Etats-Unis : Les experts se préparent à faire face à un « Big One » dans le Nord-Ouest


Les scientifiques s'attendent à ce qu'un nouveau séisme de magnitude 9 affecte la zone de subduction qui comprend la côte de l'état de Washington, l'Oregon, la Colombie-Britannique et une partie du nord de la Californie.
 
Le dernier gros séisme remonte à l'année 1700. Les savants en ont entendu parler en raison de rapports écrits en provenance du Japon qui ont enregistré un tsunami. Ces rapports sont à mettre en corrélation avec les anneaux de vieux arbres morts au moment où les terres marécageuses le long de la côte de Washington se sont effondrées de plusieurs mètres permettant à l'eau de mer de submerger leurs racines
 
Cette semaine, les chercheurs de l' université de Washington ont réuni 55 experts. Leur objectif est d'intensifier les efforts en vue de se préparer au prochain séisme de magnitude 9 dans la région nord-ouest.
 
« C'est une partie délicate. se préparer, puis rebondir. » 
, a déclaré John Vidale, le sismologue de l'état de Washington et chef  de la section Nord-Ouest du réseau sismique du Pacifique. Vidale fut l'animateur de la conférence. Le projet est appelé M 9, comme dans « magnitude 9 ». Mais les leçons que l'on pourrait en tirer pourraient être appliquées à toute catastrophe naturelle majeure dans l'état de Washington, un état qui a récemment été affecté par un glissement de terrain près de Oso le 22 Mars qui a causé la mort d'au moins 41 personnes.
 
En plus des sismologues, les participants du  M 9 incluent des ingénieurs en construction, des experts en transport, des assureurs, des sociologues, des océanographes, des experts en tsunami et des gestionnaires de forces d'intervention d'urgence. L'objectif est de mettre à niveau les connaissances en vue de tout mieux préparer, des gratte-ciels aux ponts en passant par les habitations, pour le moment où le méga-séisme frappera.
 
« La population ne peut pas se préparer toute seule de manière adéquate à faire face à ce genre de catastrophe »
, a déclaré Ann Bostrom avec l'UW Evans École des affaires publiques. Mais elle a ajouté que le grand tremblement de terre n'est qu'un scénario parmi d'autres qui menace les gens. Bostrom ajoute
 
« Je pense aux assurances, aux préparations que les gens peuvent faire. Je pense à la préparation mentale qu'ils doivent effectuer afin de planifier toutes sortes de dangers. Nous communiquons afin d'aider les gens à faire cela ».
Auparavant, plusieurs réunions et conférences avaient étés organisées afin de mettre en avant des efforts interdisciplinaires mais cette fois, l'engagement à travailler ensemble est encore plus important car un plan sur 3 ans de 4 millions de dollars a été financé par une subvention de la National Science Foundation.
 
Les risques de secousses violentes et de tsunamis ne sont pas seulement limités aux habitants des zones côtières. La région de Seattle est également considérée comme ayant un risque élevé. La ville et une partie de la région environnante est située sur un bassin composé de sol souple et de rochers entouré par des matériaux plus durs. Cela pourrait piéger les ondes sismiques et les faire résonner pendant une période de temps plus longue, ce qui occasionnerait plus de dégâts...



Commentaires 4

avatar de Magn3tik
  • Par Magn3tik 0 0
  • C'est difficilement prévisible mais on a suffisamment de signes pour s'apercevoir que le temps du big one est proche.

avatar de Le-veilleur
  • Le-veilleur a répondu (Admin) 0 0
  • Pas évident d'anticiper sur ce big one tant attendu et redouté à la fois, mais les mouvements de plaques actuels semblent en effet confirmer le rapprochement d'un évènement de grande ampleur. Wait and see...

avatar de Mona Oz
  • Par Mona Oz 0 0
  • Ca fait un moment que je me dis que ce qui pourrait bien « foutre la pile » à nos chers « mondialistes » pervers et fous de contrôle, c'est LA NATURE elle-même...
    Sur quoi règneront-ils, quand leur système délétère aura été réduit à néant par notre chère Terre mmmhhh ???
    Ca n'est pas la première fois que ça arrive, dans l'histoire de l'humanité, l'extinction en masse de systèmes inhumains... par « accident »...
    Voir les Incas et leur « maîtrise » de l'atome...
    La Terre vit sa vie et ses propres mutations et « révolutions », et nous, ses « hébergés », nous ne sommes qu'une infime poussière qui se croit tout permis...
    Un peu d'humilité et de saine spiritualité ne nous feraient pas de mal, en l?occurrence, et les « accros au système » ont des cheveux à se faire, parce que les choses vont s'accélérer bientôt, et qu'il faudra avoir développé un sacré sens de la survie et de l'entraide, pour que ça ne soit pas tout bonnement l'extinction de notre « race » humaine...
    Les terres « cultivables » sont ravagées, ruinées, appauvries à l'extrême, empoisonnées, plus rien ne les retient, ni racines, ni minéraux, les abeilles meurent en masse, la « nourriture » ne vaut plus rien, et... fait logique, ce sont ces « terres colonisées » qui vont disparaître en premier...
    Rien de punitif, là-dedans, une simple et mathématique conséquence de la folie des « hommes »... face à une Terre qui a, je le redis, sa vie propre, avec ses rythmes, ses cycles, ses évolutions... qui ne tiennent pas compte des fourmis (voire, cloportes ) qui « grouillent » et grenouillent dessus...
    Nous vivons simplement un temps de mutation de la planète Terre, et nous y ferons face avec nos moyens individuels et... communautaires... pour notre SURVIE en tant qu'espèce...
    Ce sont les plus forts et les plus « sains » qui vont survivre, en affrontant des cataclysmes sans « précédent conscient »... et pour cause !
    Ces fameuses « ères » sont longues et donc... immémoriales, par essence...
    Nous ne serons pas les premiers, et, heureusement, pas les derniers !
    Il faut bien une génération de « fin de cycle »...
    Nous y voilà...
    HAUT LES COEURS !!!

avatar de Le-veilleur
  • Par Le-veilleur (Admin) 0 0
  • Eh oui, l'homme, dans son extrême arrogance et son manque d'humilité, sera responsable de sa propre perte ! Aussi bien par ceux qui organisent lucrativement cette débandade, que par ceux inconscients qui laissent faire... La terre était la bien avant nous, et restera après notre disparition. A l'image de tribus indigènes encore vivantes (et d'autres disparues, ou plutôt massacrées), nous devons apprendre à vivre en harmonie avec elle, pas à lutter contre en la pillant ou en tentant de la maitriser.

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Etat de la planète Activité sismique »