Afrique du sud : une autre défaîte en vue pour Monsanto et ses céréales OGM


Sur la lancée de nations comme la France et la Russie, l'Afrique du sud pourrait bien être dans peu de temps la toute dernière nation à formuler une interdiction du maïs OGM de Monsanto, récemment relié au développement de tumeurs et à des lésions d'organes chez les rats.

Le Centre Africain pour la Sécurité Biologique (ACB en anglais), organisme de surveillance créé pour protéger les consommateurs des divers dangers biotechnologiques, appelle aujourd'hui les autorités sud-africaines à interdire le maïs de Monsanto générateur de tumeurs, connu sous le nom de NK603.
 
C'est particulièrement important pour l'Afrique du sud car le maïs blanc est un aliment de base très important, constituant à lui tout seul jusqu'à 80 % de la récolte de l'année passée. Dans l'éventualité d'une interdiction du maïs, ce serait un coup dur pour Monsanto et une grande victoire pour les 50.586.757 habitants de l'Afrique du sud. Si les autorités suivent le conseil de ACB, elles n'interdiraient pas seulement la culture du maïs OGM, mais également ses importation et exportation. Dans une lettre au ministre sud-africain de l'agriculture, ACB dit :
 
« Nous exhortons vivement le gouvernement sud-africain à faire les démarches nécessaires pour protéger ses citoyens. »
Des nations font passer ou demandent une interdiction des céréales de Monsanto à la suite d'une étude, une parmi les centaines, dans le but d'identifier les dangers aussi bien de l'herbicide Roundup que les OGM de Monsanto. En accord avec d'anciens éléments de recherche qui ont relié le Roundup à des situations comme le cancer et la stérilité, l'étude française sur les OGM a découvert qu'environ 50 % des mâles et 70 % des femelles nourris à 100 % avec du maïs OGM sont morts prématurément.
 
Elle a aussi corroboré une recherche des plus approfondie sur les effets prolongés des OGM et du Roundup sur les rats.
 
Comme on s'y attendait, Monsanto n'a pas pris ces nouvelles à la légère. Déjà pris en flagrant délit à payer des diplomates américains pour étendre sa main-mise vers une domination mondiale des graines et auteur du meurtre de 500.000 innocents avec son arme sans danger, l'Agent Orange, la corruption de Monsanto a été à maintes reprises exposée par des dénonciateurs et des médias alternatifs. À chaque fois Monsanto continue pourtant d'affirmer que ses produits sont parfaitement sûrs. Comme pour l'Agent Orange, il défend ses OGM bien qu'ils n'aient été testés que 90 jours avant d'être lâchés au public.
 
D'autres nations autour du monde vont continuer à appeler à des interdictions et à légiférer sur les OGM jusqu'à ce que Monsanto soit ou bien interdit ou bien catalogué (via la loi californienne sur les OGM) comme n'existant plus. Il est important de soutenir et mettre en valeur les pays qui font des efforts sur ce front comme ACB en Afrique du sud.



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Agriculture »