Augmentation des séismes : la fonte des glaciers responsable selon des scientifiques


Au vu de l'inquiétante recrudescence du nombre des séismes de par le monde, les experts s'interrogent sur cette augmentation de l'activité tectonique. D'après les scientifiques, la fonte des glaciers semble être l'explication responsable de ce phénomène destructeur...
 
Avec les sévères tremblements de terre en Haïti, au Chili et au Japon les experts du monde entier se demandent si les plaques tectoniques sont de plus en plus actives et qu'est ce qui pourrait en être la cause. Certains scientifiques avancent que la fonte subite des glaciers due au changement climatique engendré par l'homme, allège la charge sur la surface de la Terre, ce qui permet au manteau terrestre de rebondir vers le haut et de provoquer le décollement des plaques.
 
Ces scientifiques soulignent la hausse historique de l'activité volcanique et de tremblement de terre qui s'est produite il y a environ 12.000 ans, quand les glaciers qui couvraient la plupart du Canada dans une couche de glace de plusieurs kilomètres d'épaisseur ont soudainement fondu. Le résultat a été que la plus grande partie de la croûte terrestre du Canada s'est soulevée - et monte toujours.
 
Les scientifiques ont découvert que la fonte accélérée de la calotte glaciaire du Groenland au cours des 10 dernières années soulève déjà la partie Sud-Est de cette île de plusieurs millimètres chaque année. La surface de la Terre est élastique. Une lourde charge comme un glacier applique une pression, en repoussant les roches liquides en dessous.
 
Le glacier du Groenland est d'environ trois kilomètres dans la partie la plus épaisse et on pense que son poids a écrasé la terre sous le glacier d'environ un kilomètre. En fait, le poids du glacier est si grand que des parties importantes du Groenland ont été poussées bien au-dessous du niveau des mers.
 
« Il y a certainement une certaine littérature qui parle de la fréquence accrue des éruptions volcaniques et de la suppression de la charge de la croûte par la déglaciation, » a déclaré Martin Sharp, glaciologue à l'Université d'Alberta.

« Cela change la charge de pression dans la croûte et peut-être que cela ouvre des voies pour que la lave vienne à la surface. »
 
« Il est concevable qu'il y ait une certaine augmentation de l'activité sismique pendant les périodes de changements rapides sur la croûte terrestre. »
 
D'autres scientifiques estiment cependant que des mouvements tectoniques similaires à celui qui a causé le tremblement de terre japonais sont trop profonds dans la Terre pour être affecté par la pression causée par la fonte des glaciers. Ces scientifiques théorisent que la fonte du glacier peut provoquer des tremblements profonds.
 
Andrew Hynes, un expert en tectonique à l'Université McGill de Montréal, dit que la question n'est pas tant le déplacement de la charge sur la croûte terrestre, mais plutôt l'augmentation de la pression du fluide dans la faille qui lubrifie la roche, permettant à la plaque de glisser.
 
« Tous les tremblements de terre, sauf ceux produits par l'activité volcanique, sont essentiellement un décollement de failles, » a-t-il dit. En d'autres termes, si vous injectez du liquide dans une faille, cela peut réduire la friction et permettra à la roche de glisser.
 
Est-ce que les transferts de pression ajoutés à la fonte des glaciers injectant plus de liquide dans les roches, créent des tremblements de terre ?
 
« Cela s'appliquerait seulement aux tremblements de terre qui sont à de faibles profondeurs, » a dit Hynes. « Mais je ne le pousserais pas plus loin que cela. »
 
Il a ajouté que la décompression de la fonte des glaciers pourrait entraîner une augmentation de l'activité volcanique en libérant la roche liquide et son potentiel explosif.
 
Dans le même temps, le nombre et la gravité des tremblements de terre semblent avoir augmenté au cours des 30 dernières années en tandem avec l'accélération de la fonte des glaciers. Certains experts prétendent que le bond peut être expliqué par l'augmentation du nombre de stations sismographiques- plus de 8.000 aujourd'hui, contre 350 en 1931-qui permettent aux scientifiques d'identifier les tremblements de terre qui auraient autrement été manqués.
 
Mais cela n'explique pas l'augmentation récente des grands tremblements de terre, qui sont définis comme au-dessus de 6 sur l'échelle de Richter. Le tremblement de terre du Japon était de 9,0. Les scientifiques ont suivi ces puissants tremblements de terre pendant plus d'un siècle et il est peu probable qu'ils en aient manqué un au cours des 60 dernières années.
 
L'US Geological Survey indique qu'il y a eu 1.085 tremblements de terre dans les années 1980. Cela s'est accru dans les années 1990 d'environ 50 pour cent à 1.492 et à 1.611 de 2000 à 2009. L'an dernier, et jusqu'à aujourd'hui en incluant le tremblement de terre japonais, il y a eu 247 grands tremblements de terre.
 
Il y a eu aussi une augmentation notable du type de tremblements de terre extrêmes qui a frappé le Japon. Dans les années 1980, il y a eu quatre méga-séismes, six dans les années 1990 et 13 durant la dernière décennie. Jusqu'à présent, durant cette décennie il y en a eu deux. Cette augmentation, toutefois, pourrait être temporaire.
 
Hynes a dit qu'il y a certains éléments de preuve qu'un tremblement de terre peut faire boule de neige et en entrainer un autre jusqu'à ce que la croûte terrestre s'adapte aux transferts de nouvelles pressions.

Tremblement de terre et tempête solaire
 
Le lien entre le terrible tremblement de terre au Japon et de l'activité solaire n'est pas encore prouvé, mais il est tout à fait possible, selon des chercheurs russes.
 
L'année dernière, le 11 Mars 2011 a été marquée par un puissant séisme au Japon, et une vague de tsunami de 10 mètres de haut. Durant la nuit précédente des chercheurs ont détecté une immense éruption solaire (lien) et ont tendance à penser que ces deux événements pourraient être liés les uns aux autres.
 
Article de William Marsden, The Montreal Gazette



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Etat de la planète Activité sismique »