
  • Le MS Sea-Eye est possédée par Sea-Eye-eV. Michael Buschheuer de Regensburg, en Allemagne, et un groupe de la famille et amis ont fondés l'organisme sans but lucratif de sauvetage en mer Sea-Eye eV. Site Web
  • Le Speedy est un hors-bord appartenant à Sea-Eye-eV. Le navire est confisqué par le gouvernement libyen. Site Web
  • Le Minden est possédé par l'organisation allemande Lifeboat. Le navire est actuellement immatriculé sous le pavillon de l'Allemagne. Site Web

Plus d'information (traduction Google)

En Octobre, nous avons découvert que quatre ONG ont ramassé les gens dans les eaux territoriales libyennes. Nous avons la preuve que ces contrebandiers ont communiqués leur action à l'avance avec les autorités italiennes. Dix heures avant que les immigrants aient quitté la Libye, la Garde côtière italienne a dirigé les ONG vers le lieu du « sauvetage » : « Caught in the act: NGOs deal in migrant smuggling »

L'organisation MOAS a des liens étroits avec le célèbre entrepreneur militaire américain « Blackwater », l'armée américaine et la marine maltaise. Compte rendu complet : « The Americans from MOAS ferry migrants to Europe »

Il y a un compte rendu complet sur les navires impliqués : « NGOs Armada operating off the coast of Libya » et comment les gens sont encouragés à venir en Europe : « Death road to Europe promoted on the web »

Source zerohedge - Traduction et introduction par Galadriel pour les brindherbes





Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Crise humanitaire »