Corée du nord : Pyongyang se déclare en « état de guerre » contre Séoul


La Corée du Nord a déclaré, samedi, qu'elle entrait « en état de guerre » contre son voisin du Sud et a imposé la loi martiale dans le pays, selon l'agence de la Corée du Nord KCNA en référence au décret officiel du gouvernement. En réponse, Séoul a indiqué ne pas prendre au sérieux cette nouvelle menace, alors que les annonces belliqueuses sont quotidiennes depuis mars.
 
Cependant il semble que la situation ait évolué dans les heures qui ont suivi. L'Agence de presse sud-coréenne Yonhap a rendu compte de l'observation de mouvements de troupes supplémentaires et de véhicules sur les sites de tirs de missiles de moyenne et longue portée, indiquant qu'ils peuvent être prêts à tirer. Reuters note de son côté qu'« il était impossible de vérifier ce rapport » (source). Le veilleur
 
Une fois de plus, le ton est monté. La Corée du Nord a annoncé, samedi, entrer « en état de guerre » contre la Corée du Sud, après avoir placé la veille certains de ses sites militaires en état d'alerte, et multiplié les déclarations belliqueuses contre Washington et Séoul.

« À partir de maintenant, les relations Nord-Sud vont entrer en état de guerre et toutes les questions qui se posent entre le Nord et le Sud seront réglées en conséquence »
, a déclaré Pyongyang dans un communiqué publié par l'agence officielle KCNA et provenant du gouvernement nord-coréen, du Parti des travailleurs de Corée au pouvoir et d'autres organisations. La Corée du Nord a également indiqué qu'elle répondrait « sans pitié » à toute action du Sud susceptible de nuire à sa souveraineté, indiquant par là qu'elle n'était pas sur le point de mener une attaque préventive.
 
Un responsable du ministère de la Défense sud-coréen a néanmoins assuré hier qu'aucun signe d'activité anormale pouvant laisser croire que l'armée nord-coréenne se préparait à une attaque n'avait été détecté.
 
Séoul garde son calme
 
Le gouvernement sud-coréen s'est de son côté refusé à prendre au sérieux la nouvelle menace de Pyongyang, faisant valoir que rien de nouveau ne permettait de s'inquiéter plus que de coutume. Le ministère de l'Unification, chargé des relations politiques avec la Corée du Nord, a déclaré que l'activité se poursuivait normalement dans la zone industrielle spéciale nord-coréenne de Kaesong, qui emploie des salariés Sud-Coréens.
 
« La déclaration de la Corée du Nord aujourd'hui n'est pas une nouvelle menace, mais la poursuite de ses menaces provocatrices »
, a-t-il déclaré dans un communiqué. Le ministère de la Défense a pour sa part appelé Pyongyang à stopper ses menaces, renouvelant sa position selon laquelle les exercices militaires annuels menés avec les forces américaines jusqu'à fin avril sont de nature purement défensive.
 
Washington prend la menace au sérieux
 
De son côté, La Maison Blanche a indiqué qu'elle prenait « au sérieux » l'annonce de la Corée du Nord, tout en notant que les menaces de Pyongyang n'étaient pas inhabituelles.
 
« Nous avons vu les informations sur un nouveau communiqué non constructif de la Corée du Nord. Nous prenons ces menaces au sérieux et restons en relations étroites avec notre allié sud-coréen »
, a déclaré Caitlin Hayden, porte-parole du Conseil national de sécurité.
 
« Nous voudrions aussi noter que la Corée du Nord a une longue histoire de rhétorique belliqueuse et de menaces et que l'annonce d'aujourd'hui est conforme à un schéma familier »
, a-t-elle nuancé, ajoutant que les États-Unis étaient parfaitement capables de se protéger et de protéger leurs alliés en Asie. Elle ajoute :
 
« Nous continuons à prendre des mesures additionnelles contre la menace nord-coréenne, dont fait partie notre plan pour augmenter le nombre des avions d'interception basés sur le sol américain ainsi que les radars d'avertissement et de dépistage »
Un peu avant, le porte-parole adjoint à la Maison Blanche, Josh Earnest, avait déclaré à des journalistes :
 
« Nous nous coordonnons de manière très proche non seulement avec nos alliés, mais aussi avec la Russie et la Chine qui sont aussi très désireuses de trouver une solution pacifique à la situation »
Des menaces depuis le mois de mars
 
Depuis le début du mois de mars, le régime nord-coréen multiplie presque quotidiennement les menaces d'attaque contre Séoul et Washington, s'estimant menacé par les man?uvres militaires conjointes de ces deux pays, entamées au début du mois et prévues jusqu'à fin avril.
 
Le numéro un nord-coréen Kim Jong-un a ordonné, jeudi soir, que les unités de fusées de l'armée soient placées en état d'alerte, prêtes à viser les bases américaines en Corée du Sud et dans le Pacifique. L'état d'alerte a été officiellement proclamé lors d'une réunion d'urgence convoquée à minuit, et fait suite au survol du territoire sud-coréen lors d'un exercice par deux bombardiers furtifs de l'US Air Force, un geste de mise en garde de Washington.
 
Mardi, l'armée nord-coréenne avait également menacé directement les États-Unis, annonçant préparer ses missiles et son artillerie à frapper des cibles militaires sur le territoire américain.
 
A qui profite la situation coréenne ?
 
Pertinente analyse des experts russes, qui mène à l'éternelle question à 10 Euros : A qui tout cela profite t'il ? Il est clair que la Corée du Nord ne fait rien sans l'aval de la Chine, donc, gigoter de la sorte donne un prétexte au pays du goulag levant (usa) de renforcer son dispositif militaire en Asie pour isoler la Chine plus avant. Ceci immanquablement va étirer l'armée de l'empire et la rendre bien plus inefficace sur les théâtres de conflit au Moyen-Orient et en Afrique.
 
D'un autre côté on peut toujours se demander à quel jeu joue vraiment la Chine ? Son rapprochement récent avec la Russie est-il un leurre ? Vu les énormes intérêts économiques en jeu et l'intérêt que porte l'oligarchie à la Chine depuis plus de 40 ans, tout ceci n'est-il pas qu'un leurre ? La Chine jouera t'elle à terme dans le camp de l'empire ? Cette nouvelle monté de mayonnaise façon américano-sino-coréenne est encore un air de pipeau pour faire monter le sentiment d'insécurité de plusieurs crans? Dans quel but ? A suivre de près... Résistance 71
 
La Russie redoute une situation hors de contrôle en Corée du Nord
 
La Russie a mis en garde vendredi contre des « actions unilatérales » qui risquent de faire « perdre le contrôle de la situation » en Corée du Nord, où le régime prépare ses missiles pour d'éventuelles frappes contre les Etats-Unis.
 
« Nous pouvons perdre le contrôle de la situation, elle s'engage dans la spirale d'un cercle vicieux »
, a déclaré le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, au cours d'une conférence de presse.
 
« Nous sommes préoccupés par le fait que des actions unilatérales, consistant à intensifier les activités militaires, sont entreprises autour de la Corée du Nord parallèlement à la réaction appropriée du Conseil de sécurité de l'ONU et à la réaction collective de la communauté internationale »
, a-t-il ajouté. La Russie appelle tous les pays à
 
« s'abstenir de montrer leur force militaire et à ne pas utiliser la situation actuelle pour atteindre des objectifs géopolitiques dans la région par des moyens militaires »
, a-t-il encore dit. Selon un expert militaire russe interrogé par l'agence de presse Interfax, la Corée du Nord multiplie les « provocations » sans avoir les moyens d'atteindre les Etats-Unis.
 
« Pour le moment, la Corée de Nord ne dispose pas de lanceur qui pourrait atteindre les Etats-Unis ou leurs bases dans l'océan Pacifique », a déclaré l'expert sous couvert de l'anonymat. « Les Coréens du Nord sont aussi loin de fabriquer des têtes nucléaires qui pourraient équiper un missile intercontinental balistique »
, a-t-il ajouté. L'expert a estimé que les photos publiées vendredi par les médias nord-coréens semblant témoigner de projets d'attaque des Etats-Unis étaient de « nouveaux épouvantails » agités par Pyongyang.
 
« Je ne crois pas à la possibilité de telles frappes. Les Nord-Coréens ont eu recours périodiquement à telles menaces, déjà avant Kim Jong-Un », a-t-il souligné. « Les déclarations de la Corée du Nord, qui relèvent de la provocation, donnent en réalité un très bon prétexte à Washington pour étendre ses capacités de défense anti-missile dans la région Asie-Pacifique »
, a encore dit l'expert russe. (source Al Manar - traduction Résistance 71)



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Actions militaires »