Areva, Cogéma : des entreprises dangereuses pour l'humanité!


En France, les entreprises responsables du nucléaire (Areva, Cogéma) et du traitement de ses déchets n'ont absolument rien à envier à l'incompétence de celles du Japon (Tepco). Comme vous allez le voir dans cet article de 2011 (certains l'ont peut être déjà vu, mais très peu médiatisé à l'époque, cela mérite une petite piqûre de rappel), les responsables de ces sociétés ne reculent devant rien pour faire des économies, encouragées par nos dirigeants de par leur obstination à ne rien voir...

Dans plus de 25 départements, 300 millions de tonnes de déchets radioactifs ont été abandonnés dans la nature et ce sans aucune surveillance. Malgré les rapports alarmants, personne ne fait rien, mais on se demande à quoi servent nos élus, à quoi servait notre ex-président et à quoi servent nos lois. En même temps, Mr Sarkozy était surement bien trop occupé à passer dans gal* ou dans voic* (et le brush doit être absolument impeccable !) pour s'occuper de la pollution d'uranium qui menace les Français, son peuple.
 
L'état est à ce jour responsable de la santé de milliers de mineurs qui ont extrait ce minerai d'uranium, mais responsable aussi des conditions de travail de ces ouvriers qui ont transformé ce minerai hautement dangereux en poudre d'uranium dans les usines. Chez tous les hommes, on ne compte plus les cas de cancers tellement ils sont nombreux, et une étude par ailleurs, vient d'affirmer que les ouvriers travaillant dans l'uranium meurent plus qu'ailleurs de cancers.
 
Les organismes qui sont à l'origine de ce problème savent qu'il y a danger, ils savent qu'un enfant peut jouer dans ces terrains contaminés et se retrouver avec de la terre sur les doigts, puis dans la bouche, ils savent également que des parents sans le savoir, peuvent aller promener leur bébé dans ces "champs de mines". Alors, pourquoi n'y a-t-il rien eu de fait ? Pas même de la prévention avec ne serait-ce qu'une clôture et un panneau alertant d'un possible danger ?
 
Laisser dans la nature, accessible au grand public, des matériaux qui ont un niveau élevé de radioactivité (éternelle dans le cas de l'uranium), n'a aucun sens. Officiellement, l'exploitation des mines a engendrée 170 millions de tonnes de stériles, mais il y a plus grave, des villages entiers ont été construits sur des tonnes de résidus.
 
Selon un témoin, Areva, société responsable (en partie) de tout ce problème de radioactivité, a rejeté ces déchets dans un champ près de limoge alors qu'elle avait été priée d'ôter ces déchets des abords des cours d'eau potable. En gros, ils enlèvent les déchets d'un endroit pour les mettre dans un autre. Où est la précaution ? Les sites poubelles devraient être classés décharges radioactive, mais bien entendu rien est fait et tout le monde se rejette la pierre.
 
Mais comment cette entreprise peut-elle mettre sciemment la vie des citoyens en danger comme elle le fait ? Apparemment les responsables de cette dernière n'ont aucun état d'âme, aucune humanité et leur bêtise parait être sans limite.
 
Cogéma aussi est une entreprise traitant le nucléaire et elle a également contaminé les régions de France avec ses résidu miniers. Malheureusement, le procès qui a eu lieu à son encontre l'a proclamée gagnante. Vous êtes encore étonné ?
 
En France, le nucléaire est un domaine réservé, les décisions ne se prenants apparemment qu'au plus haut niveau, à l'Élysée. Nous allons comprendre à travers ce documentaire comment la Cogéma, depuis Areva, a réussi à faire passer ces déchets radioactifs pour de vulgaires déchets domestiques.
 
En 1991, un ancien journaliste, Pierre Desgraupes, a été nommé à la tête du conseil supérieur de la sureté de l'information nucléaire. Cette année-là, il rend son rapport sur les dépôts de matières radioactives au ministre de l'industrie, mais aussi de la santé et de l'environnement. Il consacre un chapitre entier dans ce dernier rapport aux mines d'uranium française. Il s'est appliqué à pointer tous les dangers à venir et affirme que la radioactivité des résidus d'uranium serait sous-estimée.




Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Etat de la planète Nucléaire »