Combat contre Monsanto : Les faucheurs volontaires d'OGM fêtent leurs dix ans


A l'été 2003 naissaient les Faucheurs volontaires. En assumant collectivement le fauchage illégal de cultures transgéniques, ils allaient mettre un coup d'arrêt aux OGM en Europe. Les Rencontres internationales des mouvements contre les OGM se déroulent les 20 et 21 juillet à Bouzy-La Forêt dans le Loiret. L'occasion de raconter l'histoire, et de se regrouper pour une bataille qui n'est pas finie.

« José Bové, ami de lutte, sortait juste de prison pour l'affaire du MacDonald' raconte Jean-Baptiste Libouban, le père des Faucheurs. La justice sanctionnait de plus en plus lourdement les actions de fauchage qui se multipliaient. Nous craignions à l'époque que ce type d'action n'en arrive à dissoudre la Confédération paysanne. Alors j'ai eu l'idée de créer un mouvement de résistance qui ne soit ni une association, ni un syndicat, sans représentant légal, et qui puisse représenter la société civile ».
Compagnon depuis plus de cinquante ans des communautés de l'Arche où il fut menuisier et instituteur, l'homme s'est indigné de nombreuses fois, contre la torture en Algérie, avec les paysans du Larzac au côté de Lanza del Vasto ou contre le nucléaire. En août 2003, lors d'un grand rassemblement sur le Larzac pour fêter les 30 ans de lutte des habitants du plateau contre l'extension du camp militaire, il ouvre un « bureau de recrutement » et rédige la Charte des Faucheurs.
 
« Cet appel était un acte illégal mais légitime...Je me suis dit, si c'est une bonne graine, elle prendra ! » 
Elle a levé. Le 25 juillet 2004, le premier fauchage des Faucheurs volontaires a lieu à Verdun-sur-Garonne (Tarn-et-Garonne) : c'est un succès.
 
Chacun responsable...
 
De fauchage de parcelles de cultures transgéniques en procès, les Faucheurs ont développé une stratégie déconcertante.
 
« Notre principe de départ c'était de dire que puisque la société civile n'a pas eu droit de parole sur le développement des essais et sur les cultures OGM, nous allions utiliser les prétoires comme porte-voix »
, explique Jacques Dandelot, faucheur de la première heure. Contre toute attente, suite à leurs actions, lors d'interrogatoires ou dans les procès à la barre, ils se présentent en « comparants volontaires », revendiquent la non violence et la désobéissance civique collective. Chacun responsable, tous solidaires - leur devise - ils agissent à visage découvert, toujours. Si défendre l'environnement fait partie de la Constitution, ils disent n'avoir pas eu d'autre recours que ce type d'actions face aux menaces sur l'environnement ou sur la liberté des paysans que représentent les cultures transgéniques.
 
Lors des procès, ils invoquent l'état de nécessité retrouvé par leurs avocats dans le droit français.
 
« En 1956 une femme à Colmar avait volé du pain pour nourrir un enfant et avait été relaxée au motif qu'un acte moralement inacceptable dans la vie courante - par exemple voler - devient juste quand il est ordonné à la dignité et au bien de la personne, rappelle Jean-Baptiste Libouban. Extraordinaire renversement qui montre que la morale n'est pas un standard immuable à appliquer à la lettre. Qu'il peut basculer lorsqu'il devient contraire au bon sens et au bien commun ».
Face à la justice, le déroulé de l'affaire varie selon les procureurs qui donnent la couleur au procès selon qu'ils retiennent du groupe un personnage politique, un citoyen lambda, quelqu'un qui sait s'exprimer ou au contraire quelqu'un qui n'a ni travail ni formation.
 
« Si un intellectuel est retenu, c'est plus difficile d'attribuer l'action à de l'impulsivité, à de l'acte gratuit car la personne saura plus aisément justifier son acte et entrer dans la polémique »
, observe Jean-Baptiste Libouban.
 
Les Faucheurs viennent de toutes classes sociales, on y compte quasiment autant d'hommes que de femmes, « des gens qui font de petits travaux, d'autres qui ont de grandes responsabilités, des médecins, des ingénieurs, des chirurgiens » et même s'il y a aujourd'hui moins de politiques, ils continuent d'apporter leur soutien affirment les Faucheurs. La belle aventure humaine a été illustrée dans l'album Faucheurs volontaires (éd. Les Dessin'acteurs) ou dans le documentaire de Hervé de Willencourt, Joli Monde.
 
...Tous solidaires
 
Des refus de prélèvement d'ADN aux procès en appel, sur dix ans, les frais d'actions en justice, dépassent largement le million d'euros évalue Jacques Dandelot :
 
« Colossal. Aujourd'hui nous faisons moins d'actions spectaculaires, mais dès que nous en avons besoin, les soutiens sous forme de chèques continuent d'arriver de particuliers ou de groupements ».
Depuis le moratoire de 2008, la culture et l'extension des OGM est contenue
 
« mais la situation n'est pas réglée, estime Jean-Baptiste Libouban. La puissance des sociétés semencières est très grande. Ainsi, parmi les conseillers scientifiques de Obama figure l'ancien directeur de Monsanto ».
Aujourd'hui, les Faucheurs portent l'attention sur la redéfinition des dispositifs d'évaluation au niveau européen, sur les négociations de libre échange entre les Vingt-sept et les Etats-Unis et aussi sur les importations.
 
« En France les OGM continuent d'entrer massivement par les ports bretons pour nourrir les élevages industriels, dépendants de ces importations », observe Jacques Dandelot.
Ils considèrent également l'étiquetage et l'information au consommateur insuffisants et regrettent que certaines nouvelles techniques de modification artificielle du génome ne soient pas concernées par la législation et ses contraintes (évaluation, essais en champs)
 
« Notre combat aujourd'hui est d'essayer de mettre en lumière médiatiquement cette problématique des plantes mutées. Ce sont des OGM cachés, des plantes tolérantes aux herbicides » 
poursuit Jacques Dandelot, qui dénonce le tournesol et le colza mutés, déjà semés en Europe, qui devraient être prochainement commercialisés. Or ils sont très difficiles à détecter, à la différence du maïs MON810 par exemple.
 
Les Faucheurs volontaires se sont dupliqués dans différents pays - Belgique, Allemagne, ou Espagne, où les cultures transgéniques sont parmi les plus développées d'Europe - et agissent différemment selon le droit national. Fort de leur expérience solidaire, les faucheurs viennent apporter leur soutien lors de procès. Aujourd'hui, ils veulent créer une force internationale pour partager leurs expériences et avoir la visibilité d'un réseau sur toutes les actions. Avec les invités venus de différents continents, outre l'histoire, la fête, l'information au grand public, c'est aussi de cela qu'il sera question à Bouzy ce week-end.
 
Par Pascale Garcia - Reporterre



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Etat de la planète Environnement »