Argentine : la présidente Kirchner tient tête au FMI !


A l'heure actuelle, tout ceux qui osent se lever contre ces fous qui veulent diriger le monde et qui imposent l'horreur financière se doivent d'être applaudis, et Cristina Kirchner doit donc être médiatisée, encouragée et félicitée. En espérant qu'elle puisse continuer le combat très longtemps encore...
 
Enfin un président qui ose s'opposer au puissant FMI, après Olafur Ragnar Grimsson, qui a été largement réélu en juin dernier, avec 52,4 % des suffrages. Après seize ans à la tête de l'Islande, il a décroché à 69 ans son cinquième mandat !
 
« Mon pays n'est pas une équipe de football, c'est une nation souveraine qui prend souverainement ses décisions et qui ne se soumet à aucune pression et encore moins aux menaces »
, c'est ainsi que Cristina Kirchner, présidente de l'Argentine (photo ci-dessus), a répondu à la tribune des Nations unies aux injonctions lancées à son pays par le FMI et son actuelle dirigeante Christine Lagarde.
 
Le FMI a en effet lancé un ultimatum de trois mois à Buenos Aires pour « remettre en ordre » ses statistiques économiques et présenter un bilan complet sous peine de se voir retirer son droit de vote au sein de l'institution internationale, voire même d'en être exclu.
 
Des exigences et un ton comminatoire inacceptables pour la présidente argentine qui a dénoncé « l'absence totale d'autocritique » du FMI et son « incapacité totale à résoudre la crise économique ».
 
Très en verve, la dirigeante argentine s'en est également prise au fonctionnement du conseil de sécurité de l'ONU, qui :
 
« permet aux membres permanents de ne pas se soumettre aux règles générales et de violer systématiquement les normes, comme par exemple l'Angleterre sur la question de la souveraineté des îles Malouines. »
Un ton frondeur et dissident qui a déclenché d'importantes salves d'applaudissements dans l'assemblée.



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Politique »