Crash du MH17 : Les documents occidentaux accablant la Russie sont des faux


Nouveau flop dans l'acharnement occidental à diaboliser la Russie, et plus précisément ici concernant l'affaire un peu oubliée des médias dans l'affaire du crash du vol MH17 abattu en juillet 2014.

Les accusateurs ont beau faire, plus le temps s'égrène, plus les preuves démontrant la responsabilité de l'armée ukrainienne se multiplient, à un moment ou la politique atlantique et les agissements du président ukrainien Petro Porochenko lèvent le voile sur une réalité peu reluisante. Corruption, comptes offshore, censures répétées des médias, utilisation de troupes néonazies au sein du corps militaire officiel, violations répétées des accords de cessez-le-feu, attentats terroristes dans le Donbass et en Crimée, non respect des lois internationales, etc, etc.

Et voilà qu'un groupe « d'experts » pro-américain nommé Bellingcat prétend démontrer l'implication de la Russie dans le crash du Boeing-777, mais manque de chance pour eux, suite à cela, un groupe indépendant russe se forme sous le nom d'AntiBellingcat, et démonte une à une les prétendues preuves contenues dans le rapport américain...

Le Veilleur

MH17 : AntiBellingcat révèle les falsifications occidentales et disculpe la Russie

Malgré les vaines tentatives de condamner la Russie en tant qu’« agresseur » et « coupable » dans l’affaire du crash du MH17, le groupe international Bellingcat n’a pas réussi à prouver que Moscou avait fomenté un « complot » contre Kiev. Le groupe des enthousiastes AntiBellingcat le prouve… Le 15 juillet 2016, le groupe d'experts et de journalistes international en ligne Bellingcat a publié son rapport final dans lequel ils démontrent l'implication de la Russie dans le crash du Boeing-777 qui a eu lieu le 17 juillet 2014 dans l'espace aérien de la République populaire de Donetsk. Se basant sur des sources fausses, le groupe pro-américain insiste sur le fait que les données proviennent de « sources ouvertes ». Selon lui, toute l'information qu'il présente dans ce rapport, est « accessible au grand public » et il est possible de « l'examiner seul ».

Aujourd'hui, suite à ces données falsifiées, le groupe des bloggeurs russes « Antibellingcat » publie sa réponse et fournit plusieurs preuves sous forme de photos et de vidéos d'après lesquelles on comprend l'essentiel : les documents et les témoignages photos et vidéo publiés par le groupe Bellingcat sont des faux.

Selon les auteurs de ce document, le système de missiles sol-air Bouk qui a abattu le Boeing de la Malaysia Airlines aurait été introduit dans le Donbass par les militaires russes. Pourtant, même une analyse superficielle de la série de preuves présentée montre bien que ces données sont falsifiées dans le seul but de préparer l'opinion publique à la participation active de la Russie, de ses forces armées et de la milice du Donbass dans le crash du Boeing-777. Selon eux, la Russie est la première responsable du désastre. Difficile de s'attendre à autre chose : les Russes sont toujours responsables de tout. Le groupe Antibellingcat fait la lumière sur les falsifications du groupe Bellingcat :

  1. L'image satellite montrant un convoi de Bouk a été falsifiée : les ombres qu'on voit sur la route indiquent clairement que les véhicules en question vont dans le sens inverse et ne peuvent donc pas faire partie du prétendu convoi du Bouk. En plus, l'ombre du véhicule transportant les missiles Bouk ne correspond pas à la forme d'un système sol-air installé sur une plateforme.
  2. La photo représentant les traces d'un missile Bouk a été falsifiée ou prise un autre jour. Sur le cliché publié 3 heures après le crash, on voit le ciel dégagé, mais on sait que le temps était nuageux à Snejnoïe le jour de la tragédie.
  3. Les traces de chenilles ne sont pas identifiables : la résolution maximale des satellites utilisés par la société DigitalGlobe est de 0,5-0,8 mètre. Ils sont donc incapables de distinguer les traces des chenilles de Bouk de celles des machines agricoles ordinaires.
  4. Impossible de détecter l'endroit précis du tir de missile avec le SBIRS : si on suppose qu'un missile Bouk a été tiré depuis le secteur indiqué pour abattre le Boeing, ses moteurs n'ont fonctionné que pendant 17 secondes. En plus, Bellingcat a défini le lieu de tir d'un missile guidé avec une précision de 3 à 4 km, ce qui dépasse largement le potentiel du système spatial américain.
  5. Impossible d'abattre un Boeing par un seul système sol-air Bouk : la zone d'engagement d'un seul système sol-air est limitée à 120 degrés en azimut et à 7 degrés en élévation. L'efficacité de tir de ce système est très basse.
  6. La vidéo d'un système Bouk « rentrant en Russie après le tir » est falisifiée : Il s'est avéré que la vidéo où un véhicule blanc « transporterait un système de missiles Bouk de Lougansk en Russie » ne pouvait pas avoir été filmée le 18 juillet 2014, au lendemain du crash. Ce jour-là, la ville de Lougansk était privée d'électricité suite au bombardement du 17 juillet qui a sérieusement endommagé la centrale électrique locale.
  7. La vidéo datée du 17 juillet 2014 a en fait été filmée bien avant cette date : Les experts ont établi que la vidéo sur laquelle on voit un véhicule blanc avec un système Bouk passer devant une station-service de Makeïevka avait été filmée avant le 15 juillet 2014. Sur la vidéo, on voit que les chenilles des blindés ont endommagé la route. Or la vidéo fournie par Bellingcat en tant que preuve, montre une route intacte.

En savoir plus : Il est à noter que de telles falsifications de la part du groupe Bellingcat n'ont rien de surprenant : selon une série de sources, il est engagé par les services secrets des États-Unis, de la Grande Bretagne et de plusieurs autres pays et est utilisé en tant que base pour une approche des matériaux antirusses dans les réseaux du Net.

Selon la version officielle, son fondateur est un simple philistin, un contrôleur adjoint de Leicester du nom d'Eliot Higgins et qui œuvre sous le pseudonyme musical de Brown Moses.

Les volontaires de Bellingcat, selon Higgins, travaillent aux quatre coins de la planète gratuitement, cherchent et collectent et regroupent des faits pour créer des théories de toutes pièces. Les vulgaires 200 000 dollars (177 888 euros) que la petite chaîne du réseau a touché en disent d'ailleurs long sur la générosité des commanditaires…

Source politexpert.net - Traduction et adaptation sputniknews - photo svpressa.ru


Commentaires 2

avatar de Golden Awaken
  • Par Golden Awaken | site 1 0
  • Salut le veilleur, Je suis cette affaire depuis le début, et franchement, cette histoire tourne au vinaigre pour les occidentaux... Je viens de tomber sur un article de Robert Parry : "Une conclusion du service néerlandais de renseignement, MIVD, publié en Octobre dernier, annonce que les seuls systèmes de missiles de haute puissance antiaériens dans l'est de l'Ukraine à ce moment-là, capable de descendre le vol MH-17 à 33.000 pieds en tuant 298 personnes à bord, appartenaient à l'armée ukrainienne, pas les rebelles (Troubling Gaps in the New MH-17 Report (Robert Parry, Consortium News) https://consortiumnews.com/2016/0... ). Ledit document se trouve à cette adresse : Review Report arising from the crash of flight MH17 (pdf) (http://english.ctivd.nl/document... ). Arriverons nous à connaître la vérité quant à cette affaire, je suis assez optimiste . Bien Amicalement, Golden Awaken

avatar de Le-veilleur
  • Le-veilleur a répondu (Admin) 0 0
  • Je pense que nous la connaissons déjà, mais le mal est déjà fait, puisque la propagande a déjà donné sa version officielle des faits. Les moutons ont acquiescé, et c'est maintenant pour eux de l'histoire ancienne sans interêt

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Attentats »