Agro-business : Les profits du géant Monsanto dégringolent


C'était à prévoir, les bénéfices du géant Monsanto sont à la baisse, et cette tendance devrait théoriquement s'accentuer pour les mois/années à venir... Théoriquement, car si en effet de nombreux facteurs sont responsables de cette baisse notoire de profits, ne perdons pas de vue que le lobby de l'agro-alimentaire a le bras long et peut encore nous réserver certaines surprises.

Tout comme les organismes banquiers ainsi que pharmaceutiques, le business faramineux de l'agro-alimentaire bénéficie d'une protection gouvernementale à peine dissimulée, et les pressions qu'exercent ses représentants auprès de la commission européenne de Bruxelles leur ouvre de nombreuses portes, à l'image de la récente affaire de blanchiment du glyphosate cancérigène de Monsanto par Bruxelles.

Certains d'entre vous répondront peut-être qu'il est nécessaire de faire attention aux produits que l'on achète, mais qu'adviendra-t-il si la législation européenne décrète de supprimer la mention ogm des étiquetages ? Pour ceux qui l'ignorent, Christine Lagarde est déjà à l'origine d'une réglementation européenne selon laquelle la mention « organisme génétiquement modifié » ne doit pas être affichée pour un seuil inférieur à 0,9%, ce qui signifie que vous mangez peut être des ogm sans en être informé !

Le changement doit aussi venir des agriculteurs, et ce changement est en cours, particulièrement concernant les pesticides, qu'on le veuille ou non ! La raison en est simple, et elle est naturelle : La capacité des végétaux à s'adapter est énorme, tout comme celle des insectes, et plus le temps passe, et plus les agriculteurs utilisant ces herbicides et autres produits toxiques sont obligés d'en augmenter les doses pour garder un semblant d'efficacité... Jusqu'au jour ou cela ne sera plus rentable et qu'ils cesseront de l'utiliser.

Le Veilleur

Monsanto : des profits qui dégringolent ! Une révolution ?

1460478187_monsanto-ble.jpg Monsanto étant probablement l’une des multinationales les plus haïes de la planète, voici une nouvelle qui devrait en réjouir quelque-uns : le géant des biotechnologies agricoles vient d’annoncer une chute record de ses profits (25%) !

Une information spectaculaire et inattendue qui sous-entend une autre nouvelle bien plus importante encore : les agriculteurs, comme les consommateurs, semblent enfin se détourner de tout ce qui touche aux OGM, aux pesticides et aux herbicides ! Détails et explications.

La firme vient d’annoncer que ses profits avaient plongé de 25% au deuxième trimestre de 2015. Une dégringolade spectaculaire causée principalement par le tassement de la demande en OGM mais aussi par le désamour du grand public vis-à-vis du célèbre Roundup, produit phare de Monsanto.

Pour expliquer sa contre-performance, Monsanto évoque une conjoncture défavorable à l’agriculture. Et on ne peut pas lui donner entièrement tort (la hausse du dollar et l’instabilité du marché lui ont par exemple été clairement défavorables). Mais d’autres raisons, plus profondes celles-là, ne peuvent être occultées :

  • La demande en alimentation biologique ne cesse de croître et rien n’annonce un essoufflement de cette tendance.
  • La société prend conscience de des ravages des pesticides et des herbicides sur notre santé et sur notre environnement.
  • De plus en plus d’agriculteurs se tournent vers des semences non génétiquement modifiées.
  • L’image de marque de Monsanto est au plus bas.

Signe concret de cette profonde mutation qui ressemble de plus en plus à une prise de conscience : les ventes de l’herbicide Roundup ont fondu de 34% au quatrième trimestre 2015 ! Et, a priori, elles ne sont pas près de rebondir : en France, ce produit sera définitivement banni des jardineries dès 2019.

Du coup, la firme redimensionne déjà sa voilure : Selon Reuters, 2600 postes vont être supprimés dans le monde, soit 16% des effectifs totaux. (Ndv : Le site 20 minutes fait de son coté état de 3600 emplois d'ici 2018)

Alors, certes, la fin de Monsanto n’est certainement pas pour demain : même en chutant de 25%, les profits de la multinationale se comptent toujours en milliards de dollars. Mais la tendance, elle, semble irréversible : nous sommes de moins en moins nombreux à vouloir avaler des produits génétiquement modifiés et/ou aspergés de produits chimiques type pesticides et herbicides. Et ça, c’est une très grande nouvelle !

Nos politiques ne veulent pas interdire les produits suspects qu’on retrouve dans notre alimentation ? Peu importe ! Dans le monde d’aujourd’hui, ceux qui font la loi, c’est nous, les citoyens/consommateurs : arrêtons d’acheter et les firmes arrêteront de produire !

Par Axel Leclercq - positivr.fr



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Etat de la planète Agriculture »