Dominique, le « Robin des bois » des compteurs électriques


Emu et émerveillé par les actions humanitaires réalisées par cet Homme au grand coeur que j'ai découvert récemment, il était impossible que je ne publie un article sur ce Robin des bois des temps modernes. Le moins que l'on puisse dire est qu'il mérite soutien et encouragements, c'est un modeste hommage que je tenais à lui rendre, ainsi qu'un message fort à vous tous qui pensez à tort qu' « on ne peut rien changer à cette société », prenez en de la graine !
 
Technicien cégétiste chez ERDF à Toulouse, Dominique Liot, 57 ans, rebranche des familles précaires auxquelles on a coupé l'électricité, au mépris des risques de sanctions auxquels il s'expose.
 
A l'approche de l'hiver, les factures d'électricité et de gaz explosent, surtout dans les logements mal isolés habités par des pauvres. « On peut quand même pas laisser ces gens sans chauffage », lance Dominique Liot, figure emblématique de la gauche militante à Toulouse, technicien qui travaille depuis près de 30 ans à ERDF.
 
Avec ses collègues d'ERDF ou de GRDF rassemblés au sein des Robins des bois CGT de l'énergie, il mène des opérations commandos pour « remettre le jus », parfois au milieu de la nuit, à des familles de Roms, des squatteurs ou des foyers à bout de ressources. Dominique Liot lui-même ou d'autres techniciens, tous « des gaziers ou électriciens officiellement habilités », arrivent alors, encagoulés ou pas, avec le matériel nécessaire à la remise en service, mais, précise-t-il, toujours en dehors de leurs heures de travail.
 
« C'est à des mecs comme ça qu'il faudrait donner la Légion d'honneur, pas à n'importe qui »
, plaide Jean-Marc Legagneux, secrétaire général du GAF, une association qui aide les sans-logis et qui le sollicite régulièrement pour remettre des compteurs en service. Jean-Marc Legagneux est admiratif de cet homme au physique passe-partout, avec un front dégarni et de fines lunettes. Il décrit un « médiateur exceptionnel écouté de tous », mettant d'accord les organisations qui n'arrivent pas à s'entendre. Il arrive que des assistantes sociales l'appellent, faute de trouver une solution institutionnelle.
 
« Ça fait du bien »
 
« La précarité augmente, notre notoriété aussi, donc le nombre de branchements augmente », confirme Dominique Liot. « Quand on remet l'électricité dans un appartement et qu'on voit le sourire émerveillé d'une petite fille, ça fait du bien »
, confie ce père de quatre enfants, divorcé. Parfois, les Robins des bois prêtent main forte à des collègues en lutte. En 2009, ils ont coupé l'alimentation électrique de deux hypermarchés de la banlieue de Toulouse, par solidarité. La direction d'ERDF Midi-Pyrénées n'a pas souhaité s'exprimer. Dominique Liot a été mis à pied trois semaines après un conflit social dur au printemps 2009. Les grévistes, protestant contre une externalisation des activités, avaient coupé l'électricité dans des zones économiques et, en contrepartie, l'avaient rétablie à des familles démunies. Depuis, Dominique Liot, « monteur exploitation et maintenance », a continué de sévir en n'étant plus guère inquiété par sa hiérarchie. Il explique cette tranquillité par le respect accordé à son travail syndical et par ses soutiens en dehors de l'entreprise.
 
« C'est un syndicaliste qui dérange. Je ne suis pas forcément d'accord avec lui, mais il force le respect par sa force de conviction, et il est irréprochable dans son travail »
, dit une collègue de travail.
 
Dominique Liot puise sa combativité dans la figure paternelle. Son père, prisonnier en Allemagne de 1939 à 1945, lui a inoculé la « haine du gaspillage, de l'injustice » et son optimisme. Parti à 17 ans pour Lyon, il a accumulé les emplois d'ouvrier pour payer ses études à l'Institut national des sciences appliquées (INSA) et renoncer en fin de cursus à devenir ingénieur parce qu'il ne voulait pas être « du côté des patrons ». Près de la retraite, qu'il prendra en 2013, Dominique Liot ne dit pas à combien de rebranchements il a procédé. « Pas la peine d'aiguiller la direction. » Il ne dit pas non plus combien il a de complices. Mais il se retirera la conscience tranquille car, assure-t-il, la relève est assurée. Et il continuera à militer.

Une entreprise née publique à la Libération...
 
Dominique Liot se présente de manière fort politique :
 
« Je travaille dans une entreprise née publique à la Libération, EDF-GDF, issue de nationalisations en 1946 des multiples entreprises électriques et gazières qui couvraient le territoire. Cette nationalisation, menée non sans réaction du camp patronal, était inscrite dans le programme du Conseil National de la Résistance. Comme une première marche d'un escalier menant l'ensemble des salariés à un statut respectable et respecté. »
Tout est dit lorsque Liot ajoute que le but de cette entreprise nationale n'était pas de réaliser des profits. Il faut toujours avoir à l'esprit que les nationalisations de l'après-guerre furent une des conséquences de la lutte contre le fascisme qui a permis la construction d'un monde meilleur, que les dominants sont en train de saper méthodiquement, en Grèce et ailleurs.
 
Dominique Liot, qui lie son destin de travailleur à celui des luttes collectives, a cette formule admirable :
 
« Militer n'est pas une croix à porter, c'est une dignité à entretenir. » 
Il rappelle qu'au printemps 2009 un vent de révolte a soufflé sur ERDF-GRDF Midi-Pyrénées, peu après la tempête Klauss qui a ravagé le Gers et la Haute-Garonne. Les directions des établissements de l'énergie avaient préféré laisser à l'abandon une bonne partie du réseau « au motif que cela revient statistiquement moins cher d'attendre que ça pète plutôt que de mettre les moyens techniques et humains nécessaires pour l'éviter. »
 
ERDF fait du fric sur la misère !
 
Avec ses camarades, Liot entreprit d'aider des Rmistes dans le besoin en leur remettant le courant, en vertu du droit à l'énergie pour tous. Il fut mis à pied trois semaines. ERDF décida alors, de manière particulièrement mesquine, de porter plainte contre ces Rmistes pour vol d'électricité, en leur envoyant par ailleurs une facture de 367 euros pour frais de coupure ! Liot a bien raison : « ERDF fait du fric sur la misère. »
 
Être un Robin des Bois consiste, dans sa tête, à considérer que certaines actions, bien qu'illégales, sont légitimes. Comme celles des faucheurs volontaires ou des enseignants désobéisseurs. Ces actions amènent une prise de conscience qui débouchera - on peut l'espérer sous un gouvernement de gauche - sur « une tranche sociale gratuite et une forme de tarif progressif pour lier justice sociale et économies d'énergie ».
 
En l'état actuel, rappelle Liot, la privatisation d'EDG et GDF se concrétise par une externalisation massive et par un statut, pour EDF, de fournisseur comme un autre. Cette situation n'est pas inscrite dans le marbre si les travailleurs des deux grandes entreprises ET les consommateurs résistent pour récupérer ce qui leur appartient.
 
Le programme du Conseil National de la Résistance (24 mars 1944) s'intitulait Les jours heureux. Pour espérer vivre ces jours, Dominique Liot nous dit qu'il ne faudra rien céder sur les retraites, sur la précarité, la santé, l'éducation. On s'en veut de reprendre le slogan d'un candidat qui aura eu, contre son gré, le mérite de faire naître des initiatives comme celles du Sarkophage. Mais si on se retrousse les manches, dans les luttes, ensemble « tout deviendra possible ».
 
Note du veilleur :
 
Parmis les divers articles que j'ai pu découvrir sur ce Grand Homme au coeur énorme et à la détermination sans faille, j'ai retenu deux citations que je tiens à partager avec vous, car leur contenu et le message qui s'y trouve vous est adressé :
 
« OUI, l'avenir nous appartient, à nous les résistantes et résistants d'aujourd'hui... dans la foulée de nos merveilleux résistants et résistantes d'hier. Tant que nous serons vivants, nous résisterons et tôt ou tard, gagnerons face à tous ces décideurs qui n'ont à nous opposer que leur logique du toujours plus de fric, de compétitivité, de concurrence, de stress, d'individualisme et de consommation imposée par la pub alors que l'humanité n'a besoin que d'une alimentation saine, de culture, d'éducation, de respect, de justice, de convivialité, de partage des richesses, de droit à la santé et à un environnement sain, sans oublier un logement décent avec accès à l'énergie. Et oui, nous gagnerons les emplois nécessaires à tout cela, notamment dans le secteur public. »
« Merci à vous, les résistants au fascisme et à ses alliés, d'avoir fait alors le plus beau des cadeaux à ma génération, celui d'ouvrir par votre courage et votre engagement, le chemin à la construction d'un monde meilleur. Merci de nous transmettre encore aujourd'hui cette nécessaire indignation devant l'inacceptable. Non, militer n'est pas une croix à porter. C'est une dignité à entretenir. Et gagner dans les luttes quotidiennes est toujours possible. »

Liens connexes :
 
 • Dominique Liot : une vraie « tête dure »
 • Texte de Dominique LIOT, le 16/05/2010 au Plateau des Glières (Haute Savoie)
 • Les Robins des Bois de l'Energie sur Tvbruits 
 • Un agent EDF "Robin des bois" mis à pied 21 jours
 • edf-gdf : opération Robin des bois (2004)


Vidéos :



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Crise humanitaire »