Etats-unis : la DARPA présente le « système cognitif d'alerte de menace »


Le très bon site crashdebug avait fait un article traitant de ce procédé lors de son élaboration. Il est question d'un scanner cérébral qui a été développé (à la base...) pour aider les gens totalement paralysés à parler.
 
Ce dispositif exploite ce que les neurosciences appellent le P300, une vague de l'activité du cerveau qui signifie une reconnaissance inconsciente d'un objet visuel. Il est  nommé ainsi parce qu'il survient à environ 300 millisecondes après la stimulation. Le P300 peut être considéré comme la base biologique du sixième sens.
 
Le contrôle par l'esprit arrive dans la bataille
 
Le problème est que cela peut prendre quelques secondes au cerveau pour devenir conscient de ce qu'il a vu, et en Afghanistan, cette brève période peut signifier la différence entre voir une bombe, et conduire au-dessus et la mettre hors tension.
 
Mais un dispositif connu sous le nom d'un électroencéphalogramme (EEG - wiki) peut repérer les signaux tel que le P300. Accroché à un ordinateur sophistiqué qui peut interpréter le signal, il peut alerter immédiatement une personne d?une menace potentielle, en prenant un raccourci à travers le fonctionnement normal du cerveau et de son traitement conscient. Combiné avec des optiques de pointe, il est possible d'imaginer un système de vision comme la vision de « Terminator » qui balaye une zone, identifie immédiatement et catégorise les menaces.
 
Bien que cela semble tiré par les cheveux, c'est à peu près l'idée derrière une nouvelle technologie militaire appelée Sentinel (système de notification des menaces inspiré par l'apprentissage activé neuronalement), qui est présenté comme le premier système au monde d?alerte de menace binoculaire « cognitivo-neuronal ». (article complet sur crashdebug)
 
le « système cognitif d'alerte de menace »
 
La DARPA aide nos militaires dans des voies innombrables, de concevoir un tir, a une arme de mise à mort, à créer des mules robotiques pour porter les paquets des soldats. Elle construit également des outils pour que des soldats améliorent la surveillance de leur environnement afin d?identifier des menaces, et son dernier outils dans le genre s'appelle « le système cognitif d'alerte de menace » de technologie (CT2WS).
 
CT2WS est composé d'une caméra vidéo électro-optique de 120 megapixel avec un champ visuel de 120 degrés alimentant un ordinateur portable traitant le signal avec des algorithmes visuel cognitif. Ces algorithmes identifient les cibles potentielles dans le flux vidéo, qui sont montrées à un soldat utilisant un casque EEG qui analyse les signaux du cerveau que le soldat voie. Vous voyez, l'esprit humain est particulièrement bon pour percevoir les menaces, et le CT2WS recherche l'onde cérébrale particulière (ndlr P300) qui se produit quand nous en voyons une.
 
Le composant humain améliore rigoureusement l'exactitude avec laquelle le système peut identifier les ennemis de loin. Combien précisément ? Testé dans le désert, le terrain tropical et en espace ouvert il a été prouvé que sans filtre de soldat/EEG, le système a eu 810 fausses alertes sur 2.304 événements de menace dans une heure. L'incorporation du filtre a eu comme conséquence seulement cinq fausses alertes par heure, en plus elle pouvait identifier 91 pour cent des cibles potentielles avec succès.
 
Pas assez bon vous dite ? Ajoutez un radar commercial dans le mélange et l'armée devient omnisciente, le système a alors identifié 100 pour cent des cibles a l'essai.

Lire aussi : Pirater l'esprit humain : les chercheurs démontrent l'extraction de données sensibles par l'intermédiaire d'une interface cerveau-ordinateur (crashdebug)



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Surveillance & sécurité »