États-Unis : Découverte des traces d'une civilisation inconnue


Une nouvelle découverte archéologique vient d'être effectuée et conforte l'idée selon laquelle nos ancêtres sont plus âgés que ce qui est communément admis dans le milieu scientifique. Elle confirme également la théorie controversée d'après laquelle les humains ont cohabité avec d'anciennes espèces vivant à l'époque du tertiaire, aujourd'hui éteintes depuis très longtemps.

Ce constat vient s'ajouter à d'autres découvertes plus anciennes et spectaculaires, dérangeantes mêmes, puisqu'elles indiquent que Dinosaures et êtres humains auraient eux aussi coexisté. Les dogmes officiels sont une nouvelle fois mis à mal, et les avancées et découvertes scientifiques dans des domaines tels que l’archéologie, la paléontologie, la biologie ou encore la génétique, semblent semblent même aller à l'encontre de la théorie de l’évolution de Darwin.

En effet, Charles Darwin qui est l'auteur de L’origine des espèces publié en 1859, avoua plusieurs points embarrassants dans le chapitre « les difficultés de la théorie », et bien qu'il espérait que ces problèmes soient résolus dans l'avenir, ce ne fût jamais le cas.

A ce propos, et dans le but de vous forger votre opinion sur le sujet, je vous recommande la lecture des ouvrages du controversé Dr Hans-Joachim Zillmer, comme « Darwin: le mensonge de l'Évolution » (pdf), dans lequel il dénonce le mensonge de l'Évolution et montre que les scientifiques :

  • ont ouvertement triché au cours de ces 50 dernières années pour maintenir le public dans l'ignorance des nouvelles découvertes archéologiques allant contre la thèse de l'évolution ;
  • n'ont pas hésité à fabriquer des fausses preuves darwiniennes, au point que certains ont même été traduits en justice comme faussaires ;
  • se servent de procédés bien peu scientifiques dès qu'il s'agit de garantir, par tous les moyens, la véracité de la thèse darwinienne.

Je vous recommande également la lecture de l'article « Smithsonian Institute : La manipulation de l'histoire par la dissimulation de découvertes archéologiques majeures »

Le Veilleur

Découverte des traces d'une civilisation inconnue aux USA

Lors de fouilles en Floride un groupe d'archéologues américains a découvert des instruments d’une ancienne culture, à ce jour inconnue.

Les outils de pierre et les os de mastodonte coupés, qui ont été trouvés sur le site archéologique de Page-Ladson, dans l’Etat de Floride, prouvent que des humains ont habité dans le sud du territoire contemporain des États-Unis il y a presque 15 000 années, rapporte Sci-News.

Dans les années 1980-90, les scientifiques David Webb et James Dunbar de l’institut de recherche d’Aucilla ont examiné le site Page-Ladson, un site archéologique situé à huit mètres sous l'eau dans un gouffre rocheux sur la rivière d’Aucilla, près de la ville floridienne de Tallahassee. Au cours de cette expédition, ils ont récupéré plusieurs outils de pierre et une défense de mastodonte portant des éraflures effectuées à l'aide d'un outil datant d'il y a plus de 14.000 ans.

Toutefois, cette trouvaille a reçu peu d'attention car les objets récupérés étaient considérés comme trop vieux pour être réels et d’origine douteuse parce qu'ils avaient été trouvés sous l'eau. Entre 2012 et 2014, M. Dunbar, avec d'autres chercheurs, ont découvert d'autres outils de pierre et d’os d'animaux éteints. Ils ont également trouvé un biface – un couteau ancien aux bords tranchants sur les deux côté, utilisé pour la chasse ou pour découper les proies.

Le Dr. Daniel Fisher, également archéologue à l'Université du Michigan, a aussi étudié la défense de mastodonte récupérée par l’équipe de M. Dunbar lors des récentes fouilles. Il a confirmé l’hypothèse originale, selon laquelle les profondes rainures parallèles observées à la surface de la défense étaient des marques faites par des humains à l'aide d'outils en pierre afin d'enlever la défense du crâne.

Ces rainures sont clairement le résultat de l'activité humaine, et, tenant compte des nouveaux résultats de l’examen radiocarbone, on peut faire la conclusion que des humains avaient traité une carcasse de mastodonte sur le territoire actuel du sud-est des Etats-Unis beaucoup plus tôt qu’on a pu le penser auparavant

, a déclaré Dr. Fisher. (Mastodon BBQ anyone ? It was all the rage in Florida 14,550 years ago… — jonathan jb webb (@jjbw) 14 mai 2016)

En outre, notre découverte présente des preuves solides que les chasseurs humains de l'époque ne chassaient pas les mastodontes jusqu’à l'extinction. Au contraire, tous les objets trouvés sur le site montrent que les humains et la mégafaune ont coexisté pendant au moins 2.000 ans

, a-t-il expliqué. En utilisant les dernières techniques de datation au radiocarbone, l'équipe d’archéologues a découvert que l’âge de tous les artefacts était d'environ 14.550 années – soit au moins 1.500 ans plus vieux que ceux de la civilisation de Clovis. (An excavation in Florida produced evidence that people lived there 14,550 years ago — Science News (@ScienceNews) 14 mai 2016)


Jusqu’à cette découverte, les archéologues croyaient qu’un groupe humain appelé Clovis était la civilisation la plus ancienne du continent américain. Les scientifiques évaluent qu’ils se sont installés dans cette région il y a environ 13 200 ans.

Source Sci-News via sputniknews - Introduction par Le-veilleur.com



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Etat de la planète Archéologie »