Allemagne : Angela Merkel, un agent programmé par la RDA ?


D'où vient la chancelière ? Comment a-t-elle formé sa pensée politique ? Les Allemands, comme les autres Européens, se posent souvent ces questions. A l'approche des législatives de septembre, une biographie cherche la clé de son succès dans son enfance en RDA.
 
Ce mardi 14 mai, deux journalistes, Ralf Georg Reuth et Günther Lachmann, des rédactions Bild et Die Welt, deux rédactions appartenant à l'éditeur Springer, ont sorti un livre intitulé La première vie d'Angela M. Angela Merkel serait selon eux une taupe formée par l'élite des services secrets de la RDA et aurait eu pour mission d'être réactivée plusieurs années après la chute du mur pour socialiser à la sauce du communisme est-allemand réformé la CDU et le pays. Honecker aurait ainsi programmé sa revanche après la destruction du régime de l'Allemagne de l'Est par l'utilisation, comme la Stasi sait bien le faire, d'une bombe humaine à retardement qui ne serait autre qu'Angela Merkel !
 
RDA, Stasi
 
Les spéculations vont subitement bon train à cinq mois des élections du Bundestag sur le rôle de la chancelière durant sa jeunesse au sein du système de la RDA qui avait aussi le rôle de contrôler et d'éduquer la population via la Stasi. A ce sujet, le film La vie des autres de Florian Henckel von Donnersmarck permet de se plonger dans l'ambiance de cette époque où les dissidents étaient froidement effacés par des procédés psychologiques déstructurant la personnalité de la personne ciblée. Des informations circulaient déjà sur le passé d'Angela Merkel qui aurait été un élément de cette Stasi.
 
Pour les Allemands, les informations des deux journalistes ne sont pas vraiment une surprise. Avec la crise, leur société les plonge un peu plus chaque jour dans un scénario digne de La vie des autres. Le touriste se baladant dans les bus berlinois ne peut pas décoder ce script. La surprise est plutôt de savoir pourquoi ces révélations sur Angela Merkel sortent encore et seulement aujourd'hui ?

« Nous pouvons certifier qu'Angela Merkel était plus proche du système de la RDA que cela n'a été dit. Dès 1981, elle était secrétaire pour le service en charge de la propagande au sein de l'organisation de la jeunesse communiste de la RDA, la FDJ, ce qu'elle continue de nier aujourd'hui »
, témoignent les deux journalistes.
 
Formation
 
Des rumeurs sur l'activité d'Angela Merkel avec la Stasi, notamment à cause de son refus de diffuser un film documentaire par la télévision allemande qui devait montrer une photo de la jeune Angela en mission en train de surveiller le dissident Robert Havemann, refont surface. Dès 1976, Robert Havemann va devoir vivre avec les écoutes de la Stasi, jusqu'à sa mort. En 1979, les agents est-allemands vont intensifier le contrôle et même aller jusqu'à acheter tous les terrains autour de la propriété du dissident. Des jeunes gens de l'âge d'Angela Merkel auraient été employés pour des observations. Les rédacteurs de la chaîne de télévision allemande WDR, qui devaient réaliser le documentaire Im Auge der Macht-Die Bilder der Stasi (Dans l'oeil du pouvoir - La Stasi) auraient trouvé durant leurs recherches une photo d'Angela Merkel en train de se rendre sur le terrain du dissident.
 
La même source issue d'articles explique que c'est Angela Merkel qui aurait eu pour mission de mener l'opération de surveillance. La WDR a eu l'interdiction, après intervention de la chancelière, de diffuser la photo d'Angela Merkel. A l'époque de cette photo qui aurait existé et que personne n'aurait eu l'idée de dupliquer, Angela Merkel était étudiante en doctorat à l'institut de chimie et de physique de l'Académie des sciences de la RDA, et aurait été secrétaire de direction de la FDJ. Particulièrement fidèle au gouvernement et au parti de la RDA, Angela Merkel aurait aussi eu comme collègue dans son bureau un des fils d'Havemann, dont la famille avait été disloquée.
 
Réactions politiques
 
Curieusement, les élus politiques ne se pressent pas au portillon pour exiger des explications.
 
« Angela Merkel doit expliquer quelles positions elle avait du temps où elle était physicienne à l'époque de la RDA, à l'Académie des sciences. Nous voulons aussi savoir quelle était réellement la fonction d'Angela Merkel dans l'organisation de la FDJ, les jeunesses communistes est-allemandes »
, exige Ralf Stegner, patron du SPD du Schleswig-Holstein. Dans leur livre, les deux journalistes du groupe Springer, connu pour ses attaques à répétition contre les leaders issus de la RDA comme Gregor Gysi, se demandent si Angela Merkel n'aurait pas été une communiste réformée, cette forme de communisme qui devait prendre la succession du régime de l'Allemagne de l'Est, pour faire revivre la RDA dans l'Allemagne réunifiée.
 
Dans cette Allemagne où tout se tient de manière enchevêtrée, du moins depuis la fin de la Seconde guerre mondiale où des membres nazis, tout comme les éléments de la Stasi à la chute du mur, ont pu vivre tranquillement dans le pays à des postes de juristes, de médecins, de policiers ou d'hommes politiques, vouloir accumuler des preuves à l'encontre d'Angela Merkel semble bien illusoire. Ce n'est pas pour rien si certains élus ou la population appellent la chancelière presque religieusement la mère, die Mutter. Tout laisse à penser qu'il s'agit davantage d'un coup de publicité que d'une action journalistique sérieuse.
 
Si les deux journalistes avaient été sérieux, ils auraient depuis le temps pu faire leur travail d'investigation et ne pas attendre jusqu'à aujourd'hui, plus de 20 ans après la chute du mur. En outre, comme par hasard, les coups de canon viennent de l'éditeur du Bild, le journal le plus lu d'Allemagne et le moins sérieux qui puisse exister. Celui qui vit plusieurs années en Allemagne sait que rien n'est laissé au hasard car tout est calculé et planifié. Un article du Spiegel paru ce mardi 14 mai explique aussi que les deux journalistes n'apportent rien de nouveau et surtout pas de preuves à l'encontre d'Angela Merkel.

Par Olivier Renault



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Politique »