Brésil : La compagnie pétrolière Petrobras explore illégalement l'Amazonie, des tribus indiennes sont en danger


La compagnie pétrolière d'Etat Petrobras a commencé l'exploration pétrolière et gazière dans l'une des régions les plus isolées d'Amazonie, mettant en danger plusieurs tribus indiennes isolées.
 
Des sources locales rapportent que Petrobras a installé 15 barges avec des générateurs de grande capacité, des pipelines et des engins miniers sur la rivière Tapauá dans l'Etat d'Amazonas. L'exploration s'effectue à proximité de sept territoires indigènes, dont ceux des Suruwaha, des Banawa, des Deni et des Paumari.
 
Bien que la Constitution brésilienne stipule que les peuples indigènes doivent être consultés sur tout projet qui affectera leurs terres, Petrobras a négligé de consulter les Indiens concernés de la région. La FUNAI, le département des affaires indigènes du gouvernement, n'a pas non plus été informée du projet d'exploration, alors que les tribus de la région n'ont été contactées que récemment et qu'elles restent encore relativement isolées.
 
Lorsqu'on l'a interrogée sur les récentes opérations d'exploration dans le bassin de la rivière Tapauá, l'Agence nationale brésilienne du pétrole a démenti toute intervention de Petrobras, affirmant que
 
« aucune exploration pétrolière ou gazière n'a été sollicitée ou autorisée par notre agence dans cette région »
Dans une lettre adressée au ministère public, des experts brésiliens ont insisté sur le fait que le droit des Indiens à être consultés sur ce type d'activités est inscrit dans la législation internationale et ont alerté que « plus de 1300 personnes pourraient souffrir de leurs impacts irréversibles ». Un membre du Congrès et un sénateur ont soulevé la question devant le Congrès.

braz-suru-map-petrobras-riotapau_screen.jpgCes activités peuvent s'avérer fatales pour les Hi Merimã, un groupe d'Indiens isolés vivant à proximité du site d'exploration. Les Indiens isolés sont extrêmement vulnérables à tout contact avec l'extérieur car ils n'ont aucune immunité contre les maladies communes.
 
Dans les années 1970 et 1980 Petrobras a exploré le pétrole dans la vallée du Javari, qui abrite la plus forte concentration de tribus isolées du monde. Plusieurs Indiens isolés, ainsi que les employés de la FUNAI et de Petrobras, sont morts dans des conflits provoqués par les activités d'exploration.
 
L'an dernier, les Indiens de la vallée du Javari ont réaffirmé leur opposition à l'exploration pétrolière sur ou à proximité de leurs terres. Ils ont fait savoir dans une lettre qu'ils ne voulaient pas assister à une répétition de la tragédie qu'ils ont vécue lorsque
 
« Petrobras a détruit nos maisons et nos jardins, contaminé nos lacs et nos cours d'eau en polluant les sources, ce qui a provoqué la mort de nombreux Indiens. Petrobras a introduit la maladie dans nos communautés et le paludisme dans la région et tout l'équipement que la compagnie a apporté sur notre territoire a causé des dommages irréparables à la flore et à la faune ».
Survival a écrit à Petrobras l'exhortant à cesser immédiatement toute activité dans la région. Stephen Corry, directeur de Survival, a déclaré aujourd'hui :
 
« Le Brésil est prêt et disposé à sacrifier les vies innocentes des Indiens dans sa course avide au profit. Sa croissance économique se produit au prix d'un coût humain dévastateur : la vie et les moyens de subsistance des Indiens. Ne vous méprenez pas - lorsque les terres des Indiens isolés sont envahies, la maladie, la mort et la destruction s'ensuivent inévitablement. C'est cela la face cachée du Brésil ».
Note aux rédactions
 
 • Dans la perspective de la Coupe du monde de la FIFA, Survival dévoile la face cachée du Brésil. Cinq cents ans après la colonisation, les Indiens du Brésil sont encore tués pour leurs terres et leurs ressources. Aujourd'hui, le gouvernement et les propriétaires terriens envisagent d'ouvrir les territoires indiens à des projets industriels massifs.
 
 • Télécharger la lettre de Survival à Petrobras (Pdf, 137 kB)
 
 • Télécharger la lettre des Indiens de la vallée du Javari rejetant toute exploration pétrolière sur ou à proximité de leurs terres (Pdf , 3.9 MB)
 
 • Les Suruwaha dont le territoire est situé à proximité du site d'exploration sont sous le joug des missionnaires fondamentalistes depuis des années. Ces missionnaires prétendent à tort qu'ils tuent régulièrement les nouveaux-nés. En 2012, ils ont été la cible d'un reportage de la chaîne australienne Channel 7 qui parlait d'un « culte du suicide » de « l'âge de pierre » à propos des Suruwaha, les considérant comme les « pires violateurs des droits de l'homme dans le monde ». Survival a porté plainte auprès de l'ACMA, l'autorité de régulation des médias en Australie, qui a statué que la chaîne s'était rendue coupable d'avoir enfreint la clause de racisme inscrite dans son règlement intérieur.



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Environnement »