Etats-Unis : La réforme de santé « Obamacare » tourne au fiasco


Barack Obama a dû proposer d'amender sa loi sur la réforme de santé, entrée en vigueur en octobre, suite aux plaintes de citoyens dont les contrats d'assurance ont été résiliés car ils ne répondaient pas aux critères d'Obamacare.
 
C'est un nouveau coup dur pour Barack Obama dans la mise en place de l'Obamacare, victime d'un lancement houleux depuis le 1er octobre. Le président américain a accepté ce qu'il avait toujours refusé de faire jusqu'à présent, à savoir amender le pilier de son programme de réforme de santé, qui a résisté par le passé à plus de trois ans d'assauts parlementaires.
 
En cause : la situation d'environ 5 % des Américains, qui sont assurés pour leur santé auprès d'assureurs privés, et dont les forfaits d'assurance ont été résiliés car ils ne rentraient plus dans les critères de la nouvelle loi. Ces Américains ont reçu ces dernières semaines des avis de résiliation d'office de leurs contrats d'assurance, alors que Barack Obama avait publiquement promis que la loi ne les affecterait pas.
 
Le président américain propose aux assureurs de prolonger le contrat de certains assurés. Cette solution, annoncée lors d'une conférence de presse à la Maison blanche, ne nécessite pas l'aval du Congrès et permettra aux assureurs de prolonger ces contrats en 2014.
 
« C'est moi le responsable »
Dans son discours, Barack Obama, qui a répété quatre fois le mot « ratage », a fait amende honorable :
 
« C'est moi le responsable. Nous avons raté le lancement de cette réforme », a-t-il avoué.
Barack Obama a cherché à prendre de court le Congrès, où même une partie de ses alliés démocrates a commencé à le lâcher en menaçant de modifier d'eux-mêmes la loi sur la santé, par la voie législative. Ce phénomène a contredit une promesse répétée par le président lui-même depuis des années :
 
« Si vous aimez votre couverture actuelle, vous pouvez la garder ».
La fureur déclenchée par les résiliations d'assurances a été décuplée par les graves dysfonctionnements du portail internet lancé le 1er octobre, et où tout Américain non assuré doit, en théorie, pouvoir s'inscrire pour souscrire une assurance. Bien que les capacités du site principal, géré par le gouvernement fédéral, aient été augmentées et de nombreux bugs résolus, seulement 27.000 personnes ont réussi à y souscrire une assurance en octobre (106.000 au total, en comptant les sites gérés directement par 14 États). La réforme vise à couvrir à terme quelque 30 millions de personnes jusqu'alors sans protection de santé.
 
Le président a aussi reconnu qu'Obamacare, fleuron de son bilan social, avait constitué ces derniers temps un « fardeau » pour ses alliés démocrates, un an avant les législatives de la mi-mandat.
 
« Il est légitime pour (les Américains) de s'attendre à ce que je regagne un peu de confiance sur la réforme de la santé en particulier, et en général »
, a-t-il lancé alors que sa cote de confiance a chuté ces dernières semaines.
 
Nouveau vote des républicains vendredi
 
Du côté républicain, la démarche du président démocrate est perçue comme un aveu de faiblesse.
 
« Le président n'a absolument aucune crédibilité sur cette promesse »
, a réagi John Boehner, chef de file des républicains de la Chambre des représentants. Vendredi, la Chambre, dominée par les républicains, votera pour aller plus loin encore que la solution administrative proposée. Des démocrates ont aussi indiqué qu'ils persisteraient, notamment pour pérenniser au-delà d'un an le plan du président.
 
D'autres complications politiques pourraient venir des assureurs privés eux-mêmes, qui comptaient sur le transfert, en 2014, de millions d'Américains vers des assurances plus rémunératrices, ce dont le plan de la Maison Blanche risque de les priver.
 
« Modifier les règles (...) pourrait déstabiliser le marché et conduire à des prix plus élevés pour les consommateurs »
, a regretté dans un communiqué Karen Ignagni, présidente de la fédération professionnelle America's Health Insurance Plans (AHIP).



Commentaires 3

avatar de PH7
  • Par PH7 0 0
  • J'ai bien peur de m'inscrire en faux sur le titre de cet article. Où est le fiasco ? Nulle part puisqu'il a permis au congrès de voter une loi obligeant le « pucage » des Américains. Or tel était bien le but poursuivit pour superfliquer le peuple américain et ultérieurement les autres peuples. Vous qui me lisez, vous avez compris que je ne suis pas béni oui-oui, mais je m'interroge quand même lorsque je lis dans certains livres sacrés « nul ne pourra plus faire commerce ni échanger s'il n'est marqué du signe de la bête » La bête, selon mon avis personnel, n'est autre que ce qui a commencé par l'instauration de l'argent virtuel --à savoir les assignats, puis les billets de banques suivi du chèque puis de la carte de crédit poursuivit par le paiement sans contact pour aboutir à au paiement par la puce d'identification ou le simple fait d'apposer son empreinte digitale -- -- revoir l'excellent file « Retour vers le Futur » -- -- La bête enlevant toute possibilité de vivre hors de son emprise où tout émane d'elle et retourne vers elle.--
    Vous avez le droit de penser que j'ignore tout de la vie, que je suis négatif, que vous avez encore votre libre arbitre, c'est votre droit et je le respecte mais pensez quand même à ce que je vous dis, refaites vos comptes, regardez si vous êtres vraiment propriétaires de votre bien ou si ce ne serait pas plutôt la banque votre propriétaire, osez regarder en face la farce que l'on vous fait jouer, où vous êtes en déficit de presque trois mois de salaire à la fin de l'année parce qu'il vous manque 400? à la fin du mois pour boucler le budget et que vous êtes imposés sur votre revenu qui suffit à peine l'année suivante, interrogez-vous sur le pourquoi des vaccinations obligatoires ou des dépistages systématiques des cancers. Quand aux commerçants et artisans, êtes vous sûr d'avoir véritablement faits vos comptes, car je peux l'affirmer, le décalage des deux ans pour le calcul des charges n'est qu'un leurre pour mieux vous mettre à poil et vous obliger à faire toujours plus d'argent au profit des organismes sociaux et de l'État pour mieux entretenir des fonctionnaires qui ont certainement moins besoin d'argent que vous pour vivre et surtout moins besoins de se battre pour assurer leurs fins de mois. Pour ne pas m'étendre sur le sujet car vous en savez autant que moi, sinon plus, il n'existe pas de fiasco que les politiques et oligarques ne tourne à leur profit. Allez, je vous laisse retourner à vos publicité et votre téléfilm américain diffusé par des chaînes appartenant de fait aux américains et vous gaver de burgers et autres produits américains pour au final vous bourrer de médocs issus de brevets américains .... Tout est déjà calculé, y compris les soit-disant fiascos .....

avatar de Le-veilleur
  • Par Le-veilleur (Admin) 0 0
  • Merci Philippe pour ce petit rappel à l'attention des lecteurs, car tous ne sont peut être pas pleinement conscient des réalités qui se trament, ni des buts poursuivis par les élites et leurs gentils toutous que sont les politiques. Je pense malgré tout que la situation lui a échappé et qu'il s'agit bien d'un fiasco, dumoins pour le moment, car pour ce qui est du pucage forcé, il semble bien que ce soit une fois de plus un hoax : http://www.theepochtimes.com/n3/...

avatar de PH7
  • PH7 a répondu 0 0
  • Salut l'ami, désolé de ne pas avoir répondu plus tôt, mais j'ai du mal à digérer que je me sois encore laissé avoir par une information truquée ! Hoax, false-flag et autres infos bidonnées ça fait beaucoup ! D'autant qu'il est encore fort possible qu'une info véritable soit passée comme fausse ultérieurement, histoire de mieux brouiller les pistes ou masquer un échec de la première stratégie. Admettant que l'information qui m'a fait réagir soit fausse à l'origine, cela n'enlève rien le fait que tout soit fait à la fois pour réduire nos possibilités de nous déplacer sans être pisté à tout instant. Même pour faire un plein, si tu n'as pas de carte bancaire cela devient un véritable casse-tête, je viens d'en faire l'expérience ! Il est devenu criminel de vouloir payer en espèces et gare à toi si tu n'as qu'un billet de 100 Euros ! Tout juste si on ne m'a pas demandé une pièce d'identité. Par contre, dans certains quartiers je constate avec plaisir qu'une forme certaine d'économie parallèle se constitue, permettant aux gens de s'en sortir un peu mieux --On prend les euros mais aussi les dirhams et autres monnaies étrangères -- Tout cela avec des marchandises plus ou moins tombées du camion et qui échappent à tous les contrôles, même les denrées alimentaires sont issues de cultures locales et vendues comme ça directement du producteur au consommateur sans passer par la filière des grossistes. Faut dire que les bleus ne sont pas les bienvenus dans ces quartiers et qu'ils ne s'y risquent pas trop ou du moins tellement discrètement qu'il y a peu de risques. Perso, j'avais besoin de cigarettes, je n'ai pas trouvé mon tabac mais des tonnes de cigarettes à des prix qui rendent inutile le déplacement aux frontières. Je ne dirai pas où j'étais pour ne pas lâcher les loups dans la bergerie, mais ça fait chaud au c?ur de voir que la résistance est déjà en place. En tous cas merci à mon guide de m'avoir fait connaître le coin, c'était très instructif.

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Politique »