Etats-unis : la côte est en état d'alerte, New-York évacue 375.000 personnes à l'approche de l'ouragan « Frankenstorm »


Les premiers effets de l'ouragan Sandy se sont fait sentir dimanche le long de la côte est américaine, provoquant des annulations de milliers de vols et l'évacuation de centaines de milliers de personnes à New York et dans certaines zones côtières.
 
Le président américain Barack Obama a appelé ses compatriotes à prendre « très au sérieux » le danger potentiel que représente l'arrivée prochaine de l'ouragan Sandy sur la côte est des Etats-Unis, et de suivre les conseils de précaution délivrés par les autorités.
 
« La tempête n'a pas encore atteint la côte. On ne sait donc pas où elle va frapper, où il y aura l'impact le plus important et c'est pourquoi il est si important d'être prêt à réagir massivement et rapidement »
, a-t-il déclaré à des journalistes lors d'une visite au siège de l'Agence fédérale chargées des situations de crise (FEMA).
 
A neuf jours de la présidentielle, la tempête chamboule également le programme des deux candidats, contraints d'annuler des réunions publiques dans les Etats susceptibles d'être touchés.
 
Le président Barack Obama a annulé ses déplacements lundi et mardi afin de rester à la Maison Blanche et surveiller l'évolution de la situation. Les opérations de vote par anticipation risquent également d'être très perturbées, menaçant le taux de participation, s'est inquiété dimanche le stratège démocrate David Axelrod.
 
« Superstorm », « Monsterstorm » ou encore « Frankenstorm », en référence à la fête d'Halloween : les médias américains rivalisaient de superlatifs pour souligner la taille et la dangerosité potentielle de la tempête, qui doit se renforcer en rencontrant un front froid du Canada, selon les prévisions des services météorologiques.
 
Évacuation de 375.000 habitants
 
Ceux-ci s'attendent à ce que l'ouragan touche les terres, sans doute mardi matin, entre le Massachusetts et la Virginie. Sans attendre, les autorités multiplient les mesures de précaution. A New York, ville la plus peuplée du pays, le maire Michael Bloomberg a ordonné l'évacuation de 375.000 habitants de zones risquant d'être inondées.
 
Le réseau de transports publics, y compris le métro, sera fermé à partir de 19h (1h à Paris).
 
« Suspendre le réseau de transport le plus important d'Amérique du Nord représente un effort monumental mais qui doit être effectué suffisamment en amont de l'arrivée de l'ouragan »
, a expliqué le patron de la MTA, Joseph Lhota. Outre le métro, le plus fréquenté du pays, la ville aux huit millions d'habitants a également décrété la fermeture des parcs, des aires de jeux et des plages dimanche après-midi.
 
Plus de 3.000 vols annulé
 
Parcs, aires de jeu et plages seront également interdits au public. Plus de 3.000 vols intérieurs et internationaux ont par ailleurs été annulés pour dimanche et lundi, principalement dans les aéroports new-yorkais, de Washington, et de Philadelphie, selon le site spécialisé flightaware.com.
 
Dimanche, à 20h, heure de Paris, l'ouragan se trouvait à 930 kilomètres au sud de New York et progressait vers le nord-est à la vitesse de 22 km/h, selon le Centre américain de surveillance des ouragans (NHC), basé à Miami.
 
« Il devrait obliquer vers le nord puis le nord-ouest ce soir ou tôt lundi »
, selon le NHC.
 
Les vents soufflaient à 120 km/h mais devraient se renforcer à mesure que l'ouragan progresse vers des eaux plus froides. Ces vents soufflent jusqu'à plus de 800 kilomètres de l'oeil du cyclone selon le NHC. Une pression atmosphérique de 951 hectopascals - quasi - jamais observée sous ces latitudes quand la pression normale est de 1.015 hectopascals - a par ailleurs été relevée.
 
Un spécialiste de la météo du Washington Post avouait sur le site Internet du journal n'avoir « jamais vu » de pareils prévisions : « On entre là dans un terrain inconnu ». Sur les côtes de Caroline du Nord, dimanche, les télévisions montraient des images des îles rases qui s'étirent le long de la côte balayées par les vents, avec de la pluie et une mer démontée.
 
Déjà au moins 66 morts
 
Dans le New Jersey et le Delaware, l'évacuation des zones côtières a été ordonnée face au risque d'inondations, accru par les forts coefficients de marées. Le gouverneur du New Jersey, Chris Christie a aussi décrété la fermeture des casinos d'Atlantic City, le « Las Vegas de la côte est ».
 
Dans la plupart des Etats de la côte, les gouverneurs ont décrété l'état d'urgence afin de pouvoir rapidement mobiliser des moyens. A Washington, des sacs de sable ont été disposés autour de certaines bouches de métro tandis que les radios, mettant en garde contre les coupures d'électricité à prévoir, diffusaient des messages expliquant les précautions à prendre.
 
L'ouragan Sandy a déjà laissé au moins 66 morts après son passage dans les Caraïbes.

Suivre l'évolution de l'ouragan Sandy sur Google (carte)



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Etat de la planète Climat »