États-Unis : La ville de Long Beach poursuit Monsanto en justice pour contamination des eaux


La ville de Long Beach en Californie porte plainte contre le géant Monsanto et l'accuse de contaminer les eaux,et pas avec n'importe quel produit, mais aux polychlorobiphényles (PCB). Pour information, les PCB sont toxiques, écotoxiques et reprotoxiques (perturbateurs endocriniens). Ce sont des polluants ubiquitaires et persistants (demi-vie de 94 jours à 2 700 ans selon les molécules) qui sont classés comme cancérogènes (wikipédia).

Cette information voit le jour alors que le groupe agro-chimio-alimentaire ainsi que pharmaceutique Bayer envisage d'engloutir Monsanto en ayant annoncé lundi 23 mai avoir fait une offre à 62 milliards de dollars (55 milliards d’euros) pour racheter le fabricant américain de semences OGM, en risquant ainsi de créer un monstre mondial des pesticides et des engrais.

Bien que tout ce qui puisse mettre des bâtons dans les roues de Monsanto et consorts soit une bonne nouvelle, il y a fort à parier que ceux-ci vont tenter de « mettre la main à la poche » pour étouffer cette affaire, et ainsi continuer impunément de polluer la planète. Ceci dit, cela risque de ne pas être aussi simple cette fois, puisque Long Beach rejoint ainsi les villes de San Jose, San Diego, Seattle, Oakland, Berkeley et Spokane dans cette action juridique...

Le Veilleur

Des pierres dans le jardin de Monsanto

Jeudi 19 Mai 2016, la ville de Long Beach a intenté un procès contre Monsanto Co., pour contamination continue des eaux de ruissellement, des voies navigables et des plans d’eau par des produits cancérigènes interdits depuis longtemps, les polychlorobiphényles, ou PCB du fabricant parfois improprement dits « pyralènes » (du nom commercial d'un produit de Monsanto à base de PCB autrefois très utilisé en Europe dans les transformateurs).

L'Environmental Protection Agency (EPA) définit les PCB, des produits chimiques organiques de synthèse fabriqués de 1929 à 1979, date de leur interdiction, comme une gamme de produits toxiques présentant des aspects variés, allant de liquides de couleur claire à des solides cireux jaunes ou noirs.

Bien que les PCB soient interdits, les produits tels que l'huile de moteur, les appareils électriques, l'isolation thermique, les adhésifs, les matières plastiques et la peinture à base d'huile peuvent encore en contenir.

Selon la plainte déposée, des BPC ont pollué le port et les plages de Long Beach par un ruissellement d'origine naturelle dû à la pluie, entraînant des substances libérées sans précautions dans l'environnement.

Les PCB ont été détectés dans les tissus de tous les êtres vivants sur la terre, on en retrouve sur les côtes, dans les océans, les cours d'eau, le sol et l'air. Chez l'homme, l'exposition à ces produits peut provoquer un cancer et affecter le système immunitaire, le système reproducteur, le système nerveux, le système endocrinien, en plus d'autres effets sur la santé. Les populations de poissons, d'oiseaux et d'autres la vie animale sont également concernées par ce danger.

Les élus de Long Beach continuent à « faire face à des coûts importants liés aux PCB dans les eaux pluviales et les dépôts sédimentaires du port, ainsi que dans des zones de plate-forme océanique littorale ». La commission de contrôle de la qualité de l'eau de l'État a déterminé que la présence de PCB dans les eaux de ruissellement de la ville menace la faune dans les eaux du port de Long Beach.

La ville tient Monsanto pour responsable de la quantité importante de contamination qui met en danger l’écosystème de la ville. Monsanto devra assumer la charge de nettoyage de l'environnement, et non pas les contribuables de Long Beach et de l'Etat

, a déclaré le procureur de la Ville, Charles Parkin.

Long Beach se battra pour la propreté de l'eau propre et tient Monsanto pour responsable de la production et de la distribution de produits dont la compagnie savait qu’ils représentaient un risque important pour l'environnement.

Long Beach rejoint ainsi les villes de San Jose, San Diego, Seattle, Oakland, Berkeley et Spokane

Monsanto a déclenché un virus de l'environnement qui ne peut être contrôlé et se trouve maintenant dans pratiquement tous les organismes vivants dans notre chaîne alimentaire

, a déclaré Me Scott Summy, l’avocat qui coordonne l’action pour chacune des sept villes.

Les documents montrent que Monsanto, après avoir reconnu que les PCB étaient un contaminant mondial, a continué à fabriquer des PCB et a ignoré les risques provoqués pour la santé humaine et l'environnement. Monsanto sait que les PCB contaminent les réserves d'eau, dégradent les habitats marins, tuent les poissons, et mettent en danger la vie des oiseaux et des autres animaux. En outre, Monsanto sait que les PCB sont associés à des maladies graves et des cancers chez les êtres humains qui peuvent être exposés aux PCB par ingestion et par contact cutané.

Monsanto était le seul fabricant de PCB aux États-Unis de 1935 à 1979

La ville de Long Beach réclame des dommages et intérêts compensatoires et punitifs, ainsi que le paiement des frais de justice et des honoraires d'avocats, avant jugement et intérêts après jugement. Le maire de Long Beach, M. Robert Garcia a déclaré :

Ça va être un combat difficile, mais nous nous y engageons pleinement. Il faut que Monsanto cesse de polluer nos collectivités.

Mercredi, Monsanto avait publié une déclaration disant qu'il a reçu une offre d’achat de BayerAG pour une acquisition de la compagnie :

Le conseil d'administration de Monsanto examine la proposition, en consultation avec ses conseillers financiers et juridiques. Il ne sera fait aucun autre commentaire jusqu'à ce que le conseil d'administration en ait terminé l’examen.

Depuis, Monsanto n'a pas pu être joint...

Par Stephanie Rivera pour Long-Beach Post - Traduction par Jeussey de Sourcesûre



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Etat de la planète Environnement »