Angleterre : Les ornithologues lancent un cri d'alarme... les oiseaux meurent a un rythme effréné


Une nouvelle qui ne fait que confirmer ce que vous savez déjà si vous êtes attentifs aux articles déjà publiés dans ce domaine sur le veilleur. De nombreuses théories alimentent le débat quand à la cause des disparitions massives en général, dont celle de la pollution.

J'en ai pour ma part retenu certaines souvent ignorées et pertinentes à mes yeux : Les effets climatiques et hertziens générés par le dispositif H.a.a.r.p (liens), ainsi que l'affaiblissement et les modifications de notre magnétosphère (liens), ainsi que les relâchements de gaz mortels rejetés par les volcans sous marins dans certaines zones du globe.
 
Il serait temps également que soit sonnée l'alarme sur les morts massives aquatiques, aussi bien en douce qu'en eau marine, ou les chiffres sont effrayants (liens). L'équilibre instauré par la nature depuis des millions d'années se fragilise et est sur le point de s'écrouler, avec des conséquences à venir désastreuses pour la terre et tous ses habitants !
 
Les animaux dans leur totalité font partie intégrante d'un système bien huilé, une chaîne ou chaque maillon a un rôle essentiel à jouer, ôtez un seul de ces maillons, et c'est une catastrophe en série qui se produit. Non seulement la chaine alimentaire se modifie avec des risques gigantesques au long terme, mais aussi le « système d'épuration » dont nombre d'espèces animales ont un rôle crucial à jouer... C'est l'effet papillon !!!
 
En Angleterre les oiseaux meurent à un rythme effréné; Les dernières statistiques officielles relèvent la perte de plus d'un million d'entre eux chaque année à travers tout le Royaume-Uni, les espèces écossaises sont particulièrement touchées.

Le dernier rapport de la RSPB et de la British Trust for Ornithology est alarmant.
 
Les statistiques officielles 2012 de l'état des populations d'oiseaux sur le sol de l?Angleterre révèlent que le nombre d'oiseaux nicheurs est passé de 210 millions en 1966 à 166 millions en 2009 - une perte de plus de 44 millions d'oiseaux en 44 ans.
 
Une situation dramatique que les scientifiques d'outre manche observent de très près, et en particulier concernant le sort de deux espèces d'oiseaux de mer écossais dont l'extinction est désormais à craindre. La macreuse brune est passé de quelques milliers à moins de 100 , tandis que le nombre de canard à longue queue ont chuté de 10.000 à moins de 1.000.
 
Les oiseaux de mer en Écosse, qui représentent près de la moitié (45 pour cent) des populations d'oiseaux nicheurs d'Europe, a également enregistré des baisses extrêmement marquées, ce qui alimentent les craintes de leurs anéantissement totale.
 
Des chutes de 75 pour cent de la population ont été enregistrés pour la sterne de Dougall, qui est maintenant tombé à 89 couples, tandis que le labbe d'arctique a diminué de 72 pour cent pour ne plus comptabiliser que 2.100 couples de l'espèce sur les cotes écossaises.

Les deux espèces viennent de rejoindre la tristement célèbre liste rouge de L'UICN.
 
Ils sont parmi les dix espèces d'oiseaux marins du Royaume-Uni qui ont subi des déclins catastrophiques, et ce depuis 1986 lorsque les recensement des populations ont commencé. Ces pertes dramatiques, reflète une situation critique de l'état de la biodiversité, y compris en mer Baltique.  Une combinaison de facteurs, comme le changement climatique, la perte d'habitat et les pénuries alimentaires sont maintenant indéniablement constatés.
 
Dés la parution du rapport Stuart Housden, directeur d'un l'organisme de bienfaisance, le RSPB Scotland, a déclaré:
 
« Il est choquant et décevant de penser que depuis un demi-siècle, le Royaume-Uni a perdu un cinquième de ses oiseaux, dont beaucoup sont d'une importance capitale pour l' Écosse. les changements de nos habitudes agricoles ont transformé les paysages de l'ensemble du Royaume-Uni, tous nos oiseaux sont touchés par un déclin dramatique, l'utilisation des terres, la perte des habitats, le changement climatique, l'invasion d' espèces non indigènes et le manque de nourriture détruisent totalement notre environnement. »
Richard Hearn, directeur de la surveillance des espèces à la Wildfowl & Wetlands Trust, a appelé à une action rapide pour sauver les oiseaux de mer de l'extinction. le nombre des oiseaux de mer en Europe s'est effondré, ils ont un besoin urgent de conservation. Pour être efficace il faut que tous les pays de la zone Euro travaillent en commun pour rétablir des zones de sauvegarde de notre biodiversité de toute urgence.


Vidéos :



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Etat de la planète Morts massives »