Etats-Unis : Mort suspecte d'un officiel des Nations Unies avant son témoignage contre Hillary Clinton


Alors que la prétendante au titre suprême de la présidence des États-Unis est embourbée dans l'affaire des e-mails secrets qui est consultable chez Wikileaks (en anglais), le récent décès d'un ancien président de l’Assemblée générale des Nations Unies pose de nombreuses questions, surtout lorsque l'on sait qu'il devait témoigner le lendemain contre Hillary Clinton dans une affaire de corruption dans laquelle il était lui-même inculpé.

Bien que certains médias outre atlantique s'empressent de démentir l'aspect conspirationniste lié à ce décès pour le moins suspect, il est difficile de ne pas évoquer de complot quand on se renseigne un tant soit peu sur le caractère, les ambitions et antécédents de celle que l'on surnomme « killary », et de la possibilité qu'elle aurait pu être mise en mauvaise posture par des révélations de John Ashe, désormais décédé...

Alors que la version officielle nous annonce que la mort serait due à une attaque, j’émets pour ma part de sérieux doutes face à cette version, surtout quand on se met à compter le nombre de décès suite à une attaque cardiaque ou d'un cancer « fulgurant » de personnes gênantes ou personnalités politiques, ces pratiques ne datent pas d'hier.

Le Veilleur

Un officiel des Nations Unies s’est écrasé la gorge « accidentellement » juste avant qu’il doive témoigner contre Hillary Clinton

Appelez ça théorie du complot, coïncidence ou juste malchance, mais chaque fois que quelqu’un est en mesure de faire tomber Hillary Clinton en témoignant il finit par mourir. En fait, il y a une longue histoire de décompte de morts liés à Clinton avec des dizaines de personnes qui meurent dans des circonstances mystérieuses.

Sans doute le mystère le plus notable est Vince Foster. Foster était associé au cabinet d’avocats de Clinton et connaissait les rouages de la machine Clinton. La police a jugé que la mort était due à un suicide, mais il a souvent été remarqué que Foster pouvait avoir été suicidé.

A présent, c’est un autre fonctionnaire qui s’est lui-même trouvé du mauvais côté des Clinton. Que John Ashe était un ancien Président de l’Assemblée générale des Nations Unies met en évidence le fait que personne n’est en sécurité une fois qu’il est dans leur ligne de mire.

Comme vous pouvez l’avoir deviné, il y a de graves incohérences dans la mort d’Ashe. Non seulement elle tombait fort à propos parce que Ashe est mort quelques jour avant sa présentation devant la justice pour témoignage contre Clinton dans un cas de corruption, mais le rapport officiel indique qu’il est décédé d’une attaque cardiaque.

La page six du New York Post rapporte

qu’après qu’Ashe fut trouvé mort mercredi, les Nations-Unies on déclaré qu’il était mort d’une attaque. Les officiers de la Police locale à Dobbs Ferry, New York, contredirent cette déclaration, disant qu’en réalité il était mort en faisant des exercices, la gorge écrasée. (par une haltère ? ndlr)
(...)
Le fait qu’il devait être devant la cour de justice lundi avec son homme d’affaire chinois, co-défendeur, Ng Lap Seng, dont il aurait reçu plus d’1 milliard de dons au cours de son mandat en tant que président de l’ Assemblé Générale de l’ONU, ajoute encore du mystère à la mort d’Ashe.

Et puis, il y avait ceci : Pendant la présidence de Bill Clinton, Seng a récolté illégalement plusieurs centaines de milliers de dollars pour le Comité national démocrate. (Source: The Conservative Tribune via The Daily Sheeple). Cela ne doit être qu’une coïncidence, d’accord ? Si l’on doit en croire l’ancien agent des Services Secrets Gary Byrne, c’est une habitude pour les Clinton (Excerpt via Zero Hedge):

BYRNE : Je ressens puissamment la nécessité que les gens soient informés de qui est réellement Hillary Clinton et combien son comportement est dangereux. Ce n’est pas une leader, ce n’est pas une leader.

SEAN : Elle n’en a pas la stature ?

BYRNE : Elle n’en a pas la stature. Elle n’en avait déjà pas les dispositions lorsqu’elle était la première dame pour gérer les affaires sociales. Elle n’avait pas les dispositions.

SEAN : Elle est malhonnête

BYRNE : Elle est malhonnête, elle ment couramment. C’est quelqu’un qui a pu renier sa politique et revoir son comportement tout au cours des 15 dernières années.

Par Tyler Durden (zerohedge) - Traduit par Galadriel pour les brind’herbes

Note de Galadriel (Les Brindherbes Engagés)

Nous sommes dans le cadre d’une bataille d’élections présidentielles. Il est possible que ces attaques soient exagérées par les soutiens du camp républicain.

Il n’en reste pas moins que cette affaire est plus que trouble, d’autant que ce n’est apparemment pas la première des « coïncidences » de ce genre qui jalonnent le parcours tant d’Hillary que de Bill Clinton. Zero Hedge est généralement considéré comme un site d’information sérieux.

L’affaire des mails, les doutes qui entachent le cocus quant aux bulletins de vote dans l’état de New-York ou les troubles dans les manifestations pro-Sanders, sa dureté, son ambition démesurée, son avidité, son attitude guerrière et son indigne joie pour une femme de pouvoir à la mort honteuse de Kadhafi, ses liens reconnus et suspects (pour une démocrate) avec le complexe militaro-industriel et les faucons ne plaident vraiment pas en sa faveur.

N’oubliez pas que le Patriot Act mis en place par G. Bush a considérablement élargi le pouvoir présidentiel aux US lui permettant dans certains cas de se passer de l’avis des chambres législatives et de passer au-dessus de la justice !

On finit par comprendre pourquoi certains américains préfèreraient que le ciel leur tombe sur la tête que d’avoir à voter pour Clinton ou pour Trump, qui, à côté, à l’air gentillet…

Galadriel

Liens connexes



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Conspirations »