Egypte : les « pyramides » découvertes grâce à Google Earth... n'en sont pas


Vous vous souvenez peut-être de la possible découverte, mi-août, de pyramides dans le désert égyptien grâce à Google Earth (lien). De son bureau de Caroline du Nord, une archéologue américaine avait cru repérer deux sites dans le bassin du Nil, à 150 kilomètres l'un de l'autre, présentant des monticules de forme inhabituelle. L'un trois fois plus grand que le site de Gizeh, l'autre à la disposition semblable à ce même site.

Mais en fait, non. Paola Davoli, une égyptologue italienne de l'université de Salento qui a longtemps étudié la région, a écrit à NBC News (lien) pour expliquer que s'il y a peut-être quelques ruines dans ces zones, il ne s'agit pas de pyramides.

« Les sites visibles sur Google Earth sont bien connus depuis 1925, quand ils ont été étudiés par Gertrude Caton-Thompson et Elinor Wight Gardner [deux archéologues britanniques] », assure-t-elle. « Ce sont des monticules naturels surmontés d'une construction (pour le plus grand) et des puits creusés (pour les autres). Ce ne sont certainement pas des pyramides, mais leurs âges et leurs fonctions ne sont pas connus. »
Angela Micol, l'archéologue américaine, avait également ciblé une zone du désert égyptien où apparaissent quatre monticules et un large plateau en triangle. Ces derniers ont en réalité été dessinés par l'érosion naturelle.



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Etat de la planète Archéologie »