Domination : la « stratégie du choc », l'arme oligarchique


Qu'y a-t-il de commun entre le coup d'Etat de Pinochet au Chili en 1973, le massacre de la place Tiananmen en 1989, l'effondrement de l'Union soviétique, le naufrage de l'épopée Solidarnosc en Pologne, les difficultés rencontrées par Mandela dans l'Afrique du Sud post-apartheid, les attentats du 11 septembre, la guerre en Irak, le tsunami qui dévasta les côtes du Sri Lanka en 2004, le cyclone Katrina, l'année suivante, la pratique de la torture partout et en tous lieux - Abou Ghraïb ou Guantánamo - aujourd'hui ?
 
Tous ces moments de notre histoire récente, répond Naomi Klein, ont partie liée avec l'avènement d'un "capitalisme du désastre". Approfondissant la réflexion militante entamée avec son bestseller No Logo, Naomi Klein dénonce, dans La stratégie du choc, l'existence d'opérations concertées dans le but d'assurer la prise de contrôle de la planète par les tenants d'un ultralibéralisme tout puissant. Ce dernier met sciemment à contribution crises et désastres pour substituer aux valeurs démocratiques, auxquelles les sociétés aspirent, la seule loi du marché et la barbarie de la spéculation.

En 2007, Naomi Klein publiait Le livre : la Stratégie du choc
 
Un traumatisme collectif, une guerre, un coup d'état, une catastrophe naturelle ou une attaque terroriste plongent chaque individu dans un état de choc. Après un  tel choc, nous redevenons des enfants, désormais plus enclins à suivre les leaders qui prétendent nous protéger.
 
S'il est une personne à avoir compris très tôt ce phénomène, c'est Milton Friedman, Prix Nobel d'économie en 1976. Friedman, soutenant l'ultralibéralisme, il conseilla aux hommes politiques d'imposer immédiatement après une crise des réformes économiques douloureuses avant que les gens n'aient eu le temps de se ressaisir.
 
Il qualifiait cette méthode de "traitement de choc" de la population.
 
Naomi Klein étudie et argumente la stratégie d'un capitalisme du désastre basé sur "la stratégie du choc". En utilisant de nombreuses images d'archives, Michael Winterbottom et Mat Whitecross démontrent dans cette vidéo la puissance du texte de Naomi Klein et la nécessité de résister.

Dans le cadre du documentaire "catastroika" sur la stratégie du choc en Grèce, une interview de Naomi Klein a été réalisée dont voici un extrait :
 
« Ce qui se passe actuellement en Grèce, ressemble en quelque sorte à ce qui s'est passé en Corée du sud durant la crise asiatique, dans le sens où il y a eut cette guerre évidente avec la démocratie. La Corée du sud était en pleine période électorale quand le FMI a obligé tous les candidats à la présidence à signer l'accord passé avec le FMI. En réalité le FMI a annulé le sens même des élections.
 
Et peu importe le résultat des élections, l'accord reste inchangé parce qu' ils redoutaient que celui qui négocie avec le FMI, n'aura pas une grande influence politique pour imposer l'accord et perdra les élections.
 
C'est le moment ou le masque tombe complétement et où le système des marchés est en guerre avec la démocratie. Les projets du néolibéralisme sont de discréditer la démocratie et de faire en sorte que les élections deviennent une course au candidat le plus populaire. Les marchés veulent de la sécurité. La sécurité que les élections n'amènent aucun changement au statu quo des affaires.
 
Et il y a beaucoup de mécanismes pour assurer ce statu quo. La soit-disant indépendance de la banque centrale  est un de ces mécanismes avec lequel ils disent : « les hommes politiques ne peuvent pas toucher à nos jouets ».
 
Dans « la Stratégie du Choc » je raconte que c'est ce qui s'est passé au Chili durant la période transitoire  vers la démocratie. La fin de la dictature de Pinochet est survenue comme le régime Pinochet l'a voulue. C'était une transition contrôlée. Les « Chicago boys » (groupe d'économistes qui ont travaillé avec Pinochet) disaient ouvertement qu'ils allaient réinventer le sens, la définition de la démocratie, vers une démocratie technocratique.
 
Dans la réalité il s'agit d'une démocratie où l'économie est hors d'atteinte des politiques. Ils ont utilisé des mécanismes constitutionnels, de sorte que tout changement des règles du jeu économique devienne impossible ou illégal. Les programmes de restructuration sont  une des manières d'atteindre leurs buts. Les accords du libre échange en est une autre.
 
Il y a plusieurs manières de raconter l'histoire du néolibéralisme, comme l'histoire du « comment lier les mains de la démocratie », de sorte qu'elle ne puisse pas inciter le pouvoir à changer l'économie.
 
La Grèce est considérée comme une nation peuplée d'enfants à qui il faut retirer des mains les clés de la voiture. »




Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Conspirations »