Chine : Pékin teste avec succès une arme nucléaire imparable, les Etats unis sont inquiets


Il faut ici savoir lire entre les lignes pour bien comprendre. La pérennité des Etats unis repose en grande partie, voir en totalité, sur leur suprématie militaire et les avancées technologiques dont bénéficie cette dernière, et leurs pires craintes reposent sur une alliance chino-russe, raison expliquant (en partie) leur tentative avortée d'ingérence en Syrie, qui leur aurait fourni un pied à terre géo-stratégiquement bien situé.
 
A ces craintes vient s'ajouter le fait que leur quiétude militaire reposant sur leur système de défense antimissile vient d'en prendre un coup, puisque ces nouveaux missiles chinois les rendent désormais obsolètes ! De plus, la Banque Centrale de Chine a annoncé qu'elle cessait d'acheter du dollar américain (principalement lié à la dette des usa), vous imaginez bien qu'ils sentent leur navire prendre l'eau de toutes parts... Le veilleur
 
La Chine a testé pour la première fois la semaine passée un engin hypersonique volant à plusieurs fois la vitesse du son. Une tête nucléaire envoyée à de telles vitesses ne peut pas être interceptée, d'où l'inquiétude des Etats-Unis.
 
La Chine a testé pour la première fois la semaine passée un engin hypersonique volant à plusieurs fois la vitesse du son, une technologie destinée à permettre à l'avenir de frapper rapidement des cibles éloignées, a-t-on appris mercredi auprès du Pentagone. Avec cet essai, la Chine devient le deuxième pays après les Etats-Unis à mettre en oeuvre des vols expérimentaux de ces planeurs conçus pour voler à haute vitesse dans les hautes sphères de l'atmosphère terrestre pour atteindre des cibles à n'importe quel endroit de la planète.
 
« Nous sommes au courant de ce test de véhicule hypersonique mais ne faisons aucun commentaire »
, a confirmé à l'AFP le lieutenant-colonel Jeff Pool, un porte-parole du Pentagone. L'essai de cette arme expérimentale baptisée « WU-14 » s'est déroulé le 9 janvier. L'engin aurait volé à Mach 10, soit dix fois la vitesse du son, selon le site internet Washington Free Beacon, une information non confirmée par le Pentagone. La chaîne d'Etat China Radio International a cité sur ses ondes le porte-parole du Ministère chinois de la défense expliquant que
 
« les recherches scientifiques et les expérimentations qui sont faites en Chine sont normales et ne visent aucun pays ni aucune cible ». 
Il n'a cependant ni confirmé ni infirmé ce test. La montée en puissance militaire de la Chine ces dernières années s'accompagne de nouveaux équipements, comme des porte-avions et missiles balistiques anti-navires, et un accroissement des efforts de Pékin en matière de recherche. Dans son rapport annuel au Congrès sur l'armée chinoise publié en 2013, le Pentagone ne mentionnait les recherches chinoises en matière de vols hypersoniques que pour affirmer que l'Académie chinoise des sciences avait mis en oeuvre une « soufflerie hypersonique extra-large capable de reproduire des conditions de vol de Mach 5 à Mach 9 ».
 
Dans un communiqué, le président de la Commission des Forces armées à la Chambre des représentants, le républicain Buck McKeon, a fait part de son inquiétude.
 
« Pendant que la succession des coupes budgétaires dans la défense sapent l'avantage technologique de l'Amérique, les Chinois et d'autres pays poussent en faveur d'une parité militaire avec les Etats-Unis. Dans certains cas, comme celui-ci, ils semblent passer devant nous »
, dénonce ce promoteur d'importantes dépenses militaires. Les Etats-Unis ne sont pourtant pas en reste en matière de vols hypersoniques, auxquels ils ont consacré 200 millions de dollars en 2013. Ils ont aussi multiplié les vols d'essai ces dernières années.
 
Dans le cadre de son projet de « frappe mondiale rapide », le Pentagone teste ainsi le HTV-2, conçu pour voler à Mach 22 (27.000 km/h). Il teste également plusieurs autres démonstrateurs, dont le X-51, capable de voler à Mach 6 (7300 km/h) ou encore une bombe volante baptisée « Arme hypersonique avancée » (AHW).
 
Source letemps.ch
 
De son coté, la Voix de la Russie nous apporte quelques détails supplémentaires
 
La Russie a terminé les tests des ogives hypersoniques en 2005, dans le cadre du projet d'amélioration de la stabilité des forces nucléaires stratégiques russes face au bouclier antimissile américain. Apparemment, la Russie était le premier pays à se doter d'une ogive prête à être déployée. La Chine suit les traces du complexe militaro-industriel russe, mais avec un retard de plusieurs années.
 
Néanmoins, les tests démontrent que le déploiement des missiles balistiques intercontinentaux chinois avec des ogives de ce type est possible déjà dans un avenir prévisible. Une ogive hypersonique en vol ne peut être interceptée par aucun système de défense antimissile existant ou en projet. En commençant le déploiement des missiles, la Chine pourrait augmenter la fiabilité de ses forces nucléaires.
 
On peut supposer que dans les conditions actuelles, la Chine, à l'instar de la Russie et des Etats-Unis, ne se limite pas au développement des technologies hypersoniques pour sa triade nucléaire stratégique. Les Etats-Unis considèrent la possibilité d'utilisation de ses armes non-nucléaires dans ses systèmes de frappe conventionnelle rapide (Prompt Global Strike, PGS). La Russie mène aussi des travaux de développement de ses armes non nucléaires hypersoniques.
 
La création des armes hypersoniques non nucléaires permettra de porter le programme de lutte chinois contre les groupes aéronavals américains à un autre niveau. La Chine se déplace déjà dans cette direction pour la création des moyens de frappe puissants des porte-avions de l'ennemi, grâce à la création des missiles antinavires DF- 21D. Ce missile complique la protection d'une escadre de porte-avions d'une frappe éventuelle. Si un missile de croisière hypersonique maniable sera utilisé comme un moyen d'attaque, la défense antimissile du porte-avions sera inutile et il va falloir changer les moyens de défense des missions militaires de toutes les flottes du monde.
 
Par Vassili Kachine - La Voix de la Russie



Commentaires 5

avatar de PH7
  • Par PH7 0 0
  • La seule solution de défense active qui nous reste est d'inventer un bouclier ou un procédé pour neutraliser la réaction de fusion et/ou de fission de l'atome de telle manière que les bombinettes ne soient pas plus dangereuses qu'un météore. Ce qui est dangereux, ce sont les radiations qui durent, il doit être possible d'inventer la matière qui produirait alors des radiations en parfaite inversion de phase au contact des radiations émises et reçues de telle façon que les deux s'annulent. Après, il y a le problème de la chaleur dégagée par l'explosion en elle même et le souffle. Il faudrait donc que le bouclier s'ouvre quelques secondes avant l'explosion pour absorber la plus grande partie et de la chaleur et du souffle. Messieurs les physiciens, plutôt que de chercher de nouvelles bombes atomiques, orientez plutôt vos recherches en ce sens ! Cela permettra également de trouver la solution de neutralisation des déchets issus des centrales nucléaires. Le pays qui développera le procédé aura la suprématie sur tous les autres. Enfin, comme disait le regretté Pierre Desproges « l'homme est capable de faire sauter trois fois la planète sans même remuer les oreilles ! » D'autant que c'est idiot, une seule fois suffit pour emmerder tous les humains !

avatar de PH7
  • Par PH7 0 0
  • Pour ce qui est des missiles conventionnels non nucléaires, le rebond et la neutralisation de charge. En mode propulsion, calculer un moyen de densifier l'air au passage du missile de telle manière à lui faire croire qu'il a atteint son objectif. Plus un objet va vite, plus il est sensible à un changement de densité du milieu dans lequel il évolue. La plupart des missiles étant équipés d'électronique, un fort champs magnétique serait aussi peut-être à même de le perturber (théorie des anneaux magnétiques de guidage). En produisant des « ronds de fumées » magnétiques formant un couloir, un phénomène d'induction peut générer un champs suffisamment puissant pour neutraliser la commande d'explosion, sauf bien sûr si l'électronique est placée dans une cage de faraday. De mon humble avis il existe toujours une faille à exploiter.

avatar de PH7
  • Par PH7 0 0
  • enfin, il y a la solution ultime : arrêter de se faire la guerre, mais cette solution radicale demande certainement plus de cervelle que pour développer des armes. Et puis cela ferait de pauvres malheureux un peu partout dans le monde qui ne pourraient plus s'enrichir sur les cadavres qu'ils laissent sur le terrain Du fabricant d'armes au marchand de munitions en passant par les banques c'est autant de futurs pauvres, sans compter les Pompes-Funèbres au chômage. Sauvez la guerre ! Sauvez les emplois ! Sauvez l'argent et la finance ! Après tout, c'est ce que vous faites en ce moment ! Non ?

avatar de Magn3tik
  • Par Magn3tik 0 0
  • Le phénomène Ovni à de beaux jours devant lui...

avatar de Le-veilleur
  • Par Le-veilleur (Admin) 0 0
  • Guerres : commerce : argent : pouvoir ! Ils n'ont aucun intérêt à ce que les guerres cessent, pas plus que big pharma n'a intérêt à ce que les malades guérissent...

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Technologie »