Australie : Représailles contre ceux qui critiquent les vaccins


L'Australie est devenue chef de file mondiale pour demander que l'on punisse ceux qui sont en désaccord avec les autorités médicales, et que l'on contraigne ceux qui oseraient refuser des traitements. Le même mouvement se répand un peu partout dans le monde. Il porte atteinte aux droits de la liberté d'expression comme à celui de l'intégrité de notre bien le plus précieux : notre corps.
 
Lorsque ce sont les personnes les plus éclairées qui boudent les vaccinations, les pouvoirs en place réalisent que leurs campagnes de vaccinations sont en péril. C'est ainsi qu'ils commencent à prévoir des sanctions contre ceux qui seraient en désaccord avec leurs plans de vaccinations de masse.
 
Si les moyens habituels ne leur permettent plus de l'emporter, alors ils s'orientent vers la suppression pure et simple de nos droits.
 
Des rapports venant d'Australie montrent que les personnes les plus éclairées et les mieux informées évitent de faire vacciner leurs enfants. Comment l'Association Médicale Australienne (AMA) va-t-elle donc réagir à pareille situation ? Tout simplement en préconisant que les enfants non vaccinés soient empêchés de fréquenter l'école et en demandant la punition de ceux qui mettent en doute le bien-fondé des vaccinations ou qui les critiquent. Le Sydney Morning Herald rapporte que le président de l'AMA, Steven Hambleton, a déclaré que ceux qui s'opposent aux vaccins
 
« diffusent de la désinformation et doivent être sanctionnés. » 
Hambleton ajoute :
 
« Il est certain que le perfectionnement professionnel par des personnes qui sont contre les vaccinations est inapproprié et ne devrait pas être accepté. » 
Il demande donc que l'on restreigne la liberté d'expression de tous ceux qui sont en désaccord avec l'AMA. Il ajoute que les praticiens de médecines alternatives devraient être interdits. Il sous-entend que si une procédure médicale doit s'appliquer à telle ou telle personne, cette personne n'a non seulement pas le droit de refuser la procédure, mais personne d'autre n'a, en outre, le droit de fournir quelque information que ce soit par rapport aux raisons de son refus.
 
Pareille attitude ne permet plus le moindre choix. Quand la médecine moderne se heurte à un mur, laissant des gens parfois gravement endommagés par ses traitements, elle a l'audace de ne même plus permettre à ces personnes de tenter d'autres pistes. Cette « solution » est évidemment favorable à la corporation AMA !
 
Attaquer la liberté d'expression
 
Pourquoi l'AMA veut-elle attaquer la liberté d'expression ? La raison est assez simple : L'AMA n'existe pas pour le bien des patients. Elle existe, comme toute corporation, pour la promotion du business de ses propres membres.
 
A l'heure actuelle, les vaccins représentent une industrie énorme ; ils sont très rentables pour les médecins. Vacciner ne prend qu'une minute et il n'est même pas nécessaire que le médecin s'implique. Ce sont souvent des membres du personnel qui pratiquent l'acte. Les vaccins assurent aussi de futures visites surtout pour les enfants. Ces visites sont évidemment rentables.
 
Les vaccins sont une manne pour les médecins, et ils le deviennent de plus en plus avec l'ajout de nouveaux vaccins et la répétition des rappels qui sont rajoutés au calendrier vaccinal officiel, au fur et à mesure que l'inefficacité des vaccins est démontrée. Les vaccins sont bons pour le business, tout spécialement dans ce secteur où il faut bien compenser les « anciens standards » que constituaient les antibiotiques.
 
Gardez à l'esprit le fait que c'est le corps médical qui a initialement poussé à la consommation d'antibiotiques pour un oui ou pour un non, que cela soit justifié ou pas. C'est seulement après l'émergence de nouvelles maladies graves apparues suite à cette surconsommation d'antibiotiques que les médecins ont commencé à faire marche arrière par rapport à leurs anciennes pratiques.
 
Mais face à ces effets dévastateurs occasionnés par leurs pratiques et au nom du bénéfice incontestable qu'une minorité de gens peuvent réellement en retirer, les médecins commencent seulement à remettre leurs prescriptions en question. Pire, ils ne reconnaissent pas le tort énorme que les antibiotiques peuvent faire, même lorsque leur usage est légitime, comme par exemple la destruction de la flore intestinale du patient qui els consomme.
 
En réalité, le corps médical ne prend même pas position contre l'usage massif dans antibiotiques dans l'agrobusiness. Ils semblent donc presque heureux en étant là à attendre que de nouvelles maladies apparaissent avec l'usage massif de ces produits.
 
De nouvelles maladies
 
Ne vous trompez, ces maladies sont nouvelles. A chaque fois que nous apprenons l'émergence de maladies résistantes aux antibiotiques, nous découvrons que cette nouvelle forme de maladie est pire que l'ancienne forme qui avait prétendument justifié le recours aux antibiotiques. En réalité, les antibiotiques fonctionnent toujours sur les anciennes maladies : ce petit détail est généralement ignoré. Ils ont même transformé des bactéries bénéfiques en véritables tueurs. La forme pathogène de Escherichia Coli est une tueuse, alors que la forme bénéfique d'E. Coli dans l'intestin est nécessaire à la santé. Le MRSA, la forme de staphylocoque doré résistante à la méticilline, est bien plus grave que l'ancienne forme classique de staphylocoque.
 
Ce fut la première forme de maladie de masse résistante aux médicaments, initialement appelée « la bactérie mangeuse de chair » par les médias. Il ne s'agit pas simplement d'une maladie résistante aux traitements : c'est un nouveau tueur.
 
Le même genre de phénomène est en train de se produire avec les vaccinations, bien que vous n'aurez bien sûr jamais d'explications fournies à ce sujet par l'industrie pharmaceutique ou par les médecins qui les administrent. La coqueluche refait surface sous une forme plus virulente et ceci est le résultat direct des vaccins. Et bien sûr, la réponse à ces épidémies est de faire encore plus de vaccinations... et maintenant de faire des vaccinations forcées en punissant même ceux qui critiquent ces façons de procéder ! Pour ceux qui diront la vérité qui ternit leur beau discours, il y aura des punitions. Le groupe de l'Association Médicale Australienne, avec sa puissance financière et son influence, est en train de pousser à cela.
 
Fausses affirmations
 
Ils font de fausses affirmations, selon lesquelles « c'est scientifiquement prouvé » comme a déclaré Hambleton. Le site de Gaia Health regorge d'informations basées sur des données véritablement scientifiques, qui démontrent clairement à quel point ce genre d'affirmation est fausse.
 
Les attaques contre le Dr Wakefield, qui ont entraîné le retrait d'un article de journal, sont citées à de nombreuses reprises comme preuves que les vaccins sont sûrs. Si la chose était vraie, pourquoi ne présente-t-on pas une seule étude qui compare effectivement des enfants vaccinés à des enfants non vaccinés ? Cette comparaison ne se fera jamais ; ils refusent de la faire. Le Dr A.Wakefield a en fait servi de merveilleux bouc émissaire !
 
Lorsque vous entendez des histoires du genre « un pauvre bébé innocent » est mort d'une maladie « qui aurait pu être évitée par la vaccination », donnez-vous la peine de poser cette question : quel était le problème avec les anticorps induits par le vaccin - anticorps qui, selon la théorie sont tout ce qui est nécessaire pour prévenir la maladie et qui devraient être fournis par la mère vaccinée ? N'auraient-ils pas dû protéger le bébé ? Sinon, pourquoi ne l'ont-ils pas fait ?
 
Encore et encore leurs traitements se révèlent être plus nuisibles que bénéfiques. Il a été démontré que leur prétention d'avoir allongé la durée de vie est complètement fausse. Les signes sont aujourd'hui apparents que la durée moyenne de vie diminue et quand elle ne diminue pas, les gens finissent leur vie dans un état débile ou atteints de maladies chroniques à charge de toute la société.
 
Néanmoins, ils insistent pour se faire passer pour les seuls arbitres de la vérité ; ils insistent pour montrer qu'ils ont le pouvoir de faire taire toute personne qui détient un point de vue différent ; ils insistent pour dire qu'ils ont le pouvoir d'imposer leur volonté à tout le monde, sans même avoir à assurer la responsabilité de tout préjudice dû au non respect de nos droits les plus fondamentaux.
 
Par Heidi Stevenson



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Santé »