Air France : La direction avait anticipé le dérapage de la « chemise arrachée »


Voilà une information pour le moins inattendue. Alors que plus de six mois se sont écoulés depuis les incidents de la « chemise arrachée » du DRH d’Air France qui ont coûté leurs emplois à cinq salariés, on apprend que ces débordement étaient prévus et calculés d’avance afin d’en tirer parti et avantage.

Pire encore, puisque toujours de manière préméditée, Air France aurait même contribué à instaurer un climat de défiance propice à la confrontation ! Espérons que cette affaire fasse grand bruit et n'en reste pas la.

Le veilleur

Chemises arrachées : Air France avait anticipé le dérapage

L’épisode de la chemise arrachée par des salariés d’Air France, le 5 octobre dernier, a fait couler beaucoup d’encre, au point de devenir pour François Hollande, un symbole de la violence « inacceptable » des travailleurs. Présenté comme un événement spontané et parfaitement incontrôlable par la direction de l’entreprise, l’affaire prend aujourd’hui une toute autre tournure.

Le journaliste Geoffrey Le Guilcher a enquêté pour le site d’information Les Jours dans l’entreprise Air France, attendant patiemment que la tempête médiatique retombe pour creuser. Et ce qu’il y a découvert est édifiant.

En amont de la manifestation, la direction d’Air France avait calculé ce qu’elle pouvait tirer comme avantage des éventuels dérapages des manifestants. Installation de caméras la veille, flou sur les autorisations à manifester, huissier discrètement mandaté, emploi d’agents de sécurité privés…

Documents et vidéos à l’appui, Les Jours mettent à mal les déclarations de la direction d’Air France.

Source Les inrocks

On peut lire également sur le site 20 minutes que

La veille du CCE (comité d’entreprise extraordinaire), la direction a fait installer six nouvelles caméras dans les locaux. Quatre devant la porte d’entrée de la salle où s’est tenu le CCE et deux braquées sur le portail par lequel les manifestants sont entrés.

Le site Les Jours précise que les représentants des salariés n’ont jamais été informés de ce nouveau dispositif. En atteste un compte rendu d’une séance du CHSCT (Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail) qui s’est tenu un mois après les incidents. L’installation de ces nouvelles caméras a même « fait l’objet d’un débat houleux » au point de pousser certains salariés à se poser des questions.


Commentaires 1

avatar de PH7
  • Par PH7 0 0
  • A vrai dire, sachant qui est derrière la direction d'Air-France, il n'y a pas lieu de s'étonner.
    Quand à l'installation des caméras, je ne suis ni pour, ni contre ... Bien au contraire !

    En tout cas, cela en dit long sur la duplicité ambiante.

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Manifestations »