Camouflage des crimes soviétiques par les États-Unis durant la deuxième guerre mondiale


Les forces alliées ont dissimulé durant la seconde guerre mondiale le massacre de 22.000 soldats polonais commis par les troupes soviétiques. Lundi des documents déclassés ont été publiés  par les archives nationales des États-Unis.
 
On a longtemps suspecté les Américains d'avoir dissimulé ce crime commis par les forces de Staline, responsables du massacre de Katyn (wiki), sur ce qui était alors la frontière occidentale de la Russie. L'Union soviétique ayant déclaré que les nazis étaient responsables de ces atrocités.
 
En 1943 les troupes américaines ont trouvé des milliers de corps dans un état de délabrement avancé dans la forêt de Katyn et ont alors envoyé des messages codés. Selon l'Associated Press dans un article exclusif concernant  les documents nouvellement rendus publics, l'information a été brûlé par les autorités américaines à la demande de l'ancien président Franklin Roosevelt.
 
Roosevelt probablement a camouflé ces meurtres en raison de la nécessité pour les États-Unis de coopérer avec l'Union soviétique pour vaincre l'Allemagne nazie et le Japon.
 
Après l'effondrement de l'Union soviétique, Mikhaïl Gorbatchev Premier ministre russe avait admis l'implication des Russes dans le massacre Katyn. Mais les États-Unis soutenaient qu'il n'y avait pas suffisamment de preuves pour lier les Soviétiques à ce génocide.
 
En 1952, un comité du Congrès américain a révélé que les Soviétiques avaient commis ce massacre, le décrivant comme « l'un des crimes les plus barbares de l'histoire internationale ». Il a alors  été révélé que Roosevelt avait supprimé des preuves.
 
Après les conclusions de ce comité, la Maison-Blanche est restée silencieuse sur la question. Paul Allen, un historien spécialisé dans le massacre de Katyn, a déclaré à l'agence de presse que la nouvelle preuve est « potentiellement explosive ».


Vidéos :



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Actions militaires »