Afghanistan : Un glissement de terrain fait plus de 2000 morts


Un terrible glissement de terrain a eu lieu vendredi dans la province montagneuse du Badakhshan, au nord-est de l'Afghanistan. Le bilan de ce phénomène serait dû aux récentes précipitations en est à 2.100 morts.
 
Les autorités afghanes ont confirmé, samedi 3 mai, la mort d'environ 2100 villageois ensevelis vendredi sous 100 mètres de boue lors d'un violent glissement de terrain. Les secouristes n'ont plus d'espoir de retrouver des survivants, a déclaré samedi le gouverneur de la province du Badakhchan, dans le nord-est du pays. Les Nations unies avaient avancé jusque-là un bilan provisoire de 350 morts. Les secouristes, équipés de moyens rudimentaires, avaient peu d'espoir de retrouver des survivants après les pluies torrentielles ayant dévasté cette région pauvre, montagneuse et difficile d'accès, frontalière du Tadjikistan, de la Chine et du Pakistan.
 
L'OCHA, le bureau humanitaire de l'ONU, a dit se consacrer désormais à l'aide à apporter aux quelque 4000 personnes déplacées, alors qu'un autre pan de la montagne qui surplombe le village menace de s'effondrer. Les survivants se sont blottis sous des tentes dans la nuit glaciale après avoir reçu de l'eau et de la nourriture. Une centaine de personnes ont reçu des soins dans un hôpital de campagne établi dans un bâtiment qui a échappé au gigantesque glissement de terrain.
 
Plusieurs centaines de maisons en briques de terre séchée ont été emportées vendredi par deux coulées de boue consécutives. Des habitants des villages voisins sont venus prêter main forte aux secours à la levée du jour mais ceux-ci, équipés de moyens rudimentaires, n'ont encore retrouvé aucun corps, a expliqué un responsable de la police locale.
 
Distribution de rations alimentaires
 
L'armée afghane a acheminé par voie aérienne des moyens de secours supplémentaires, la région n'étant desservie que par des routes de montagne en mauvais état.
 
« Nous avons réussi à faire venir une pelleteuse mais les recherches semblent sans espoir »
, avait déclaré Abdul Qadeer Sayad, l'adjoint du chef de la police du Badakhchan, avant que le gouvernorat ne confirme la mort des disparus.
 
« On ne voit aucun signe de vie ou même de maisons dans la zone dévastée. » 
Les forces multinationales sous commandement de l'OTAN se sont dites prêtes à apporter leur aide mais ont précisé que le gouvernement afghan ne les avait pas sollicitées.
 
Le drame survient une semaine après des crues éclair qui ont fait plus d'une centaine de morts dans le nord du pays, déchiré par trois décennies de guerre, et qui figure parmi les plus pauvres du monde. Ces crues, auxquelles ne résistent pas les habitations précaires, sont très fréquentes pendant la saison des pluies, qui sévit au printemps dans la partie septentrionale du pays.
 
Réactions internationales
 
Réagissant à la catastrophe, le président afghan, Hamid Karzaï, a exprimé « sa profonde tristesse » et « ordonné aux autorités compétentes d'envoyer une aide d'urgence dans la région », selon la présidence. A Washington, le président américain, Barack Obama, a indiqué que les Etats-Unis étaient prêts à aider les autorités afghanes.
 
« Nos pensées vont aux habitants en Afghanistan qui sont confrontés à une terrible tragédie, a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse commune avec la chancelière allemande, Angela Merkel. Beaucoup de personnes sont portées disparues. Nous nous tenons prêts à aider nos partenaires afghans pour faire face à cette catastrophe. »


Vidéos :



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Etat de la planète Crise humanitaire »