ERDF : Des compteurs « intelligents » dangereux pour la santé


Les ondes électromagnétiques envahissent notre quotidien, sans que l'on en cerne bien tous les dangers. L'une des dernières applications de ces ondes concernent les nouveaux compteurs d'électricité et d'eau.
 
On connaissait déjà la pollution électromagnétique dégagée par les THT (lignes à très haute tension), par les antennes relais, les bornes WiFi, les téléphones portables, iPhones, Smartphones et compagnie (lien), mais quid des compteurs nouvelle génération ?
 
Sur le chapitre des téléphones portables, une avancée juridique importante vient d'être faite, puisque la Cour suprême de cassation italienne vient de juger que l'usage intensif du téléphone portable pouvait provoquer un cancer (lien). En effet, du 24 au 31 mai 2011, 31 scientifiques de 13 pays différents, dont 8 pour les USA, ont conclu :
 
« qu'il existait une forte augmentation des risques de tumeurs cérébrales (...) pour les personnes utilisant ou ayant utilisé un téléphone mobile à raison de 30 minutes par jour pendant 10 ans »
, et le docteur Jonathan Samet, qui présidait le groupe de travail, d'ajouter :
 
«  les preuves scientifiques qui continuent à s'accumuler sont suffisamment solides pour déterminer (...) que l'exposition aux champs électromagnétiques des radiofréquences peuvent être cancérigènes chez l'homme  ». (fichier pdf)
En France, dès juillet 2005, 8 parlementaires, dont NKM, en préambule d'une proposition de loi sur le sujet des risques pour la santé publique liés à la téléphonie mobile écrivaient :
 
« il est de la responsabilité des élus de la nation de ne pas attendre les certitudes scientifiques pour prendre des mesures de protection des populations ».
Michèle Rivasi, l'eurodéputée EELV (Europe écologie les verts) et vice présidente du CRIIREM (centre de recherche et d'information indépendante sur les rayonnements électromagnétiques) ne dit pas autre chose :
 
«  la décision de la Cour suprême italienne conforte également les résultats de l'étude interphone selon lesquels l'usage intensif du téléphone portable favorise le développement du gliome, un cancer du cerveau ». Lire  « L'étude interphone » (fichier pdf)
La contestation contre les antennes-relais s'étend en France, et le 15 septembre 2011, une association montpelliéraine a obtenu le démontage d'une antenne-relais, au nom du principe de précaution (lien).
 
Mais intéressons nous aux compteurs émettant des ondes électromagnétiques, appelés Linky,  qualifiés « d'intelligents », qu'ERDF a commencé à installer, Véolia faisant de même pour l'eau. ERDF en a déjà installé 250.000 entre 2009 et 2011, et compte bien atteindre les 35 millions d'ici 2020, faisant valoir comme avantage la possibilité d'interventions à distance, et des factures calculées sur la base de la consommation réelle (lien).
 
En 2011, Véolia Eau en avait déjà placé plus de 200.000, utilisant comme argument que cela permettait aux usagers de maitriser leur consommation (lien). Le principe est simple : ces compteurs, équipés d'antennes magnétiques, sont relevés à distance, ce qui facilite évidemment le travail du personnel de ces entreprises, lequel n'a plus besoin de se déplacer.
 
Mais il y a un hic : tout comme les antennes relais nécessaires à nos communications téléphoniques par portables interposés, ces fameux compteurs dégagent une pollution électro-magnétique, et des consommateurs s'inquiètent pour leur santé, d'autant que les ondes produites ne se déplacent pas linéairement, mais sont multidirectionnelles.
 
L'Afsset (Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail) avait prôné une réduction des expositions aux champs électromagnétiques, (fichier pdf) ce qui a eu le don d'énerver le Pr. Aurengo, chef du service de médecine nucléaire de la Pitié-Salpêtrière, évoquant « un débat biaisé par une surreprésentation des points de vue minoritaires », et affirmant que « les radiofréquences ne présentent pas de risque significatif pour la santé » (lien).
 
Pourtant, l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer), le Parlement européen, diverses ONG et collectifs de citoyens ont classé ces ondes comme « potentiellement cancérogènes ». Pour empêcher l'installation de ces compteurs, le consommateur peut faire valoir, certificat médical à l'appui, qu'il souffre d'électro-sensibilité.
 
Note d'une électrosensible du 28 Avril 2011 :
 
« Mon problème est résolu,
 
l'installateur avait bien pris en compte mon certificat médical et est revenu hier pour m'installer un compteur standard. Par ailleurs j'ai contacté le Crrirem qui m'a fait parvenir des fichiers très intéressants qui m'ont permis d'envoyer un courrier à ma régie.
 
En effet j'ai lu qu'avant toute installation des compteurs (eau ou électrique) radio ou télé relevés les locataires devaient être interrogés pour savoir s'ils portaient stimulateur cardiaque, pacemaker, pompe à médicament,dispositifs intracrâniens et auditifs ... » (lien)

Voici un modèle du type de courrier que chacun peut envoyer à l'installateur afin de refuser ce nouveau type de compteur (fichier pdf). Cependant, à lire ce témoignage, on comprend que la démarche est compliquée, et que la vie d'une personne hyper-électro-sensible devient vite un cauchemar.
 
Au Canada, et ailleurs, de nombreux citoyens leurs sont hostiles, et s'il est vrai que « Santé Canada » avait affirmé dans un premier temps que les CEM (champs électromagnétiques) ne peuvent causer que des dommages thermiques aux tissus humains, c'est en partie parce que cette administration s'était basée sur des études d'avant 2009, négligeant du coup les autres risques. En 2011, une étude scientifique indépendante démontre sans contestation le danger que représentent ces nouveaux compteurs. Elle a révélé entre autres des dépassements de la norme autorisée avec des niveaux élevés de rayonnement dans les pièces adjacentes aux compteurs (lien).
 
Le rapport Bio-initiative, publié le 7 janvier 2013, synthèse de plus de 1800 études démontre les effets néfastes provoqués par ces compteurs (Tachycardie, insomnie, acouphène, déséquilibres neuro-végétatifs et hormonaux), la liste est longue des dommages possibles, et ce rapport recommande maintenant que les radiofréquences soient classées cancérogènes.
 
L'Académie Américaine de Médecine Environnementale lui emboite le pas recommandant qu'aucun compteur à radiofréquences ne soit installé sur le domicile d'une personne présentant des troubles de santé, ni au domicile voisin (lien). Une autre académie, l'Académie Américaine de Pédiatrie, regroupant pas moins de 60.000 praticiens, plaide en faveur d'une meilleure connaissance des risques de l'exposition aux radiofréquences, et à une meilleure information du public sur ces risques (lien).
 
Alors que nous baignons déjà dans un « électro smog » permanent du à la multiplication des antennes relais (et aux nombreuses autres sources), lesquelles émettent dans notre pays 100 fois plus de volts par mètre que préconisent les normes européennes, en ajoutant une nouvelle pollution électromagnétique due à ces compteurs, le citoyen sera encore plus exposé.
 
En effet, l'Europe, afin de les rendre compatibles avec la biologie du vivant, à limité ces émissions à 0,6 V/m, alors que les antennes-relais émettent déjà 100 fois plus (jusqu'à 61 V/m). Le conseil de l'Europe va même plus loin, demandant en mai 2011, de descendre le seuil de prévention jusqu'à 0,2 V/m.
 
Mais il y a plus grave, car l'intensité donnée par les installateurs n'est qu'une valeur moyenne estimée sur 6 minutes, or les mesures effectuées par une agence québécoise indépendante affichent des valeurs allant de 3000 à 49.000 µW/m² à 1 mètre, alors que l'exploitant annonçait seulement 50 µW/m² (fichier pdf). En effet, alors que l'installateur affirme ne transmettre les informations que 2 fois par jour, en réalité, ces compteurs émettent en permanence afin de vérifier l'intégrité du réseau. Considérant que ça devrait être au promoteur de ces compteurs d'apporter la preuve de leur innocuité, une citoyenne lanceuse d'alerte inquiète lui a écrit et a obtenu comme réponse :
 
« les éventuels dommages et réclamations visant la responsabilité de Veolia Eau du fait de la production par tout appareil de champs ou de rayonnement électromagnétiques (types dommages corporels en France) sont couverts par notre responsabilité civile, sous réserve, bien entendu, que le lien de cause à effet soit démontré »
, or depuis 2007, aucune compagnie d'assurances ne couvre les risques inhérents aux ondes électromagnétiques (lien). Et puis, est-il logique que ce soit au consommateur de prouver le danger de ces compteurs pour sa santé et l'intégrité de ses biens ? En effet, il est déjà arrivé que ces compteurs provoquent des incendies (lien).
 
Du coup elle s'est fendu de 2 courriers : à la ministre de la justice, et à celle de la santé, lesquelles ont répondu que ce problème concernait la ministre de l'environnement... Sauf que cette dernière lui a renvoyé la balle à la ministre de la santé. Pourtant notre constitution dans son article 11 (du préambule de la constitution de 1946) :
 
« garantit le droit à la protection de la santé de tous les citoyens ».
Une autre difficulté existe et elle concerne les propriétaires d'appartements, puisque si l'un des occupants peut refuser le compteur à radiofréquences, il ne peut agir contre celui qui l'autorise, faisant ainsi subir les conséquences de son choix à ceux qui ont l'ont refusé..quand aux locataires, ils ne sont pas consultés (lien).
 
Reste à savoir comment les consommateurs réagiront face à cette intrusion technologique, capable de mettre à mal leurs santés ? D'autant que des solutions alternatives existent avec, par exemple, l'utilisation des fibres optiques. Comme dit mon vieil ami africain : « n'accuse pas ton puits d'être trop profond, c'est ta corde qui est trop courte ».
 
Par olivier cabanel, en collaboration avec Eve Pèlerins (olivier-cabanel.fr)

Note du veilleur
 
Cet article aborde la dangerosité et les impacts négatifs sur la santé de ses utilisateurs, et après quelques recherches, d'autres problêmes apparaissent, et ils sont nombreux ! Fonctionnalités défectueuses, compteurs qui disjonctent facilement, factures fantaisistes, problêmes de sécurisation des données personnelles, risques réels de piratage du dispositif par des hackers... La liste est longue ! Un nouvel article à venir traitera de ces risques non traités ici, car n'ayant pas de lien direct avec la santé.

Liens connexes
 
 • La peur au téléphone
 • Pollution électromagnétique, la résistance s'organise
 • Portables insupportables
 • Next-up.org (très impliquée sur ce dossier)
 • Association Robin des toits
 • Prévention, rayonnements onde 26
 • Bibliographie sur les champs électromagnétiques
 
A lire
 
 • La pollution électromagnétique et la santé, ouvrage collectif édité par Frison Roche (1994)
 • Notre santé face aux champs électriques et magnétiques, Roger Santini, éditions Sully.



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Santé »