AEGIS : Le système dernier cri de défense anti-missile américain neutralisé par un avion russe


La puissante technologie militaire américaine mise en déroute en deux coups de cuillère à pot par un avion russe désarmé, et d'ancienne génération de surcroit... Si cette information s'avère fiable, ce qui semble être le cas au vu des différentes sources qui l'évoquent, la « suprématie » guerrière des Etat-Unis vient de recevoir une sérieuse leçon d'humilité, flanquée d'un sérieux coup au moral ainsi qu'à l'orgueil !
 
Ayant été amené à de nombreuses reprises à effectuer des recherches concernant certains articles militaires et technologiques, j'ai pu constater que, contrairement à certaines idées reçues, la Russie est loin d'être en retard dans le domaine des technologies militaires, et même dans celui des technologies tout court. Si les Etats unis ne manquent pas de fanfaronner en exhibant régulièrement leurs impressionnantes inventions guerrières, la Russie quant à elle se veut plus discrète en ce domaine, privilégiant un effet de surprise aussi efficace que psychologiquement déstabilisant...
 
Le veilleur
 
C'est le site Vineyard of the Saker, et plus précisément la réaction de Saker à une intervention d'un de ses lecteurs, qui ont attiré notre attention sur une nouvelle concernant un incident d'un particulier intérêt ... Fixons bien ce jugement, parce que les circonstances autant que l'environnement politico-militaire donnent à la nouvelle, à l'hypothèse qu'implique cette nouvelle, à l'imprécision éventuelle de la source avec toutes les interrogations que cela implique, une importance particulière : il s'agit aussi bien d'un point qui concerne la bataille au sein du système de la communication que la bataille au sein du système du technologisme entre la Russie et les USA (le bloc BAO), en connexion avec la crise ukrainienne et les tensions qui se manifestent autour d'elle.
 
L'incident dans sa simple description a été signalé la semaine dernière comme une man?uvre délibérée de la Russie pour démontrer sa présence et sa puissance en Mer Noire, face à l'incursion d'unités de l'US Navy dans cette zone, déployées pour exercer une pression sur la Russie dans le cadre de la crise ukrainienne. (Les Russes ne manquent de signaler que certaines de ces unités ont été, sont ou seront peut-être en contravention avec la Convention de Montreux, qui limite la présence d'unités navales de pays n'ayant pas d'accès à cette mer à deux semaines, en plus de l'interdiction d'unités de gros tonnage qui ne concerne pas les unités US impliquées qui sont des frégates [selon la terminologie française, plutôt que destroyers].)
 
L'incident a vu un avion d'attaque Soukhoi Su-24, non armé, faire une démonstration de vol au-dessus de la frégate USS Donald Cook, avec plusieurs passages à très basse altitude, sans pourtant jamais susciter une situation de quelque danger que ce soit. Au reste, ce genre de démonstration était monnaie courante entre les deux camps, du temps de la Guerre froide, comme une activité de facto codifiée signifiant, de la part de chacun pour l'autre, une sorte d'affirmation de communication sur sa propre puissance, qu'on est sur ses gardes et qu'on contrôle ses espaces de sécurité, qu'on suit la mission de l'unité en question, elle-même en mission que nous qualifierions également « d'affirmation de communication ». Par ailleurs, l'incident Su-24-Donald Cook a été largement signalé, parfois même sur un ton sensationnel qu'il ne semblait pas justifier.
 
... Puis est apparue une information selon laquelle le Su-24 a en fait effectué une véritable démonstration technologique « opérationnelle » d'un système de guerre électronique de brouillage qui aurait complètement aveuglé le système AEGIS du Donald Cook, le puissant système électronique de défense aérienne, à capacités anti-avions et antimissiles, qui forme l'essentiel de la défense anti-aérienne de la flotte des USA. (Le système AEGIS est encore plus important que cela. Il forme aussi une part très importante du grand réseau de missiles antimissiles que les USA développent depuis plusieurs années, officiellement contre l'Iran, mais opérationnellement avec des capacités évidentes contre la Russie. Cela situe l'importance non seulement militaire mais politique d'AEGIS.
 
Le système russe employé est désigné comme le Khibiny (ndv: visiblement déjà en service sur les su-34). Après l'incident, le USS Donald Cook a relâché dans un port roumain semble-t-il pour des réparations, et la nouvelle affirme que 27 membres de l'équipage ont démissionné. La nouvelle a été diffusée le 21 avril 2014 par une radio russe à destination de l'Inde, sur son site Indian.ruvr.ru. Elle donne notamment la parole à Pavel Zolotarev, Directeur adjoint de l'Institut des USA et du Canada de Moscou (institut russe important, travaillant avec la direction russe).
 
« Apparemment, tous les efforts pour relancer le « Aegis » et fournir ciblent l'information de la défense n'a pas. Réaction de la Russie à la pression militaire des États-Unis était profondément calme, estime le politologue russe Pavel Zolotarev :
 
La manifestation était assez originale. Un bombardier sans armes, mais ayant des équipements embarqués de brouillage radar ennemie, travaillé contre un destroyer équipé « Aegis », le plus modern système de défense aérienne et les missiles. Mais ce système de localisation mobile, dans ce cas, le navire, a un inconvénient important. Autrement dit, la cible de fonctions de suivi. Ils fonctionnent bien lorsqu'il y a un certain nombre de ces navires qui peut coordonner entre eux en quelque sorte. Dans ce cas, il n'y avait qu'un destroyer. Et, apparemment, l'algorithme du radar dans le système « Aegis » sur le destroyer n'a pas été chargé sous l'influence de brouillage par le Su-24. Il n'était donc pas seulement une réaction nerveuse face au fait de voler autour de l'attentat de Russin qui était une pratique courante au cours de la guerre froide. La réaction des américains était dû au fait de ce système plus modern, en particulier son instructif ou partie radar, n'a pas fonctionné adéquatement. Par conséquent, il y avait une réaction nerveuse face à l'épisode entier... [...]
 
Quelles sont les conséquences possibles de l'incident provoqué par les États-Unis dans la mer Noire ? Pavel Zolotarev prévisions :
 
Je pense que les Américains vont en quelque sorte de réflexion sur l'amélioration du système « Aegis ». Il s'agit d'un aspect purement militaire. Sur le plan politique, il n'y a pratiquement aucun risque de mesures démonstratives de part et d'autre. C'est suffisant. En attendant, pour les américains, c'est un moment très désagréable. En général, le système de défense antimissile qu'ils déploient implique des dépenses énormes. Ils doivent prouver à chaque fois qu'il est nécessaire d'allouer des fonds provenant du budget. Dans le même temps, la composante terrestre de l'ABM a été testée dans des conditions idéales et a montré une faible efficacité. Ce fait est masquée par le Pentagone. Le composant plus moderne, le système basé en mer "Aegis" a également montré ses lacunes en l'espèce. » (traduction Microsoft)

Ayant cité Vineyard of the Saker comme alerte pour notre compte à cette nouvelle, nous reproduisons la réaction de Saker, qui nous paraît d'une prudence justifiée et assez neutre, sans être positif ni négatif. Saker répond à un lecteur anonyme (« Russian military high tech surpasses the Americans. Have a look at this show of superiority... [...] The Americans were left wetting their pants ») de cette façon :
 
« J'ai entendu cette rumeur mais je n'ai pas encore vu cela confirme, même indirectement, par une source crédible. Comme un ancien pionnier de guerre électronique moi-même, je peux vous dire que c'est difficile à croire, car il va y avoir beaucoup plus de puissance sur un navire USN que sur un avion russe, en particulier à courte distance. Je ne dis pas que ce n'est pas vrai, mais seulement que j'ai besoin de plus de confirmation. En outre, l'histoire de 27 marins USN démissionnaires en masse parce qu'ils ne veulent pas mourir semble louche pour moi. Donc, si vous avez d'autres sources, s'il vous plaît laissez-nous savoir. » (traduction Google)
Pour notre compte, nous ferons plusieurs remarques concernant cette nouvelle, dont l'intérêt spéculatif et de communication, sans préjuger de sa réalité ou de sa fausseté, nous paraît évident ; aussi, nos remarques seront d'ordre général, sans prendre partie sur le fond. Pour autant, la première remarque est justement d'ordre technique. Le Su-24 est un vieil avion (années 1970) de pénétration profonde et d'attaque au sol. Son emploi en mission de « démonstration de communication » est un choix qu'on pourrait juger curieux puisque l'on montre là un avion dépassé alors que la démonstration implique une affirmation de puissance par la communication ; à cet égard, l'emploi d'un puissant Su-34 (remplaçant du Su-24), ou de tout autre avion de combat moderne russe, aurait été plus approprié.
 
Par contre, ce choix conforte la version proposée par la nouvelle citée. C'est une habitude courante de développer des versions de guerre électronique d'avions de combat, qui restent en service actif beaucoup plus longtemps que les versions de combat : l'USAF a fait cela avec le EF-111A Raven, version de guerre électronique du F-111 de combat déclassé à la fin des années 1970, et lui-même (le EF-111A) déclassé à la fin des années 1990 selon une décision qui fut d'ailleurs considérée comme une erreur ; l'US Navy a développé dans les années 1960 le EA-6B Prowler, version de guerre électronique du A-6 de combat : le A-6 de combat fut retiré au début des années 1980, le EA-6B a tenu jusqu'à nous et commence à être remplacé par le EF-18G Growler.
 
Dans tous les cas, cette nouvelle, ou plutôt ce détonateur de spéculation sur les puissances en jeu dans et autour de la crise ukrainienne, correspond parfaitement à la tendance actuelle, surtout concernant les Russes par rapport aux USA. Face aux USA qui entreprennent de nombreuses missions expéditionnaires sur tous les continents et sans souci des questions de souveraineté et de légalité internationale, et cela essentiellement du point de vue opérationnel grâce à la puissance et la sophistication technologiques de leur systèmes militaires, la Russie a une politique beaucoup plus prudente et pas du tout expansionniste (la crise ukrainienne étant ce cas à part qui touche directement la Russie et n'entre pas dans la catégorie « expéditionnaire ») ; elle joue essentiellement sur une politique de communication concernant ses capacités supposées, notamment dans le domaine défensif pour ses capacités de guerre électronique et de missiles.
 
On connaît l'odyssée, non pas du S-300 (missile sol-air à longue portée) mais de la réputation du S-300 (avec ses successeurs S-400 et S-500), souvent présenté comme une sorte d'« arme absolue » en matière de défense aérienne, avec les spéculations autour de sa livraison à l'Iran et à la Syrie ; cette « odyssée » est moins opérationnelle que politique, et participant clairement des tactiques du système de la communication. La question du S-300 a sans aucun doute influé, par exemple, sur les relations politiques entre la Russie et Israël, en plus des relations de la Russie avec les pays nommés pour d'éventuelles exportations du système.
 
Dans le cas du Su-24 versus USS Donald Cook, des versions intermédiaires de l'incident sont d'ailleurs possibles, entre l'acceptation complète de la version proposée, et son déni complet, - et il est probable qu'il en sera fait grand usage dans les débats officieux, sans préjuger de la vérité de cette situation. Le Su-24 a pu faire une démonstration partielle de certaines capacités contre le système AEGIS, dont l'effet serait alors d'introduire un doute extrêmement dommageable du côté US (du côté de l'US Navy), sur la capacité d'opérer du système AEGIS. Le fameux fog of war n'est jamais plus dense que dans ces questions de démonstration de capacités dont on ignore si elles sont complètes ou partielles, en introduisant le doute dans un domaine (la guerre électronique) où la certitude de l'efficacité (ou de l'inefficacité) est une condition bien plus importante que dans les autres domaines militaires.
 
On se trouve là devant le travers du technologisme avancé, lorsqu'il commence à être contre-productif : pour juger de son efficacité, donc de la confiance qu'on lui fait, donc des stratégies qu'on détermine en fonction de lui, il faut de plus en plus souvent une certitude à quasiment 100% des capacités qu'on lui a données en théorie ; la moindre réduction de ce pourcentage bouleverse totalement les constructions envisagées autour de lui. La guerre postmoderne, - celle qui donne en théorie le triomphe quasiment sans bataille, - est un « tout ou rien » redoutable et nous n'avons pas fini de l'apprendre à nos dépens. Mais il s'agit, finalement, d'un reflet du Système en général, et de sa dynamique surpuissance-autodestruction.
 
Il y a un autre prolongement possible, sinon probable, et d'autant plus à considérer que le cas tend à mettre en cause l'un des trois piliers fondamentaux de la puissance statutaire de l'US Navy au sein de l'État de Sécurité Nationale qui règne à Washington. Ces trois piliers, qui ont une importance politico-militaire effectivement statutaire, sont la puissance de projection de force (les porte-avions), la puissance nucléaire stratégique (les sous-marins, lanceurs d'engins et d'attaque) et le système AEGIS parce qu'il donne toute sa puissance et toute sa place à la flotte de surface dans l'ensemble général de la sécurité nationale, notamment au niveau du réseau mondial antimissiles.
 
L'appréciation générale, autour de l'US Navy, dans les autres armes, les agences de renseignement, les différents points de pouvoir politico-militaire de l'américanisme, est que l'US Navy doit protéger becs et angles ces trois piliers. Pour elle, l'ensemble AEGIS avec la flotte qui en est dotée sont un élément essentiel de sa puissance au sein de la bureaucratie du système de l'américanisme, donc de son statut, de sa dotation budgétaire, de son poids dans le processus de décision, etc. Par conséquent, et considérant le climat de concurrence acharnée, de suspicion, etc., entre les différents centres de pouvoir, un tel incident que celui du Su-24 versus le USS Donald Cook peut être considéré, selon la version qu'en propose l'US Navy, comme nourrissant divers soupçons à son encontre.
 
Autant nous devons être prudent dans l'appréciation de cette nouvelle, comme le recommande Saker, autant les manoeuvriers de la bureaucratie washingtonienne se départiront de toute prudence pour suggérer que l'US Navy pourrait bien dissimuler tel ou tel élément de l'incident, tel ou tel constat fait sur la capacité d'AEGIS, etc. Le fog of war de la guerre de la communication est parfois, et même souvent, encore plus dense à Washington, entre les différents centres de pouvoir qui profitent de l'épuisement d'un pouvoir central complètement à découvert, qu'entre des « partenaires » internationaux qui ressemblent de plus en plus à des adversaires.
 
Source dedefensa.org



Commentaires 10

avatar de Avalur
  • Par Avalur 0 0
  • Je pense que c'est une ruse américaine si c'est avéré cette attaque russe, sur leur navire, ça me rappel un précepte de l'art de la guerre de sun tzu en gros, c'est de faire croire a son ennemie que nous somme en état de faiblesse pour que celui si soit galvanisé par son orgueil, est vienne s'écraser contre un mur de puissance. C'est comme les base américaine qui entour la quasi totalité du territoire russe est chinois, est bien il semblerait ( c'est une hypothèse, je tien pas cette info de source sure ) que la plus pars sont pas occupée du tout, rien, nada , que dalle pas d'arme pas de soldat rien néant, alors bon si cela était des avant post bon je pense qu'il y aurait au moins une petite garnison avec 2 ou 3 bonhomme qui joue au carte, mais la personne. Pas tout les base j'entend bien mais la plupart, je pense que cela reproduit la même stratégie que le navire US.

avatar de Le-veilleur
  • Par Le-veilleur (Admin) 0 0
  • Salut Avalur. C'est une possibilité en effet, mais jusqu'ici, les préceptes de Sun Tzu ont été bien mieux appliqués par Poutine lui même qu'Obama, l'exemple de la prise de Crimée fut exemplaire en ce sens. La frégate n'aurait eu aucun intérêt à simuler cet « état de faiblesse » ni à provoquer les russes, puisque leur présence dans ces eaux était totalement irrégulière. Les su-24 auraient même pu tirer des coups de semonce en guise d'avertissement sans enfreindre le droit international ! Non, je pense que si cette info est fiable (ils n'ont peut être que survolé la frégate et rien d'autre), les russes ont réellement un avantage technologique que ne soupçonnaient pas les usa. Si c'est le cas, la stratégie des états unis va forcément changer très rapidement pour devoir compenser cette faille technologique. En surveillant de près ce qui va suivre, nous en sauront plus

avatar de Avalur
  • Par Avalur 0 0
  • Bonjours le veilleur. Ah oui je suis complètement d'accord, mais quand même méfions nous de l'aigle américain, car ont nous parle sans arrêt de Ukraine de la Crimée est tout est tout, mais les véritable enjeux ne sont pas la bas, les véritable enjeux sont en Syrie est en Iran oui la Crimée est l?Ukraine sont des point géostratégique pour le contrôle de la mer noir, mais des point géostratégique les américains ils en ont tous le tour du ventre est c'est se qui tracasse poutine d'ou ça farouche arder de vouloirs garder le contrôle de la mer noir, regardons les ambassades est les consulats israélien fermé toujours pas ré ouverte me semble t'il, l'état d?Israël qui se prépare a attaquer l?Iran avec le concours américaine, les américaine qui se prépare a envahir la Syrie avec l'aide des turc sous prétexte que bachar à encore utiliser l'arme chimique ( pour se trouver au frontière de l'Iran) , alors que cette attaque est en faite un coup des turc, la chine qui ne bouge toujours pas malgré les enjeux en Ukraine est en Crimée, mais qui monte une armée fantôme sur son territoire est se prépare a une guerre de très grande ampleur, les allemand qui se réarme depuis 2 ans je crois est j'en passe, est pour finir je vient de voir l'article sur le site ( que je n'es pas encore lu ) sur un satellite amerloce qui pourrait changer le climat j'imagine un HAARP 2.0 donc si ils ont ou, veule un engins comme ça dans l'espace je vous laisse imaginer se qu'il ont sur terre en mer est dans les air, donc comme j'aime a dire garder le meilleur pour la fin, c'est la ou je voulais en venir dans le premier commentaire en gros d'ou ma méfiance envers l?état US .

avatar de Le-veilleur
  • Par Le-veilleur (Admin) 0 0
  • La méfiance est de mise en effet, on ne sait jamais de quoi sont capables ces abrutis au nom de la « démocratie ». Il est clair aux dernières infos que outre la propagande mensongère qu'ils relaient, les états unis cherchent à « pousser à la faute » la russie, en les forcant à protéger le peuple russe en Ukraine, alors que ce dernier ne veut légitimement pas d'un président arrivé au pouvoir par un coup d'état. Il est clair que Poutine ne vas pas rester les bras croisés, et d'autres sanctions économiques se profilent à l'horizon. Le problème est que de nouvelles sanctions vont avoir un fort impact sur wall street, et sur l'économie mondiale. Je pense que Obama s'est empêtré dans un truc dont il ne sait pas comment sortir sans perdre la face aux yeux du monde. C'est très « tendu » comme situation.

avatar de Avalur
  • Par Avalur 0 0
  • Ah oui, il y a aussi les suisse qui ont fermer leur frontière, est leur généraux conseille au peuple suisse de faire des réserve d'eau est de nourriture, le canada qui se range du coté de l'OTAN est de Washington en Ukraine, nous aussi en France ont si mes avec nos force qui parte en pays balte d'ici dimanche les américain en Pologne est en Italie, les canadien en Belgique d'ici dimanche aussi, non franchement je suis pas du j'aure a prendre peur au premier conflit mais la c'est chaud c'est très chaud, surtout qui si les américain prenne l?Iran ils contrôleront la totalité des plus gros réserve de pétrole au monde, du coup le dollars va remonté en flèche est par effet de ricoché la politique de la Russie est de la Chine d'abandonner le dollars US pour des monnaie d?origine ( ont va dire ça comme ça ) vont être une fiasco totale est ça c'est intolérable pour eux, est j'en passe trop long a écrire. ( ps: désoler pour les faute veilleur je suis plus orateur que littéraire:-) )

avatar de Le-veilleur
  • Par Le-veilleur (Admin) 0 0
  • Lol, ne t'inquiètes pas pour les fautes, tant que j'arrive à te lire et que tu n'écris pas en langage « sms » Je suis au fait des infos que tu me cites, je surveille chaque jour tout ce qui touche de près ou de loin à la crise Ukrainienne et la situation USA/Russie. Il est vrai que les évènements s'enchainent, et pas dans la bonne direction, et la cette situation devient incontrôlable, faute d'avoir laissé un dégénéré au pouvoir ukrainien ! Une info que tu n'as peut être pas vue indique que les ukrainiens ont coupé les fournitures d'eau en Crimée, ce qui risque d'énerver encore plus la Russie. J'ai vu d'autres news qui tendent à confirmer ce que je disais, à savoir qu'Obama à tenté de refaire le coup de la Libye en vain, et qu'il ne peut plus faire marche arrière sans s'embourber dans le discrédit. Il incite les pays de l'UE signataires de l'Otan de faire le sale boulot à sa place, mais ce qui est en train de se passer ressemble trait pour trait à ce qui s'est passé en Géorgie, et d'où Poutine est sorti vainqueur seul. Cette fois ci, il a avec lui la Chine, l'Iran et la Syrie qu'il a soutenu récemment, et d'autres pays...

avatar de Avalur
  • Par Avalur 0 0
  • Oui c'est vrais j'ai vu pour l'eau, il y a le coup de l'hélico en Ukraine aujourd'hui soit disant abattu a la roquette, mais j'ai lu sur RT que c'est surement un tire de précision d'un sniper direct dans le réservoir de l'engin la encore c'est pas tout a fait clair, est un dernier pour la route, le premier ministre Ukrainien nous par de possible 3éme guerre mondial venant de Russie dans les journaux aussi ça commence a en parle ont sens bien les mec qui nous prépare psychologiquement ça me fait marré XD.

avatar de Le-veilleur
  • Par Le-veilleur (Admin) 0 0
  • Pour ce que valent les déclarations de l'Ukraine... Notes bien quand même que si le conflit devient armé, nous allons beaucoup moins « rigoler », car nous seront touchés aussi.

avatar de Ktalia
  • Par Ktalia 0 0
  • N'oubliez pas que les autres membres du BRICS n'ont plus beaucoup d'intérêt a soutenir les Etats Unis, L'Inde comme la Chine ont ouvertement parler de leurs soutiens a la Russie, et le Brésil doit être du même avis, vue les récentes écoutes illégal de la NSA et leurs désaccords politique.

avatar de Le-veilleur
  • Le-veilleur a répondu (Admin) 0 0
  • Tout à fait, j'avais d'ailleurs évoqué ce fait dans des articles précédents, et c'est aussi à mon avis ce qui fait peur aux usa, car la puissance des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) en termes économiques les surpassera bientôt, je cite Wikipédia « D'après la Banque mondiale, la Chine pourrait devenir la première puissance économique de la planète en dépassant les États-Unis entre 2020 et 2030 ». La récente tentative de putsch au Venezuela n'y est peut être pas étrangère...

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Actions militaires »