Arctique : le pétrole, poison des peuples autochtones


Les forages pétroliers en Arctique menacent un écosystème fragile, précieux, nécessaire à notre équilibre à tous. Ils touchent durement les populations locales, qui voient ou craignent de voir leur mode de vie bouleversé. De l'océan dépendent des cultures, des modes de vie, des quotidiens... Bâtis en totale harmonie avec la nature, ces cultures sont aujourd'hui terriblement altérées par les forages.
 
En Arctique, il est des lieux où le désastre est déjà en cours
 
Les compagnies pétrolières sont déjà actives depuis des années sur terre dans les régions polaires. C'est le cas notamment en Sibérie dans la République de Komi. Large plaine coupée par la chaîne de l'Oural, recouverte de forêts et peuplée de population autochtone vivant de la pêche et de la culture de leurs rennes. Ce territoire s'étend sur une surface équivalente à la France et est peuplé par environ un million d'habitants. Hélas, aujourd'hui, les torchères ont remplacé les arbres et les nappes huileuses ont tué les poissons.
 
La catastrophe environnementale en cours dans la République de Komi éclaire d'une lumière violente la place donnée à l'environnement par des compagnies comme Rossneft ou Gazprom, actives dans cette région. Or, ces entreprises disposent également de plans de forage pétrolier et sont déjà actives au large des côtes nord sibériennes.
 
Nos collègues de Greenpeace Russie travaillent depuis des années avec les Komis dans la dénonciation de ce crime oublié. Aujourd'hui, ce combat est un exemple supplémentaire de cette course effrénée au pétrole de l'Arctique.
 
Point Hope : l'océan est leur jardin
 
L'équipe à bord de l'Esperanza est allé à la rencontre des habitants de Point Hope. Point Hope est une localité d'Alaska, point crucial d'observation des impacts des dérèglements climatiques. La perte de glace a créé plus de voies navigables, et la formation de vagues plus grandes qui ont entraîné une érosion plus forte. Les communautés locales faisaient face, jusqu'ici, à cette érosion qui touchait leurs côtes. Ils doivent aujourd'hui faire avec les risques induits par le projet de forage de Shell.
 
Le maire et les autres résidents de Point Hope partagent, dans cette vidéo, leurs préoccupations face aux forages. Les résidents de cette ville, également connue sous le nom « Tikigaq », ont vécu pendant des générations en osmose avec la mer des Tchouktches, qui est aujourd'hui menacée par la pollution, le bruit et le risque d'un déversement de pétrole qui accompagnent le projet de forage offshore.

Plus de liens :
 
 • Rejoignez les défenseurs de l'Arctique
 • Lire l'enquête : Glace Noire - déversement pétrolier en Russie, une crise sans fin
 • Participer en téléphonant à Shell France
 • Revivre l?action de blocage du siège de Shell en France
 • Participer en agissant sur Twitter
 • Participer en agissant sur Facebook


Vidéos :



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Etat de la planète Environnement »