Affaire « Waterhouse » : scandale pédophile au Pays de Galles !


Merci à Golden Awaken pour son travail de recherche concernant cet article, qui démontre une nouvelle fois l'écoeurante vérité sur les agissements et les plus bas instincts des dirigeants qui perpètrent leurs méfaits durant de longues années en toute impunité !
 
Rebondissement au Royaume-Uni depuis l'affaire Jimmy Savile (lien). Une série d'affaires de pédophilie datant des années 70-90 remontent à la surface et il semblerait qu'un réseau pédophile ait agi en toute impunité en abusant des enfants placés en orphelinat dans le Nord du Pays de Galles.
 
Steve Messham déclare avoir été violé à maintes reprises dans sa jeunesse alors qu'il était pris en charge dans un foyer d'accueil gallois. Il demande à ce qu'une nouvelle enquête soit ouverte sur l'ampleur réelle du réseau pédophile qu'il dénonce. Une autre victime, qui veut rester anonyme, confirme ses déclarations et remet en cause la tournure de l'affaire.
 
Le tribunal, dirigé par Sir Ronald Waterhouse, a entendu les témoignages de plus de 650 personnes ayant été prises en charge, en foyer, à partir de 1974. Le tribunal a mis près de trois ans pour publier son rapport.
 
Le comité d'enquête a mentionné l'existence, parmi les suspects, d'une personnalité de premier plan dont le nom n'a pas été divulgué publiquement. Cependant le comité a rajouté qu'il n'y avait pas de preuves substantielles étayant ces allégations. L'enquête, dirigée par Sir.Waterhouse, a réussi à identifier 28 suspects, mais leurs noms n'ont pas été divulgués non plus.
 
Sévices sur enfant : Un Scandale dans des foyers d'accueil Gallois ressurgit
 
Le Premier Ministre Carwyn Jones rencontrera le commissaire de Wales' children's, mardi,
après les appels qui ont été faits pour une nouvelle enquête sur la maltraitance des enfants
dans les foyers d'accueil du nord du Pays de Galles dans les années 1970 et 80.
 
« Les révélations accablantes sur les abus physiques, mentales et sexuels commis de 1974 à 1993 sur 650 enfants placés dans une quarantaine d'institutions du Pays de Galles se succédant au Royaume-Uni depuis la publication en mi-février du « Waterhouse rapport - Lost in care ». S'appuyant sur les confidences d'un policier anonyme de Scotland Yard, le Daily Mail révélait vendredi sur toute sa première page - « Jusqu'à 11000 enfants pourraient avoir été victime ». Il s'agit du plus grand scandale de mauvais traitements et pédophilie, sur une période de vingt ans, jamais mis au jour en Grande-Bretagne. Sans garantir le nombre avancé, Scotland Yard a confirmé les craintes du journal. » (source)
Il en résulte des réclamations de l'une des victimes qu'il a été abusé par un politicien conservateur leader de l'ère Thatcher. Une enquête de trois ans sur l'abus qui parlait de 650 personnes a été publié en 2000 par Sir Ronald Waterhouse.
 
Mais les critiques ont été faits sur les contraintes de cette enquête. Le commissaire Keith Towler de Wales' children's dit qu'il soupçonne qu'un groupe était protégé par de hautes instances, permettant à l'abus de continuer. Ajoutées aux déclarations de Steve Messham, l'une des centaines de personnes qui ont été agressées sexuellement au cours de cette période. Il dit qu'il a été abusé par un politicien conservateur, chef de file de l'ère Thatcher. M. Messham a déclaré que le rapport d'enquête Waterhouse, qui a examiné les allégations et publié en 2000, à découvert juste une fraction de l'abus centrée autour de la maison d'accueil de Bryn Estyn dans le nord du Pays de Galles.
 
« Dans la maison, c'était des abus « standard », qui étaient violents et sexuels », a-t-il expliqué dans l'émission. « En dehors, c'était comme si vous étiez vendu, ils nous conduisaient au Crest Hotel de Wrexham, généralement le dimanche soir, où ils louaient des chambres ». Et de poursuivre son récit glaçant : « Une nuit en particulier, dont je me rappellerai toujours, j'ai été violé, attaché, et abusé par neuf hommes différents ».
 
« Vous y étiez emmené en voiture, où on vous agressait sexuellement. Diverses choses se passait, il y avait de l'alcool, et essentiellement, il y avait des viols. Mais ce n'était pas seulement lui, il y avait d'autres personnes impliquées ». « Lui », c'est donc cet homme politique du parti conservateur, personnalité de premier plan du temps où Margaret Thatcher dirigeait le gouvernement, entre 1979 et 1990. Son nom n'a pas été révélé. Sur les réseaux sociaux, les spéculations ont été vives durant tout le week-end, trois noms sont revenus avec insistance, et un plus particulièrement. « De tête, je ne pourrais pas donner le nombre exact parce que cela remonte à des années, mais certainement une douzaine de fois »  »

a répondu Steven Messham, interrogé sur le nombre de fois où il avait été violé par cet homme (source).

En réponse, M. Towler déclare que les allégations de M. Messham doivent bien sûr être pris au sérieux et que la police et ainsi que d'autres autorités devraient avoir la chance d'enquêter à nouveau. Mais Carwyn Jones dit qu'il doit y avoir plus d'un plaignant pour mériter une autre enquête pour abus sexuel et qu'il est urgent d'établir quels sont les termes de référence utilisés dans l'enquête de Sir R. Waterhouse.
 
« (...) Le tribunal, dirigé par Sir Ronald Waterhouse, a entendu les témoignages de plus de 650 personnes qui ont été pris en charge, en foyer, à partir de 1974. Le tribunal a mis près de trois ans pour publier son rapport. Le comité d'enquête a mentionné l'existence, parmi les suspects, d'une personnalité de premier plan dont le nom n'a pas été divulgué publiquement, cependant le comité a rajouté qu'il n'y avait pas de preuves substantielles étayant ces allégations. L'enquête dirigée par Sir R. Waterhouse a réussi à identifier 28 suspects, mais leurs noms n'ont pas divulgués non plus. (...) » (source)
S'exprimant dimanche M. Towler a déclaré :
 
« M. Meesham explique que peut-être 30% de ce qu'il a voulu dire n'est pas autorisé à être divulgué et que ce n'était pas évident pour lui de savoir pourquoi. »
« Par rapport aux normes d'aujourd'hui c'est tout à fait inacceptable. »
« Je pense que nous avons besoin de nous asseoir et de comprendre ce que M. Messham dit »
« Nous avons besoin de comprendre les termes de référence de l'enquête que Ronald Waterhouse a pris avant et quelles étaient les limitest à ce qu'il a pu voir et à ce qu'il n'était pas en mesure de regarder. »
« Ce qui est intéressant au cours des dernières 48 heures ou plus, c'est que les gens disent que peut-être des gens sont protégés, peut-être que les Hautes Instances sont protégées. »
« Par rapport aux normes d'aujourd'hui, chaque fois que vous regardez les allégations qu'une victime fait, c'est toujours un mauvais choix que d'essayer de défendre un individu ou une institution en faveur d'une recherche totale de ce que quelqu'un a pu enduré. »
« Très préoccupé »
 
Un porte-parole du gouvernement gallois a déclaré qu'il était « très préoccupé » par les dernières révélations.
 
« Même si les allégations portent sur la période avant la dévolution (transfert du pouvoir politique de Londres vers de nouvelles structures parlementaires en Écosse, au pays de Galles et en Irlande du Nord), nous croyons que le traitement de ces questions se fera avec transparence, nous ne pourrons commenter l'affaire davantage quand nous aurons plus de détails. »
Un porte-parole de Downing Street a déclaré en réponse aux accusations concernant un des chefs de file de l'ère Thatcher (un politicien du Parti Conservateur) :
 
« Les allégations de crimes doivent être signalées à la police et examinées correctement. Si quelqu'un est en rapport avec une allégation signalée dans le passé, mais où aucune enquête approfondie n'a eu lieu, alors on devrait soulever cette question auprès de la police ou des autorités compétentes afin qu'elles puissent réexaminer ce qui s'est passé. »
Dans les années 1990, des allégations de maltraitance, au sein d'environ 40 orphelinats situés au Pays de Galles, commencèrent à faire surface et en Mars 1994 le le Conseil du Comté de Clwyd ordonna une enquête indépendante sur les accusations d'abus qui se multipliaient dans le nord du Pays de Galles. Mais le rapport de la commission d'enquête n'a jamais été publié et les copies ont été détruite pour garantir à l'autorité locale de réussir à maintenir sa couverture d'assurance.
 
Dans la foulée, et sous la pression croissante du public, en 1996, le Secrétaire d'État du Pays de Galles, William Hague, ordonna une enquête sur les allégations, issues de centaines de cas de maltraitance d'enfants dans les foyers d'accueil situés dans les anciennes zones attribuées aux Conseils des Comtés de Clwyd et de Gwynedd, entre 1974 et 1990.
 
« Un personnage obscur »
 
Le tribunal, dirigé par Sir Ronald Waterhouse, a entendu les témoignages de plus de 650 personnes qui avaient été prises en charge à partir de 1974, et a mis près de 3 ans pour publier son rapport. Les avocats de la Défense ont mentionné l'existence d'un individu de haute renommée dont le nom n'a pas été mentionné, mais il a rajouté qu'il n'y avait pas de preuves substantielles étayant ces allégations. L'enquête dirigée par Sir.Waterhouse a réussi à identifier 28 suspects, mais leur nom n'a jamais été prononcé en public.
 
Malcolm King, qui a mené l'appel pour l'ouverture d'une enquête judiciaire, est devenu un membre du Centre d'Observation de l'Exploitation des Enfants et de la Protection en Ligne. Il a déclaré sur « Radio Pays de Galles » qu'il y avait des pans de l'enquête qui n'avaient pas été examinés suffisamment.
 
« Il a reconnu qu'il y avait un réseau pédophile en activité, mais il ne s'est pas penché dessus ou a contesté les preuves », a t-il dit. « Il y a un certains lieux où cela n'a pas été considéré comme une preuve lorsque je pense qu'elle devrait avoir et par conséquent, il a quitté le sentiment que les gens en quelque sorte des gens n'ont pas vraiment envie de découvrir la vérité à ce sujet. »
Chris Ruane, Député au Parti Travailliste de la vallée de Clwyd, soutient l'appel de M.Towler pour l'ouverture d'une nouvelle enquête, mais il pense que le cadre de l'enquête devrait s'étendre à tout le Royaume-Uni. Le Directeur adjoint de Bryn Estyn, Peter Howarth, a été condamné à 10 ans de prison en 1994 pour avoir abusé sexuellement de jeunes garçons. Il est mort en prison.
 
Traduction conjointe de Guilux et Golden Awaken (Le Dormeur doit se Réveiller)

Liens :
 
 • Call for new investigation into north Wales abuse scandal (source)
 • Child abuse: North Wales care home scandal inquiry urged (source)
 • Depraved child abuse « involved senior Tory » (source)
 • Lost in care - The Wales Child Abuse Scandal and the Waterhouse Report (source)
 • Waterhouse : Lost in care (source)
 • Rappel des faits sur France 3 (16/02/2000 - source)

Mise à jour :
 
Merci à Golden Awaken qui nous fait part de nouvelles informations à propos de ce scandale. D'après de nouveaux éléments dont il nous fait part,
 
« Il apparaitrait que Sir Ronald Waterhouse, à la vue d'un nom d'un haut responsable politique, ait tout simplement décidé d'arrêter l'affaire. C'est ce que révèle Sian Griffiths dans un entretien à Channel 4 (voir vidéo plus bas). Nous (Guilux et moi-même) continuons nos recherches quant à ce scandale »
Révélations de Sian Griffiths, membre de la Commission Waterhouse et ancienne conseillère municipale du Comté Clwyd en tant que responsable administrative des gardiens du foyer d'accueil Bryn Estyn. [Lost in Care - lien]
 
Channel 4 - 08/11/2012 - Traduction : Guilux04 & Golden Awaken - sur Le Dormeur doit se Réveiller




Commentaires 3

avatar de Golden Awaken
  • Par Golden Awaken | site 0 0
  • Merci le-veilleur de relayer cette information. En fait, je recherche le rapport d'enquête de Waterhouse (Waterhouse Inquiry Report) où il apparaitrait 28 noms de personnes influentes (politique?). J'ai beau m'efforcé à chercher ce rapport, il semblerait pour le moment qu'il ne soit pas public. Seul un rapport sur des recommandations apparait sur mes tablettes. Pourtant le rapport cité ci-dessus a bien été rendu public. S'agirait-il d'un acte volontaire de dissimulation ou est-ce que ce dernier sera reversé dans l'enquête à venir? Je te tiendrai au courant de toute façon. Bien Amicalement, Golden Awaken.

avatar de Golden Awaken
  • Par Golden Awaken | site 0 0
  • Il apparaitrait que Sir Ronald Waterhouse, à la vue d'un nom d'un haut responsable politique, est tout simplement décidé d'arrêter l'affaire. C'est ce que révèle Sian Griffiths dans un entretien à Channel 4.
    http://www.dailymotion.com/video... . Nous (Guilux et moi-même) continuons nos recherches quant à ce scandale.

avatar de Le-veilleur
  • Par Le-veilleur (Admin) 0 0
  • Merci à toi Golden Awaken, je vais ajouter la vidéo ainsi que ton commentaire à la news Encore une affaire qui va passer à la trappe pour ne pas nuire à ces gros enc.... !!!

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Juridique »