Dette Européenne : un « schéma de Ponzi » appelé l'Amérique...


Comme nous le savons, la crise de crédit de la zone euro a emporté au loin n'importe quelle possibilité de croissance économique dans l'économie globale. Une nouvelle rapportée et traduite par Folamour (Crashdebug) provenant d'une source très sérieuse de surcroît le confirme une fois de plus !
 
L'Espagne, l'épicentre actuel de la crise du crédit dans la zone euro, a vu sa réputation de solvabilité descendue à une note de solvabilité de BBB+ à BBB- par Standard and Poor (S&P) Agence de réputation de solvabilité. Une réputation de solvabilité de BBB- est l'échelon le plus bas de réputation de solvabilité des échelons d'investissement publié par S&P et juste une note au-dessus du statut d'« ordure ». (Source : Standard & Poor, le 10 octobre 2012).
 
En 2007, l'Espagne membre de la zone euro a vu sa dette nationale atteindre 36 % de son produit intérieur brut à l'époque. Maintenant, avec le plan du gouvernement pour emprunter plus de 207 milliards d'euros l'année prochaine, la dette du pays atteindra un pourcentage de 91 % du PIB (Source : Business Week, le 11 octobre 2012).
 
(GDP) N'oublions pas ; L'Espagne est un contributeur important à l'économie de la zone euro, et elle est la 12e plus grande économie au monde.
 
De toute ceci, ce qui m'embête, c'est que l'économie des États-Unis, la plus grande dans le monde, repose sur sa réputation de solvabilité de AAA, comme publié par les services d'investisseur de Moody's, et de AA+ tel que noté par S&P, la même agence d'évaluation de crédit qui met l'estimation de l'Espagne à BBB-.
 
Tandis que les États-Unis apprécient une réputation de solvabilité forte de AAA, la dette nationale comparée au PIB pour les États-Unis est beaucoup plus haute que celle de l'Espagne, un pays de la zone euro. Aux États-Unis, le PIB de cette année est estimé à $15,5 trillions (source : Bureau d'analyse économique, le 27 septembre 2012). Mais toute la dette nationale des États-Unis s'élève à $16,2 trillions (voyez l'horloge de la dette des États-Unis). Ceci fait que la dette nationale des États-Unis est égale à 105 % du PIB, et elle  s'élève chaque jour qui passe ! (Ndlr. Je vous rappelle la vraie dette globale des États-Unis).
 
Ainsi, pourquoi l'Espagne, une économie dans la zone euro avec une dette de 91 % de son PIB a sa réputation de solvabilité coupée presque au niveau d'ordure, alors que les États-Unis apprécient une des réputations de solvabilité au maximum des échelons d'investissement quand son rapport de la dette au PIB surpasse facilement celui de l'Espagne ?
 
L'Espagne obtiendra par la suite un renflouement de ses fonds par ses pairs de la zone euro, afin d'avoir des fonds pour recapitaliser ses banques, qui sera alors donné au gouvernement. Quand à l'économie américaine, qui viendra à son aide ?
 
Ah, j'ai oublié la grande différence. Quand les États-Unis doivent faire de la trésorerie pour payer sa dette, la Federal Reserve imprime l'argent pour acheter la dette. C'est la différence ; les États-Unis impriment l'argent, l'Espagne ne le peut pas. Les États-Unis sont un schéma de Ponzi (wiki), et les membres de la zone Europe comme l'Espagne ne le sont pas ; ainsi les États-Unis obtiennent une réputation de solvabilité supérieure. Maintenant je comprends comment cela fonctionne.
 
Par Michael Lombardi, MBA pour Profit Confidential, Traduction Folamour (Reproduction libre à condition de citer la source ainsi que celle de la traduction).



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Economie »