Etats-unis : les digues de La Nouvelle-Orléans tiennent (presque) bon face à Isaac


Le système anti-inondation construit autour de La Nouvelle-Orléans après Katrina, qui avait ravagé la ville en 2005, tient le choc face à l'ouragan Isaac, a assuré mercredi le corps des ingénieurs de l'armée américaine.
 
« Nous faisons confiance à ce système » qui « réagit comme il doit le faire », a déclaré ce corps dans un communiqué, soulignant que les digues qui ont été submergées dans le comté de Plaquemines à cause des pluies provoquées par Isaac ne faisaient pas partie du réseau construit par l'État fédéral après Katrina.
 
Après avoir touché les côtes américaines à l'extrême sud-est de la Louisiane mardi en début de soirée, l'oeil de l'ouragan se trouvait à 75 km au sud-sud-ouest de la ville à 11 h GMT (7h, heure de Montréal), et se dirigeait vers le nord-ouest à la vitesse de 9 km/h, selon le Centre de surveillance des ouragans (NHC).
 
L'ouragan devrait balayer la Louisiane mercredi et jeudi avant de toucher le sud de l'Arkansas tôt vendredi, selon le centre, qui met en garde contre « de dangereuses montées des eaux et des risques d'inondations dus aux fortes pluies tout au long de la journée et de la soirée (de mercredi) ».
 
En Louisiane, l'ouragan est en effet accompagné de pluies diluviennes et de vents très violents : à La Nouvelle-Orléans, où l'oeil de l'ouragan n'est pas encore arrivé, des rafales de plus de 110 km/h ont déjà été relevées par le NHC à l'aéroport - où les vols ont été annulés pour mardi et mercredi.
 
Dans plusieurs zones, les fortes précipitations accompagnant Isaac ont déjà entraîné d'importantes inondations : des habitants de la paroisse de Plaquemines, sur le littoral au sud de La Nouvelle-Orléans, ont ainsi dû être évacués mercredi, ont annoncé les autorités locales. Plusieurs digues du sud de la Lousiane n'ont pu contenir l'eau et ont  été submergées.
 
Les eaux, passant par-dessus une digue, sont montées brutalement jusqu'à une hauteur de 3,6 mètres dans certaines maisons d'un secteur résidentiel, a indiqué à CNN Billy Nungesser, le président de la paroisse - l'équivalent en Louisiane d'un comté dans le reste du pays.
 
Au moins la moitié des 2000 personnes habitant dans la zone menacée avaient déjà quitté les lieux avant l'arrivée de l'ouragan, a-t-il dit, sans préciser combien de personnes avaient dû être évacuées mercredi.
 
Plus de 450.000 foyers privés d'électricité
 
L'ouragan Isaac avance très lentement depuis qu'il a abordé mardi soir le continent, sur la côte sud de la Louisiane, lâchant d'énormes précipitations sur la zone côtière.
 
À la suite de ruptures de lignes provoquées par des rafales de vent, plus de 450.000 foyers en Louisiane n'avaient par ailleurs plus d'électricité mercredi matin, selon Entergy Louisiana.
 
Les autorités se veulent, elles, optimistes, assurant que cette fois La Nouvelle-Orléans échapperait au pire grâce aux milliards de dollars de travaux qui ont été réalisés depuis sept ans, afin de renforcer les digues et les systèmes de pompage. D'autant qu'Isaac est bien moins violent que Katrina, soulignent-elles.
 
Selon le NHC, Isaac est un ouragan de catégorie 1 sur l'échelle de Saffir-Simpson, qui compte cinq degrés.
 
L'ouragan frappe La Nouvelle-Orléans sept ans jour pour jour après Katrina, un ouragan de catégorie 3 qui avait ravagé la ville le 29 août 2005, déclenchant l'une des pires catastrophes naturelles de l'histoire américaine, faisant quelque 1800 morts dans l'ensemble de l'État.
 
Plus de 33.500 membres de La Garde nationale et près de 100 avions et hélicoptères avaient été déployés dès mardi pour intervenir dans les quatre États menacés, Floride, Alamaba, Mississippi et Louisiane.
 
« Ce n'est pas le moment de prendre des risques. (...) Il faut prendre cela au sérieux », avait prévenu mardi Barack Obama lors d'une allocution à la Maison-Blanche.
 
Isaac n'aura pas empêché les républicains d'ouvrir mardi à Tampa, en Floride, avec tout de même un jour de retard, leur convention qui a désigné officiellement Mitt Romney pour la présidentielle du 6 novembre face à M. Obama.

Suivre la situation en direct

Mise à jour :

Une dépêche de l'AFP via le site romandie nous informe que 3000 personnes ont été évacuées en Nouvelle-Orléans à cause du risque d'inondation.

« Les autorités ont ordonné l'évacuation de quelque 3.000 personnes dans la région côtière de Plaquemines, zone la plus durement touchée par la tempête, avec des rafales de vent qui ont passé les 85 km/h, rendant difficile le travail des sauveteurs. »
« Dans le comté, selon des médias locaux, certains habitants sont restée coincés dans leur grenier ou sur le toit de leur maison pendant plusieurs heures avant d'être secourus. »
« Selon le gouverneur de la Louisiane Bobby Jindal, au moins une personne est morte dans la tempête. »
« A la suite de ruptures de lignes provoquées par des rafales de vent, plus de 716.000 habitants - dont 683.000 en Louisiane - dans les régions touchées n'avaient plus d'électricité mercredi à 19H00 GMT, selon le département américain de l'Energie, qui précise dans un communiqué que près de 95% de la production de pétrole brut dans le golfe du Mexique était à l'arrêt.

Des responsables ont averti jeudi les habitants, invités à rester à l'abri, qu'ils devront attendre au moins une journée avant que les vents ne permettent aux équipes de d'intervention de réparer les lignes électriques arrachées. »



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Etat de la planète Climat »