Après l'Allemagne, c'est l'Autriche qui veut savoir où sont ses réserves d'or


La Banque nationale d'Autriche va envoyer des experts indépendants à Londres pour faire un inventaire des réserves d'or que l'Autriche détient dans les coffres de la Banque d'Angleterre, a indiqué un porte-parole de la banque centrale autrichienne.
 
Ainsi, la Banque nationale autrichienne suit l'exemple son homologue allemand, la Bundesbank, qui a elle-même missionné certains des membres de son conseil de gouvernance pour qu'ils se rendent à New-York constater par eux-mêmes que les réserves d'or que l'Allemagne conserve aux États-Unis s'y trouvent toujours. L'Autriche dispose d'une réserve d'or de 280 tonnes, mais seulement 17% de ces stocks sont stockés dans le pays. Près de 80% de ces réserves, soit environ 150 tonnes, sont conservées à la Banque d'Angleterre à Londres.
 
La Banque nationale d'Autriche a régulièrement suivi ses réserves d'or par le passé, et depuis 2007, elles n'ont été affectées d'aucun changement, a expliqué l'un de ses porte-parole au téléphone. Selon ce porte-parole, le nouveau contrôle semble être mené à la requête du parti eurosceptique Parti de la liberté (FPO), qui a réclamé une plus grande transparence, et le rapatriement des réserves d'or autrichiennes.
 
Mais le blog Zero Hedge doute de la validité de cette explication officielle :
 
« Il est peut-être temps de renommer le parti eurosceptique en sceptiques du « Nous doutons que notre or soit là où vous dites qu'il se trouve » »
, écrit-il. En effet, selon Trend, un magazine autrichien, l'opinion publique doute de plus en plus de l'existence des réserves d'or du pays.
 
« J'ai bien pris conscience de cette demande », a déclaré Ewald Nowotny, le gouverneur de la Banque nationale autrichienne. « N'importe quelle épicerie est tenue de faire un inventaire une fois par an. C'est le seul moyen de venir à bout d'allégations déraisonnables ».
En janvier, c'est l'Allemagne qui avait manifesté une certaine nervosité au sujet de ses réserves d'or réparties entre la Réserve fédérale de New York, la Banque d'Angleterre, et la Banque de France. Le pays a initié un programme de rapatriement progressif de ses réserves, et il souhaite avoir récupéré la moitié de ses réserves physiques du métal précieux d'ici 2020.
 
Sur place, les experts de la délégation autrichienne auront également pour mission de vérifier la pureté de l'or.
 
Par Mylène Vandecasteele - source express.be
 
Note du veilleur
 
En août 2013, nous apprenions sur le blog de Michel Collon que la Réserve Fédérale des Etats-Unis empêchait l'Allemagne de rapatrier son or, suscitant de grande inquiétudes chez les économistes, ainsi qu'une certaine méfiance envers la Réserve Fédérale américaine.
 
« Les Etats-Unis refusent de rendre l'or que l'Allemagne a mis à l'abri dans la Réserve Fédérale des USA et a, par ailleurs, empêché les représentants allemands de visiter le coffre de la Banque Centrale de ce pays pour vérifier l'état des tonnes d'or entreposées. »
L'article ajoutait que
 
« La Réserve Fédérale des États-Unis est une des organisations les plus secrètes au monde. Depuis bien des années, elle entrepose de grandes quantités d'or de différents pays. Si auparavant elle était considérée comme l'endroit le plus sûr pour les réserves de beaucoup de pays, maintenant la situation a changé, puisque l'or qui y est entreposé s'épuise du fait de sa vente, son cautionnement ou son utilisation comme garantie financière. »
Nous apprenions également l'année précédente qu'une grande quantité de lingots d'or du système financier international étaient victimes de contrefaçon. En effet, des faux lingots, fourrés au tungstène, ont été détectés dans le monde. Un article du figaro nous dit que « le phénomène serait toutefois marginal et toucherait plus les investisseurs institutionnels que les particuliers », mais est-ce réellement le cas ?
 
Une information de Kirby Analytics parue sur le site 24hgold semble de son coté réfuter ce coté marginal :
 
« Il y a environ 15 ans - sous l'administration Clinton [pensez Robert Rubin, Sir Alan Greenspan et Lawrence Summers] entre 1,3 et 1,5 millions de briques de tungstène de 400 onces auraient été fabriquées par une raffinerie ultra sophistiquée aux Etats-Unis [plus de 16 tonnes métriques]. Par la suite, 640 000 de ces barres de tungstène auraient reçu un plaquage en or et auraient ÉTÉ transportées à Ft. Knox où elles y seraient restées. »
Alors, selon vous, inquiétudes fondées ou pas ?
 
Le veilleur - Article libre de reproduction à condition de laisser le lien pointant vers cette page.



Commentaires 1

avatar de leogui
  • Par Leogui 0 0
  • La réserve fédérale empêche l'Allemagne de rapatrier son Or? Pourquoi?
    Il me semble avoir lu qq part que des villes américaines faisaient la même démarche :ils veulent récupérer leur or! Péril en la demeure ? Ces braves gens préfèrent ils avoir sous la main , leur trésor ...Pourquoi? En tous cas , la confiance semble .....se réduire .
    Ont ils peur eux aussi d'être dépouillés ?

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Economie »