Attentat terroriste : Comment se protéger et adopter les bons réflexes


Parce que être en mesure d'anticiper reste le must en toutes circonstances, et au vu de la situation actuelle qui risque de fortement dégénérer étant donné les choix pitoyables et la rhétorique guerrière qu'ont adopté les pantins qui nous gouvernent, savoir adopter le bon comportement dans une situation de menace terroriste ou assimilée peut faire la différence entre la vie et la mort.

C'est une nouvelle fois un article qui provient de l'excellent blog de Pierre Templar - un professionnel de la survie - que je partage avec vous, et à une époque ou les risques importants se multiplient et se diversifient (catastrophe naturelle, effondrement systémique ou financier, recrudescence d'attentats terroristes), je ne saurais que trop vous recommander de vous attarder sur les nombreux articles présents sur son blog survivre au chaos, qui est une mine d'or pour qui désire continuer à vivre en temps de crise.

N'espérez pas trouver ici de conseils pour devenir un parfait Rambo, les recommandations que vous pourrez lire sont réalistes et objectives, et n'ont pour but que de vous prodiguer de bons conseils pour rester en vie, vous et votre famille ou vos proches. Si vous pensez pouvoir vous identifier à Chuck Norris ou JC Vandamme, passez votre chemin, cette lecture n'est pas pour vous.

Vous pourrez également vous référer à un article similaire de l'Instructeur de survie David Manise, qui excelle également dans cette discipline, et qui reprend à peu de choses près les conseils de l'article présenté ici. Bien qu'étant apparue tardivement, il existe une infographie « Comment réagir à une attaque terroriste ? » sur le site du gouvernement, mais comme l'indique le site protegor.net, nous avons affaire à un contenu bâclé et publié à la hâte, mieux vaut donc écouter les conseils des pros dans ce domaine.

Pour finir, je vous recommande le visionnage d'une vidéo intitulée « Run, Hide, Fight » (courir, se cacher, combattre) disponible en fin d'article, et illustrant un cas de fusillade et les différentes solutions pour optimiser ses chances de s’en sortir.

Le Veilleur

Comment se protéger en cas d'attentat terroriste ?

1469268471_se-cacher.jpg Le but ultime de tout survivaliste est de se tenir prêt à affronter un scénario d'effondrement, quel que soit son origine, qu'il s'agisse d'une banqueroute, d'une guerre, ou d'un cataclysme naturel. En d'autres termes, sauver sa peau dans les situations les plus extrêmes.

Or pour cela, une « fin du monde » n'est pas nécessaire, et il peut très bien se produire des situations qui mettraient notre vie en péril tout autant. Si je sais qu'il existe un risque pour que ma famille ou moi-même mourrions dans une situation donnée, alors je considérerais à juste titre que la fin du monde est arrivée pour moi, et qu'il me faut agir en conséquence...

Les récents attentats qui ont endeuillé la France, mais aussi d'autres pays avant le nôtre, prouvent qu'il existe un nombre croissant de tarés en tout genre prêts à pénétrer dans un immeuble les armes à la main pour y descendre tout ce qui bouge. Qu'il s'agisse d'une salle de spectacle, d'une esplanade, d'une école ou bien de bureaux, ces individus malades mentalement mais parfaitement conscients de leurs actes ont pour seule intention de tuer le maximum de personnes. Même si vous ne faites pas partie des cibles prévues, il va sans dire que le simple fait de vous trouver à cet endroit à ce moment-là serait suffisant pour vous mettre en danger de mort.

Que faut-il donc faire dans une pareille situation ?

Votre priorité absolue sera de sauver votre peau, et celle de votre famille le cas échéant. Si vous pouvez vous échapper, alors faites-le, sinon tâchez au moins de vous mettre à l'abri. Bien qu'il existe des cas où un tireur isolé ait été maîtrisé par des personnes civiles qui se trouvaient là, je ne peux qu'insister sur la nécessité d'essayer de vous extraire de la zone le plus rapidement possible. Chercher à aller au contact des agresseurs ne serait pas une très bonne idée, pour une multitude de raisons.

La première et la plus évidente de toutes est que vous ne serez pas armé. Dans un pays où la loi interdit au citoyen honnête de porter autre chose qu'un cure-dent pour sa défense personnelle, je doute que vous puissiez faire le poids face à un dégénéré armé d'une Kalachnikov, et encore moins s'ils sont plusieurs.

La deuxième est que même si vous êtes armé, vous devez comprendre que le fait de tirer sur des cibles mouvantes qui retournent vos tirs est très différent de l'entraînement sur des cibles en carton. Avez-vous déjà eu à tirer sous le feu ennemi ? Dans la négative, je vous invite à courir 50 mètres à toute vitesse, saisir votre arme, et tirer sur une cible mobile qui se trouve à une dizaine de mètres devant vous. Je vous promets que cela n'est pas aussi facile que vous pourriez le penser.

Une autre chose, dont nous avons parlé à plusieurs reprises, est que les facultés motrices les plus fines se détériorent dans les situations de stress extrême, de même que la vue et l'ouïe. Votre cerveau va envoyer de l'adrénaline dans tout le corps, et diriger le flux sanguin vers les parties les plus vitales, dont les doigts ne font pas partie. Tout cela va avoir un impact sérieux sur vos capacités à faire feu et à toucher une cible en mouvement.

Prenons le cas d'un militaire ou d'un policier en arme qui pourrait se trouver là, et je dirais personnellement que dans une situation d'urgence, il y aurait facilement 50 % de probabilités pour qu'il rate sa cible à 5 mètres de distance. Bien entendu, ce n'est sûrement pas une raison pour ne rien faire. Ce que je veux dire, c'est qu'à moins d'être professionnel ou véritablement entraîné, il y a peu de chances pour que vous vous en sortiez.

A l'échelle nationale, les statistiques montrent que seulement 18 à 20 % des balles tirées par la police dans ce genre de situation touchent leur cible (du moins celle qu'ils avaient visé...). Autrement dit, une balle sur cinq (d'où l'intérêt d'avoir un pistolet plutôt qu'un revolver). Dans le cas où le suspect n'avait pas répondu en tirant, les statistiques montent à 30 %.

1469267591_tirpolice.jpg Ce qui s'est passé aux États-Unis en 2012 lors de la fusillade à l'Empire State Building est un bon exemple de ce qui peut arriver. Neuf innocents ont été blessés durant l'altercation armée entre un suspect et la police. Tandis que 10 balles sur les 16 tirées par les forces de l'ordre ont touché leur cible, il n'en demeure pas moins que neuf civils ont été blessés, soit directement par les balles, soit par leurs fragments. Même si le tir était justifié, cela montre ce qui peut arriver lorsque des professionnels interviennent. Ce n'est pas comme au cinéma !

Les opposants aux armes pourraient utiliser ce genre d'incident pour argumenter l'interdiction faite aux citoyens responsables de porter une arme. Inutile de dire qu'il se trompent complètement. Si le port d'une arme était autorisé en France aux tireurs civils, il est évident que les attentats de novembre 2015 n'auraient jamais fait autant de victimes, ou peut-être même n'auraient jamais eu lieu. S'il s'était trouvé dans la foule plusieurs personnes armées, et si elles avaient tiré - même avec les conséquences éventuelles évoquées au paragraphe précédent - il est évident que le nombre de morts n'aurait pas été aussi élevé. Mais ça, un énarque est trop con pour le comprendre.

De leur côté, les enturbannés le savent, et en profitent. Pour eux, l'interdiction faite aux civils de se défendre est du pain bénit (si j'ose m'exprimer ainsi). Ce n'est qu'une preuve supplémentaire de notre faiblesse endémique. Pour preuve, l'info récente qui a révélé qu'un groupe de 8 militaires de la force Sentinelle se trouvait devant le Bataclan au moment de la fusillade, tous équipés de Famas. Ces braves professionnels n'ont pas voulu intervenir, au motif qu'ils n'en avaient pas reçu l'autorisation ! On croit rêver. D'un côté quatre vingt dix gamins en train de se faire plomber, égorger et émasculer par des métèques, et de l'autre, une armée de polichinelles qui attend le feu vert pour engager. Mais alors à quoi servent les patrouilles ? Quel message pour tous les terroristes et pour nos ennemis de par le monde !

Ou encore, ce policier récemment décoré au motif qu'il avait eu le « courage » de ne pas répliquer, et de s'en aller penaudement après qu'un voyou ait jeté un cocktail Molotov à l'intérieur de son véhicule de service et l'ait attaqué à coups de bâton ! Effectivement, cela mérite au moins une médaille...

J'ai parcouru de nombreux pays dans ma vie, de l'Amérique du Sud à l'Asie du Sud-Est, jusqu'en Afrique du Sud. Dans aucun je n'ai vu un tel niveau de lâcheté érigé en vertu. Je suis certain que dans tous ces pays, un tel flic aurait fait de la prison, au minimum, pour avoir laissé brûler un véhicule de service et s'être fait bastonner sans répondre. Pour avoir donné de sa fonction une image aussi débilitante et peu glorieuse. En France, on lui décerne les honneurs.

Bien sûr, loin de moi l'idée d'émettre une quelconque critique personnelle à l'encontre de ce policier. Il n'est que l'exécutant des ordres de sa hiérarchie, et au fond, bien plus à plaindre qu'à blâmer. Mais tout cela est profondément écœurant. Ceux qui comptent sur l'état pour les protéger le moment venu devrait méditer sur ce fait divers.

Nous sommes atteints d'une grave maladie, un cancer du cerveau en phase terminale. Vivement que tout cela se termine, parce que nous sommes irrécupérables, de toute façon.

Pour en revenir au sujet, une autre raison pour laquelle j'inciterais à s'abriter plutôt qu'à riposter est le manque de conscience que l'on pourrait avoir de la situation, non seulement le nôtre, mais aussi et surtout celui des autres personnes qui se trouveraient là. Cela est particulièrement vrai, par exemple, dans le cas d'une attaque à domicile ou d'un cambriolage. Je m'explique.

En décidant d'intervenir personnellement après que vous ayez entendu en pleine nuit un bris de glace chez le voisin d'à côté, vous allez vous placer vous-même dans une situation extrêmement dangereuse. Non seulement vous allez vous trouver sur les lieux sans savoir réellement ce qui s'y passe, mais en plus, vous courrez le risque de vous faire identifier, tant par le voisin qu'éventuellement la police, comme un possible suspect. Avec tous les risques que cela implique. Le mieux que vous puissiez faire en pareil cas serait d'appeler la police, et surveiller du coin de l’œil...

Ce que je veux dire, c'est que nous n'avons pas toujours une idée claire de ce qui se passe réellement. A la suite du seul bruit suspect chez le voisin, ce dernier aurait pu penser en apercevant votre silhouette que vous étiez l'individu en train d'essayer de s'introduire à son domicile. Idem pour la police qui arriverait sur les lieux. Vous-même pourriez, dans l'obscurité, prendre le voisin pour le cambrioleur, etc. Il va sans dire que tout cela risquerait de très mal finir pour chacun des protagonistes.

Celui ou celle que vous voyez tirer est-il ou est-elle le véritable agresseur ? Ce pourrait-il que ce soit un flic en civil ? Ou bien une personne comme vous en train d'essayer de sauver la situation ? Il est des cas évidents où la question ne se pose pas, mais dans de nombreux autres, le doute est permis.

1469267643_barbu.jpg Si vous essayez d'intervenir, comment les autres personnes présentes sur les lieux interpréteraient-elles votre geste ? Pourraient-elles penser que vous êtes l'agresseur ? Il arrive souvent qu'une fusillade impliquent plus d'un tireur. En fait, quelqu'un qui vous verrait l'arme à la main pourrait très bien téléphoner à la police en disant que c'est vous le tireur !

Régulièrement, la police reçoit des appels qui ne donnent que des informations partielles, quand elles ne sont pas totalement erronées. Dès lors, les membres des forces de l'ordre arrivent sur les lieux sans avoir une compréhension totale de ce qui est en train de se passer. N'allez surtout pas croire que parce que vous êtes du bon côté, la police ou les autres personnes présentes le sauront automatiquement...

Les mesures concrètes

Une fois que vous avez réalisé que la meilleure conduite à tenir est de vous mettre à l'abri, que faut-il faire ? Voici quelques suggestions pour vous aider.

Rester à terre

La plupart des armes utilisées lors d'une fusillade sont opérées à partir de l'épaule ou de la hanche. Dès lors, la grande majorité des tirs aboutissent au-dessus de la ceinture d'une personne qui se tiendrait debout. Donc, restez aussi bas que vous le pouvez, tout en gardant la possibilité de dégager de la zone aussi rapidement et sûrement que possible. Si la distance jusqu'au premier couvert n'est pas trop grande, vous pouvez sans aucun doute essayer de ramper, sinon, de courir tout en restant baissé.

N'attendez pas ! Il est vital de vous mettre à couvert le plus vite possible. Une seule seconde peut faire la différence entre la vie ou la mort, surtout si vous êtes dans les premiers rangs. A l'instant même où vous entendez un coup de feu, courbez l'échine et BARREZ-VOUS ! A ce stade, vous n'avez même pas besoin de savoir ni de comprendre ce qui se passe. Un coup de feu n'est jamais bon signe, et a fortiori une rafale ; Votre premier réflexe doit être de vous mettre à terre, ou pour le moins de vous baisser, puis immédiatement après, à couvert.

Gardez à l'esprit que le mouvement attire automatiquement le regard. Il est donc important d'essayer de rester hors de la vue du tireur, quitte à ne pas bouger si la situation l'exige. Bien entendu, cette dernière consigne est à ne pas prendre au pied de la lettre mais devra être jaugée sur l'instant. En contrepartie, sachez aussi qu'il est beaucoup plus difficile de viser une cible qui se déplace. Donc, et à moins que l'immobilité soit plus sûre que le mouvement, il est préférable de s'extraire le plus rapidement possible.

Idem si vous avez à faire face à un attentat autre que par arme à feu. A partir du moment où vous êtes à l'extérieur, et en particulier au milieu d'une foule, gardez en permanence la conscience de la situation. Plusieurs articles ont été rédigé à ce sujet, et ce n'est pas pour rien. La sécurité opérationnelle (OPSEC) et la conscience de la situation sont les deux principes fondamentaux qui sont à LA BASE DE LA SURVIE, quelle que puisse être la situation. Vous ne survivrez pas dans le monde à venir si vous ne les appliquez pas au quotidien.

Au premier mouvement de foule, au premier cri, à la moindre alerte, BARREZ-VOUS immédiatement. Prenez vos enfants sous le bras s'il le faut, mais extrayez-vous de la zone le plus rapidement possible. Il n'existe désormais plus aucun endroit en France, ni aucun moment, où l'on puisse se permettre de relâcher sa vigilance ; Notre conscience doit être de tous les instants.

Mettre de la distance

Mettez de la distance, et même des objets si cela est possible, entre vous et le tireur. Ces dissimulations pourraient ne pas abriter des balles, mais en général, une personne armée tire sur ce qu'elle voit. Tout ce que vous pourriez mettre entre vous et le tireur aidera à obstruer son champ de vision. Utilisez des chaises, des tables, piliers, et tout ce qui se trouverait à votre portée.

Si vous pouvez vous enfuir par une porte, faites-le, et obstruez-la si la situation le permet et à condition que cela ne gêne pas d'autres fuyards éventuels. Mais essayez aussi de ne pas vous enfermer dans une pièce. Choisissez plutôt une issue telle une fenêtre ou un escalier.

Si vous vous trouvez à l'intérieur d'un bâtiment, essayez d'en sortir le plus vite possible. Cela vaut bien mieux que de s'enfermer à un endroit. S'il vous est absolument impossible de sortir, alors barricadez-vous à l'intérieur et restez caché. Essayer de rester tranquille. Éteignez votre portable ou mettez-le en mode silencieux. Gardez votre calme et ne vous mettez pas à crier ou à pleurer.

1469267720_hurler.jpg Si l'impensable se produit et que votre vie est à même de basculer, alors libérez la bête qui est en vous ! Lancez des objets, utilisez tout ce que vous pourrez trouver comme une arme, balancez des coups de pied, mordez, criez, hurlez... Faites tout ce qu'il serait possible de faire pour déstabiliser le tireur. Vous luttez pour votre vie !

Lorsque la police arrive sur les lieux, voici les consignes :

Suivez TOUS les ordres. Il se pourrait que vous soyez menotté et/ou fouillé. C'est la procédure standard. N'insultez pas les forces de l'ordre et n'essayez pas de résister. La police découvrira suffisamment tôt que vous êtes innocent.

Essayez de vous rappeler le maximum de choses à propos du ou des tireurs. L'aviez-vous vu auparavant ? A quoi ressemblait-il ? Étaient-ils plusieurs ? Que portait-il ? Était-il barbu ? Parlait-il en breton ou en provençal ? Etc.

Donnez-leur autant d'informations que possible sur la disposition des lieux. Y compris le cas échéant sur les portes que vous auriez barricadées, les fenêtres que vous auriez ouvertes...

Si vous ne vous rappelez de rien, alors c'est parfaitement compréhensible et il n'y a pas de quoi avoir honte. Vous venez de vivre un événement traumatique ; Votre corps et votre esprit sont passés en mode « surcharge ». Il est très courant de ne pas être capable de se rappeler des détails juste après un tel événement. Les souvenirs reviendront peu à peu.

Vous pourriez vous sentir totalement vidé. Encore une fois, votre corps vient de relâcher une quantité importante d'adrénaline, dans un réflexe de lutte et de survie. Dès que vous pourrez le faire, prenez un repas et du repos. Une fois que vous serez hors de danger, votre épreuve n'est pas terminée pour autant. Vous allez vous trouver inondé par un flot de pensées et d'émotions que vous pourriez même ne pas comprendre. Vous pourriez ressentir de la colère, de la culpabilité, de la tristesse, du remord, de la dépression, etc. Tout cela est normal.

Parlez à d'autres de ce que vous ressentez, quitte à vous faire aider par un professionnel. Penser que l'on peut s'en sortir tout seul n'est pas forcément une bonne idée. Aujourd'hui, nous avons une bien meilleure connaissance de ce que l'on appelle les « troubles post-traumatiques » ; Il n'y a pas de honte à cela, et il n'y a rien de valeureux dans le fait de ne pas demander de l'aide pour y faire face.

Soyez conscient, soyez proactif, et soyez prêt. Vous engager dans une lutte physique avec un tireur serait la seconde pire des choses que vous pourriez faire. La première étant de vous recroqueviller et mourir...

Par Pierre Templar

« Run, Hide, Fight » (courir, se cacher, combattre)


Vidéos :



Commentaires 5

avatar de Emilio
  • Par Emilio 1 0
  • J aime bien les articles de Pierre Templar , autant que les editoriaux de Le-Veilleur ? , parce que Templar est un pro de la securite , et donne de bons conseils . Apres , et pas que pour lui , ce sont des positions de replis et de survie extreme .. mais la vie se construit , je pense la aux techniques de survie , d autonomie máximum pour sa nourriture produite par exemple .. dire la permaculture en solution ne l explique pas non plus .

    Le terrorisme est politique , les discours des medias sont propagandistes , partout. Exemple , en boucles des medias manipulateurs .. islamistes , recemment radicalises etc.. sans blague ¿ des mecs paumes , delinquants , a- cultures ,qui vivent une vie devoyee ,completement en dehors des preceptes religieux de l islam , des racailles de cites de resultats colonialistes , et qui commettent ces attentats , se foutent de l Islam , c est pas le Allah Akbar qui fait le musulman . Et pas plus un communique bidonne de l etat islamique qui revendique l acte musulman . Plus c est gros plus ça passe … surtout quand le terreau est fertilise …
    Mais l amalgame et la repetition , font que dans un etat second de peur extreme , justifiee evidemment , l esprit humain a besoin de cibles , connaitre son suppose agresseur .. vengeance et traumatismes etc..et les medias preparent la guerre dans le genre.

avatar de Emilio
  • Par Emilio 1 0
  • En Colombie , pas d Islam , et pourtant aussi en alerte rouge contre Isis , comme en France . Oui , des colombiens , des milliers , sont embauches en arabie saoudite comme paramilitaires a la solde de l Otan . Mais pour denigrer les guerrillas , c est le mot narco terroristes qui est employe . En insistant bien que les narco traficants , ce sont eux.. C est pas faux , mais les narcos ce sont aussi les paramilitaires et politiques instigateurs et profiteurs ..
    Comme les islamistes d Europe , les politiciens otanises ont cree le probleme des ces pseudos islamistes .. et maintenant les memes nous montrent la cible .. quelle hypocrisie supreme , responsables mais coupables ¿
    Colombie, pays de tradition catholique , et les paramilitaires qui massacrent , qui aurait cette idee tres saugrenue de demander a l eglise catholique , en tant qu institution, de dialoguer avec ces baptises pour les faire revenir a la raison ¿? Çan aurait aucun sens , et pourtant c est bien ce que les medias demandent aux musulmans de faire .. comme s ils pouvaient y faire quelques choses .
    Ceux qui pourraient sont au gouvernement et nous disent .. En Syrie al nosra fait du bon boulot .. en France les memes rebuts de cites, rapatries de Syrie , commettent des horreurs .. silence la , et incoherence .. c est du bon boulot en france aussi ???

avatar de Emilio
  • Par Emilio 1 0
  • ces gouvernements otanazifies sont odieux et criminels . La sont les reponsables et les coupables .. alors combien d attentats avant que le peuple demande des comptes ? on peut pas se defiler toujours ..
    Premiere reponse twittee d hollande a l attentat de Nice 84 victimes .. on va bombarder les civils syriens , resultat 200 victimes .. c est quoi cette logique ?? c est incoherent et de pure machinerie politcienne de l Otan .. c est on ne peut plus clair , que leur but est la guerre , civile et militaire ..partout . Bref des genocides de masse .. who ll stop this train ?
    S il est encore possible d arreter le terrorisme , c est de virer AU PLUS VITE , cette clique de psychopates des gouvernements de cette alliance mortifere .

avatar de Le-veilleur
  • Le-veilleur a répondu (Admin) 0 0
  • Bien que de plus en plus de personnes prennent conscience au vu d'évènements qui ne peuvent plus être dissimulés, j'ai peur que ce ne soit pas suffisant pour « stopper le train », quand je constate sur la page Facebook à quel point la quantité de simples d'esprit « lobotomisés » est encore trop importante. En clair, il n'y a encore que trop peu de monde à appuyer sur les freins...

avatar de Emilio
  • Par Emilio 0 0
  • appuyer sur les freins , quand le but a ete atteint de faire perdre les pedales au monde , c est sur que la probabilite de dominance totale , est tres en faveur des tireurs de ficelles. Le monde qui pense vivre , vit en virtuel , en deconnection de la realite , l ecran devient la fenetre , le narcissisme des egos est pousse au max , en selfies sans fin .. bref , une tourmente solaire de quelques jours , et des depressions de masse . Parce que tout ces bouffe temps , sont des anesthesiants , ne developpent pas des connaissances qui devraient -plus que jamais - s imposer comme vitales . Le reveil se fera , mais apres l etat de manque des addictions . Je m etonne toujours en voyant tous ces zombies absorbes par leur monde de telephonie .. mais que peuvent ils bien avoir a dire , parler autant ..quand on a si peu a dire de son vecu , c est pas se mentir a soi meme ?

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Survivalisme »