Etats-Unis : De la corruption à tous les niveaux


Alors qu’Hillary vient d’être lavée de tout soupçon par le FBI, Wikileaks vient de disperser dans le public quelques 30000 mails de la candidate républicaine à la Présidence des USA. Curieuse coïncidence direz-vous, et pourtant les tenants de la probité morale auront encore une fois perdu, Snowden et Assange se battent contre le monstre yankee qu’ils ne pourront jamais abattre au risque de leur vie et de celle de 99,999999 % des habitants de la planète.

Revenons un peu en arrière. Le processus d’exonération d’Hillary Clinton de toute faute (par le FBI) était soigneusement orchestré. Ce qui a alerté le public scrupuleux de la bonne conduite des affaires publiques américaines est un meeting organisé par Bill Clinton avec Lauretta Lynch. Cette femme n’est pas n’importe qui puisqu’elle est procureur générale des Etats-Unis, le poste le plus élevé du système judiciaire américain. Lauretta Lynch et James Comey, l’actuel directeur du FBI, sont de vieux copains dans la turpitude organisée. Ils se sont illustrés en 2013 au sujet de l’affaire HSBC en ordonnant au département de la justice américaine de ne pas poursuivre cette banque au sujet de blanchiment d’argent des milieux de la drogue et du terrorisme. Comey, curieusement, faisait partie du board des directeurs d’HSBC … Rappelons ici qu’HSBC est l’un des principaux acteurs du marché de l’or sur la place financière de Londres.

Quand Eric Holder, le prédécesseur de Lauretta Lynch quitta le Département de la Justice, il y eut comme un sentiment de soulagement dans l’opinion publique qui pensait que les affaires de corruption au plus haut niveau de l’Etat américain ne seraient plus que de mauvais souvenirs. Or cet individu a été appointé par le cabinet d’avocats d’affaires Covington & Burling qui a des bureaux à Washington, New-York, San Francisco, Londres et naturellement Bruxelles. Malheureusement Loretta est tout aussi corrompue que Holder puisqu’elle a avalisé d’une signature l’innocence d’Hillary Clinton.

Le flirt malsain entre les Clinton et James Comey date de plus de 20 ans. Quelques jours avant de quitter la Maison-Blanche Bill Clinton gracia plus de 450 personnes dont Robert Palmer, l’un des principaux acteurs du scandale Whitewater, une histoire de malversations immobilières dans lesquelles était impliqué le couple Clinton. Mais ce n’était pas l’un des moindres personnages graciés par Bill Clinton puisqu’un dénommé Marc Rich fit aussi partie du lot des heureux innocentés. Marc Rich, un homme d’affaire israélo-américano-belgo-espagnol d’origine juive belge (selon sa fiche Wikipedia) eut l’autorisation émanant de la Maison Blanche de fuir à Lucerne, en Suisse après avoir détourné la bagatelle de 100 millions de dollars de l’administration fiscale américaine. Marc Rich était pourtant recherché par toutes les justices de la planète.

Pourquoi donc Bill Clinton gracia ce sombre individu, tout simplement parce qu’il couchait avec Denise, son épouse, dans leur luxueux appartement de la Cinquième Avenue à New-York, en quelque sorte le prix de ce pardon. La SEC et le Département de la Justice furent par la suite mandatés pour enquêter sur ces « pardons » décrétés par Bill Clinton. Les enquêtes furent rapidement étouffées quand James Comey fut appointé à la tête du FBI. Est-ce que le peuple américain va oser élire Hillary, épouse d’un homme politique corrompu jusqu’à la moelle des os et corrompue elle-même ?

1468239536_capture.png

Si on revient en Europe, n’y a-t-il pas un flagrant mélange des genres quand on apprend que Barroso vient d’être appointé par Goldman Sachs International comme conseiller (y compris avec son carnet d’adresse) pour organiser la main-mise de cette grande banque d’affaires sur les dépouilles des pays membres de l’Union Européenne ? À n’en pas douter il semble y avoir urgence … L’existence de l’UE doit être bien compromise pour que des vautours comme Goldman Sachs prennent de telles dispositions.

Par Jacques Henry - Source investmentresearchdynamics.com

Note

En 2003 James Comey fut nommé procureur général adjoint au Département de la Justice américain. En 2005 il fut appointé comme conseiller et vice-président de la firme américaine de défense Lockeed Martin. En 2010 il rejoignit la firme Bridgewater Associates (Connecticut) comme conseiller général. Le 4 septembre de cette même année il fut nommé par Obama septième directeur du FBI. On est là devant un cas de portes tournantes entre gouvernement et firmes privées ! Autant Lockeed-Martin que Bridgewater supportent financièrement Hillary Clinton pour accéder au fauteuil du bureau ovale de la Maison-Blanche. Les USA sont devenus une république bananière, tout simplement ! Bienvenue en enfer … d’autant plus évidemment que L-M pousse l’OTAN à déployer des missiles anti-missiles tout autour de la Russie et également en Corée du sud, des missiles naturellement fabriqués par cette même firme. On a tout compris, les USA se préparent à une troisième guerre mondiale contre des ennemis virtuels que sont la Russie et la Chine. Bienvenue donc dans l’enfer !



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Politique »