États-Unis : La mondialisation veut dissoudre les cinquante états


J'ai été surpris de constater le peu d'intérêt des médias pour cette information malgré l'importance des enjeux qu'elle révèle à demi-mots sous des prétextes économiques voilés. Ce désintéressement peut trouver une explication dans le fait qu'il est parfois nécessaire de lier plusieurs informations différentes entre-elles afin de leur donner un sens commun, ce qui n'a pas été le cas jusqu'ici.

Nous avons donc cette nouvelle qui tombe et nous informe que le Council for Foreign Relations, think tank mondialiste par excellence, désire voir disparaître les cinquante états américains au profit de sept « super régions », comme cela a été le cas du nouveau dessin des régions il y a peu en France. Cette information est importante à elle seule certes, oui mais après ? Quelle autre élément pourrait enrichir cette information ?

Cet autre élément est le « texit », qui est comparé au « brexit » anglais, puisqu'un référendum sur la sécession du Texas de l’Union Américaine a eu lieu ce mois-ci. Tout comme la récente motion de censure déposée en France par les frondeurs de gôche dans le cadre de la Loi travail, il s'en est fallu de deux voix seulement pour que le Texas devienne indépendant et ne fasse plus parti des États-Unis !

Il faut savoir que l’État du Texas

« possède une économie prospère, et est la quinzième plus grande économie mondiale. (...) Il détient un quart des réserves pétrolières nationales et un tiers des réserves nationales de gaz. » selon Business Insider, qui ajoute que « avec les armées Texas State Guard, lTexas National Guard, l’Air Guard, et les Texas Rangers, plus deux des plus grandes bases militaires américaines et une population largement armée, l’État serait capable d’assurer seul sa propre défense. ». (source)

Le Texas fait donc figure de chef de file, car il n'est pas le seul état à vouloir une sécession, car parmi les autres États participants, figurent la Louisiane, l’Alabama, l’Arkansas, la Caroline du Sud, le Missouri, la Floride, le Tennesse, et la Georgie.

On peut donc sentir un très fort affaiblissement, pour ne pas dire la dissolution d'une Union Américaine sur le déclin. Une dynamique de déstructuration est donc en cours, et les projets de création de sept super régions en lieu et place des cinquante États ne sont qu'une vaine tentative de réunification et de muselage d'un mouvement déjà lancé.

Le Veilleur

Le CFR veut remplacer les États des États-Unis par des super régions sur le modèle chinois

Il faut supprimer les cinquante États des États-Unis pour les remplacer par sept super régions sur le modèle chinois : telle est la nouvelle carte dessinée dans le New York Times par l’agent mondialiste Parag Khanna, membre actif du Council for Foreign Relations (CFR).

« Redessine moi la planète » ! Les petits princes du Nouvel ordre mondial n’ont pas de limite dans leur frénésie de modeler le monde à l’image de leur utopie – le nouveau comme l’ancien. Parag Khanna juge « dépassés, désuets, obsolètes » les cinquante États qui constituent les États-Unis, il préconise de les remplacer par sept super régions.

Selon lui, cela ne nécessitera nulle création, ces régions existent déjà, « il y a sept super régions définies par l’économie et la démographie, comme la côte pacifique ou la région des Grands lacs, et à l’intérieur d’elles de nouveaux archipels urbains ». Foin de l’histoire, de ses lentes concrétions, des configurations particulières qu’elle a façonnées, place aux grands coups de stabilo sur la comète.

Le CFR, fer de lance du mondialisme aux États-Unis

Le vocabulaire pompeux est caractéristique de l’homme, qui se proclame « stratège en gouvernance globale », et qui, né en Inde, vivant surtout en Arabie et en Europe, se soucie moins des intérêts des habitants des États-Unis que de l’utopie mondialiste. Son pedigree est parlant : membre du CFR, Khanna l’est aussi du Conseil européen des relations internationales, et travaille pour le « Conseil pour un programme global », un forum économique international.

En décembre dernier, il prônait l’établissement d’un passeport mondial géré par Interpol, prenant texte d’une menace globale ne dépendant pas d’un État, le terrorisme islamique, pour officialiser une citoyenneté globale ne dépendant pas d’un État. Il est aussi « global contributor » pour la chaîne CNN.

Des super régions transfrontalières à la place des États

Une coïncidence intéressante si l’on se souvient que CNN a servi de chef de meute des médias pour ridiculiser l’information selon laquelle une union nord-américaine serait « dans les tuyaux » des cercles mondialistes. Or, dans son projet de nouvelle carte des États-Unis, Khanna préconise précisément de « sauter par-dessus les frontières internationales » pour dessiner les super régions.

Il érige en exemple une région commune aux États-Unis et au Canada : Detroit et Windsor sont

profondément interdépendantes par leur industrie de l’acier et de l’automobile et se trouveraient bien de travailler ensemble au lieu de se chamailler pour savoir qui paiera le nouveau pont qui doit les relier. Le destin de Détroit est tout tracé si nous en avons le courage : ce sera le lien entre Chicago et Toronto dans l’union nord-américaine en devenir.

Parag Khanna donne le communisme chinois en modèle malgré ses crimes

Selon le CFR, qui est, avec le gouvernement fédéral, à l’origine de ce projet d’union nord-américaine calqué sur l’Union européenne, la reconstruction des États-Unis en sept super régions permettra à Washington de planifier plus rationnellement « les infrastructures, les circuits de communications et d’approvisionnement ». Il valide le modèle chinois, qui a « réussi à constituer 26 super régions qui pèsent jusqu’à 100 millions d’habitants ».

Ces régions, dont les frontières varieront « en fonction de la démographie et de l’économie » serviront de modèle pour organiser le reste du monde. Significativement, Khanna n’a pas un mot pour rappeler la catastrophe humaine, morale et culturelle que fut et reste le communisme chinois. Et pour cause : le CFR est l’une des officines mondialistes qui ont le plus œuvré à soutenir ce communisme chinois, considéré comme l’une des forces déterminantes dans la dialectique qui doit mener à l’élaboration de la gouvernance globale. Les sept super régions des États-Unis contribueront aussi à ce mouvement.

Par Pauline Mille sur reinformation.tv - Introduction par Le-veilleur.com

Liens connexes



Commentaires 3

avatar de PH7
  • Par PH7 0 0
  • Salut le-veilleur. Quand tu dis : « Le Texas fait donc figure de chef de file, car il n'est pas le seul état à vouloir une sécession, car parmi les autres États participants, figurent la Louisiane, l’Alabama, l’Arkansas, la Caroline du Sud, le Missouri, la Floride, le Tennesse, et la Georgie. » (Sic)

    Tu n'as pas l'impression d'une revanche des états sudistes contre les nordistes ? De plus, qui dit état dit lois or ce qui est recherché c'est bien une mondialisation : mêmes règles, mêmes lois, mêmes dirigeants pour tous. Et si je lis bien les cartes, ces états sont les plus riches des USA en matière de production. D'après ce que j'ai compris que l'on soit américain ou européen le Nouvel Ordre Mondial veut mettre tout le monde au pas et derrière lui, peu importe sa nationalité actuelle. Pour les réfractaire, quelque soit la nationalité c'est la mort ou le camp ! J'en déduit que les choses se mettent en place selon le plan prévu .... Seulement, il va y avoir un os de taille, j'ai un flair terrible pour ça !

avatar de Le-veilleur
  • Par Le-veilleur (Admin) 0 0
  • Salut Philippe. Une revanche ou un clin d’œil est possible, mais je pense qu'il s'agit plutôt d’intérêts, car le Texas est bien conscient que sans lui les états unis risquent gros, mais que la réciproque n'est pas valable au vu de son autonomie. L'idéologie texane supporte de moins en moins la fédération de leur état et les lois qui y sont liées, et veut son émancipation. Ce désir ne date pas d'aujourd'hui...

avatar de PH7
  • Par PH7 0 0
  • Effectivement on remarque de plus en plus d'états qui ayant goûtés les joies de l'unification (forcée ou non) se disent que c'était bien mieux avant .... Et pourquoi partager les richesses quand on ne partage pas les mêmes valeurs ?

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Politique »